Iran and its NeighboursIrakL’Iran essai de troubler le processus électoral irakien (député)

L’Iran essai de troubler le processus électoral irakien (député)

-

FP : Quatorze partis et hommes politiques irakiens ont été interdits de se présenter aux prochaines élections législatives de mars en raison de leurs liens présumés avec le Baas, le parti interdit du défunt Saddam Hussein, a indiqué vendredi à l’AFP un député irakien.

Cette décision devrait encore ralentir les efforts de réconciliation nationale entre la communauté chiite, dont des représentants sont à la tête du gouvernement, et les sunnites qui ont perdu le pouvoir en 2003 après 80 ans de domination.

Le Comité indépendant pour la Justice et l’Intégrité, chargé notamment de purger la société irakienne de ses éléments baassistes, a interdit ces 14 hommes politiques et partis, dont Saleh al-Motlaq, le chef du Front du dialogue national, un parti sunnite, a indiqué Falah Chanchal, le président de la Commission parlementaire pour le Justice et l’Intégrité.

Le Comité qui a pris la décision et cette commission sont deux entités différentes.

"La décision du comité est intervenue après l’apparition d’autres informations et preuves montrant que Motlaq promeut et glorifie le parti Baas interdit", a précisé M. Chanchal, membre du courant sadriste, le parti du chef radical chiite Moqtada Sadr.

Selon le député, M. Motlaq aurait déclaré devant le Parlement irakien: "Je vais voter au nom du Baas". "Ces déclarations font la propagande du parti Baas de Saddam Hussein alors que la Constitution interdit de voter pour le Baas", a ajouté M. Chanchal.

Un porte-parole du parti de Salah al-Motlaq, Haydar al-Mollah, a affirmé que le Front du dialogue national n’avait pas officiellement été informé de la décision.

Interrogée par l’AFP, une des responsables de la commission électorale irakienne, Hamdia al-Husseini, a également assuré n’avoir reçu aucune requête formelle demandant de rayer ces partis des listes électorales.

M. Mollah a accusé l’Iran chiite d’être derrière cette décision, au lendemain de la visite du ministre des Affaires étrangères iranien à Bagdad, Manouchehr Mottaki.

"Il existe des influences régionales, plus particulièrement de l’Iran pour prendre de telles décisions qui visent à troubler le processus électoral irakien", a accusé le porte-parole.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous