Iran and its NeighboursIrakL'Iranien qui a négocié la paix irakienne est dans...

L’Iranien qui a négocié la paix irakienne est dans la liste du terrorisme américaine

-

McClatchy Newspapers, Washington, 31 mars – par Warren P. Strobel et Leila Fadel – Le général iranien qui a aidé à négocier la fin de presque une semaine de combats entre les forces du gouvernement irakien et les miliciens chi’ites dans le sud de l’Irak est un conciliateur inattendu.

Le général Qassem Suleimani, qui a aidé des dirigeants irakiens soutenus par les Etats-Unis à négocier un accord avec le religieux chi’ite radical Muqtada Al-Sadr pour arrêter les combats dans le sud en grande partie chi’ite de l’Irak, est inscrit sur la liste du Trésor américain et du Conseil de Sécurité de l’ONU pour sa participation présumée dans le terrorisme, la prolifération nucléaire et la technologie de missile.

Son rôle de conciliateur, que McClatchy a annoncé dimanche, souligne le pouvoir politique de l’Iran et ses alliances en Irak, selon des analystes.

« Les Iraniens sont dans beaucoup de choses et ont beaucoup d’influence », a dit Judith Yaphe, une ancienne analyste de la C.I.A. qui est maintenant à l’Université de la Défense nationale à Washington.

Suleimani, dont le public connaît peu de chose, commande la force d’élite Qods (Jérusalem) du Corps des gardiens de la révolution iraniens. Les autorités américaines affirment que la force est responsable d’envoyer des bombes de bord de route sophistiquées et d’autres armes que les alliés chi’ites de l’Iran en Irak ont parfois utilisé pour tuer des soldats américains.

Le nom de Suleimani apparaît dans une liste du trésor américain d’individus et d’organisations avec qui il est interdit aux Américains de faire des affaires.

Il est aussi dans une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU de mars 2007 visant à suspendre le programme d’enrichissement d’uranium de l’Iran. Son nom apparaît dans une annexe d’individus iraniens dont les avoirs financiers doivent être gelés par les membres de l’ONU.

Des députés irakiens ont dit que Suleimani avait participé à des réunions de weekend à la ville sainte iranienne de Qom qui ont abouti à ce que Sadr ordonne à ses partisans de battre en retraite après presque une semaine d’affrontements avec des troupes du gouvernement.

Tandis que l’Iran montrait ses muscles politiques et diplomatiques, les Etats-Unis ont semblé être un témoin de la crise. Les Etats-Unis ont plus de 140.000 soldats en Irak, mais peu de présence ou d’influence dans la ville portuaire de Bassora dans le sud.

« L’Iran a montré qu’il pouvait obtenir par médiation ce cessez-le-feu tandis que les Etats-Unis ont montré très peu d’influence », a dit Joost Hiltermann, le vice-directeur du programme pour le Moyen-Orient et l’Afrique du nord d’International Crisis Group. « Les Etats-Unis désirent accuser l’Iran de jouer un rôle destructeur en Irak, mais la ligne de base c’est que l’Iran et les Etats-Unis ont beaucoup de choses en commun. »

Les autorités du département d’Etat à Bagdad et Washington ont dit n’avoir aucune information indépendante sur les rencontres en Iran.

« Nous n’avons aucun commentaire sur une part spécifique que l’Iran aurait joué dans cette affaire, mais notre position en général sur le rôle peu utile de l’Iran qui soutient des groupes violents en Irak a été très claire », a dit la porte-parole de l’ambassade américaine Mirembe Nantongo dans un courrier électronique.

Une porte-parole de la Maison Blanche a refusé de faire des remarques, envoyant les questions au Département d’Etat et à l’armée des Etats-Unis.

Suleimani est le responsable iranien qui traite les affaires irakiennes. Des députés irakiens ont dit qu’il était l’homme qu’ils avaient besoin de voir quand il a fallu traiter avec la milice de l’Armée du Mahdi et le financement iranien des milices chi’ites.

« Qassem al Suleimani est la personne étant responsable de la question irakienne, » a dit qu’un fonctionnaire irakien qui a demandé de ne pas être nommé à cause de la sensibilité du sujet. « Il est responsable du soutien des milices et de leur formation (…) Les Iraniens ont une influence énorme sur l’Armée Mahdi, ils hébergent Muqtada … il semble être un outil entre leurs mains. »

Tandis que le Département d’Etat a accueilli avec prudence l’appel de Sadr à ses disciples dimanche pour éviter des heurts armés, il était loin d’être clair si le résultat de la crise favorisait les objectifs américains en Irak.

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a lancé une offensive il y a une semaine pour refréner le pouvoir des milices chi’ites dans Bassora, dont beaucoup sont alliés avec les partis chi’ites qui sont ses adversaires politiques.

Mais l’offensive, que le Président que Bush a salué vendredi comme « un moment déterminant dans l’histoire de l’Irak libre, » a semblé tomber loin de ses buts.

« Le gouvernement ne peut rassembler sa force maintenant pour dominer les milices », a dit Wayne White, un ancien expert analyste de l’Irak au bureau du Renseignement et de la Recherche du Département d’Etat. « Nous allons apprendre à vivre avec elles. »

Il y a eu des informations comme quoi quelques forces loyales à Maliki ont refusé de se battre contre l’Armée du Mahdi de Sadr.

Plusieurs analystes se sont dits surpris que l’Iran permette un rôle semi-public à la Force Qods, étant donné ses démentis passés d’intervention en Irak.

C’était « plutôt désinvolte de la part des Iraniens », a dit Blanc. « Ils ont essentiellement fait comprendre que la Force Qods a un rôle en Irak. »

ONU Résolution 1747 du Conseil de sécurité: http://www.cfr.org/publication/12987

Liste des Ressortissants inscrit sur la liste du Trésor américain : http://www.ustreas.gov/offices/enforcement/ofac/sdn

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous