Iran and its NeighboursIrakLe leader radical irakien Sadr en Iran pour des...

Le leader radical irakien Sadr en Iran pour des études religieuses (universitaire)

-

AFP, Téhéran, 8 avril – Le leader radical chiite irakien Moqtada Sadr se trouve en Iran pour y poursuivre des études religieuses, a affirmé un universitaire iranien cité mardi par le site d’information Aftabnews.

« M. Sadr se trouve en Iran, simplement pour des études de jurisprudence religieuse et un séminaire », a dit Mohammad Ali Mohtadi, un spécialiste des affaires du Moyen-Orient enseignant à l’Université du ministère des Affaires étrangères iranien.

Le gouvernement iranien n’avait samedi ni confirmé, ni démenti, des informations de militaires américains selon lesquelles M. Sadr se trouvait dans la ville de Qom, le centre religieux de l’Iran, qui abrite l’essentiel des séminaires du pays.

Selon M. Mohtadi, le leader irakien est « un jeune religieux qui a eu peu de temps pour étudier à cause des événements en Irak », et c’est pourquoi « il a délaissé les affaires politiques pour étudier ».

Moqtada Sadr dirige la puissante milice irakienne de l’Armée du Mahdi, dont le Premier ministre Nouri Al-Maliki a exigé qu’elle rende les armes, comme les autres milices irakiennes. Son père était le grand ayatollah Mohammad Mohammad Sadeq al-Sadr, un religieux très influent.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne Mohammad Ali Hosseini a confirmé lundi des informations de presse selon lesquelles l’Iran avait accueilli une délégation irakienne pour mettre fin aux combats opposant fin mars à Bassorah (sud) l’armée irakienne aux miliciens de M. Sadr.

Le Premier ministre irakien Nouri Al-Maliki avait lancé le 25 mars dans ce grand port pétrolier une opération contre l’Armée du Mahdi. Ces combats ont cessé le 30 mars après un appel de M. Sadr.

Selon des informations de presse, une réunion de médiation s’est tenue à Qom à la fin mars et comprenait M. Sadr, des représentants des principaux partis chiites au pouvoir et un haut responsable du corps iranien des Gardiens de la révolution.

L’armée irakienne a donné un délai de trois jours pour désarmer le quartier chiite de Kazimiyah à Bagdad, l’un des bastions de la milice de Moqtada Sadr, a-t-on appris mardi de source officielle dans la capitale irakienne.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous