IranDroits de l'hommeInflation à 18,4% pour l'année iranienne écoulée

Inflation à 18,4% pour l’année iranienne écoulée

-

AFP, Téhéran, 6 avril – Le taux d’inflation en Iran pour l’année iranienne terminée le 19 mars 2008 s’est fixé à 18,4%, selon des chiffres de la Banque centrale, alors que le ministre de l’Economie a reconnu que le gouvernement avait « échoué » à le réduire.

Ce taux, publié dimanche sur le site internet de l’institution bancaire, indique une accélération de la hausse des prix sur l’année écoulée, le taux pour l’année iranienne terminée le 20 mars 2007 ayant été de 13,5%.

La Banque centrale avait prévu en mai dernier que le taux d’inflation atteindrait 17% pour l’année iranienne 2007-2008.

De nombreux experts économiques ont mis en doute les chiffres officiels de la hausse des prix, qui est selon eux supérieure dans la réalité.

Le ministre de l’Economie, Davoud Danesh Jaafari, a admis dimanche que « malgré le rapport de la Banque centrale sur le fait que les performances du gouvernement en matière économique ont été positives, le plan du gouvernement de réduire le taux d’inflation ne s’est pas matérialisé ».

« Le gouvernement a échoué à contrôler l’inflation dans l’année (iranienne, ndlr) écoulée », a-t-il dit, cité par l’agence Irna.

Cette inflation est causée par une injection massive dans le circuit économique de fonds publics, rendue possible par la hausse des revenus de la vente du pétrole.

Le président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad a largement puisé dans cette cagnotte pour financer des projets d’infrastructures à travers le pays, gonflant la masse monétaire en circulation de près de 40% chaque année depuis son élection en juin 2005.

Le président n’en pas pas moins fait porter la responsabilité de la hausse des prix sur des « facteurs extérieurs », indépendants de sa politique.

Des rumeurs dans les médias ont fait état d’un limogeage imminent de M. Danesh Jaafari par M. Ahmadinejad.

Le porte-parole du gouvernement Gholam Hossein Elham a démenti samedi, en qualifiant ces rumeurs de « geste destiné à saper les plans économique et monétaire du gouvernement pour la nouvelle année ».

Dans des propos rapportés par la télévision d’Etat, M. Danesh Jaafari a adopté une position plus ambiguë en expliquant que le gouvernement avait déjà fait l’objet de telles rumeurs sur la démission de responsables, « qui sont parfois devenues réalités ».

Cinq ministres ont déjà été remplacés dans le gouvernement de M. Ahmadinejad depuis son élection.

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous