Iran and its NeighboursIrakIrak: Maliki pourrait ne pas rester chef du gouvernement

Irak: Maliki pourrait ne pas rester chef du gouvernement

-

AFP: Le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki, considéré comme celui ayant mis fin à la guerre confessionnelle en Irak, est arrivé en tête aux législatives de dimanche mais pourrait ne pas disposer d’une majorité pour rester à son poste, estiment les experts.

Ses partisans pensent avoir pris un tiers des sièges, un résultat qui sera toutefois insuffisant pour se maintenir comme chef du gouvernement car ses opposants politiques refusent de composer avec lui, selon les analystes.

«Il semble que nous obtiendrons une centaine de sièges et il y aura un grand écart avec la liste suivante», a affirmé lundi une source proche de Maliki. «Il nous est impossible de former un gouvernement sans l’appui d’autres mouvements», a confié pour sa part un conseiller du Premier ministre, Ali al-Moussawi.

62,4% de participation

D’après des résultats obtenus par l’AFP auprès des responsables locaux, l’Alliance de l’Etat de droit (AED) de Nouri al-Maliki arrive en tête dans les neuf provinces chiites du sud. Le Bloc irakien de l’ex-Premier ministre Iyad Allawi, remporte largement les quatre provinces majoritairement sunnites (Al-Anbar, Salaheddine, Ninive et Diyala) et fait un bon score dans trois régions chiites.

Il y a 119 sièges à pourvoir dans les provinces chiites contre 70 dans les régions sunnites, pour un total de 325 sièges.

Le taux de participation est de 62,4%, a annoncé ce lundi la Commission électorale qui doit fournir des résultats partiels jeudi, les résultats complets le 18 mars et les résultats officiels, après examen des plaintes, à la fin du mois.

Si ce chiffre est en retrait par rapport à 2005 (76%), des millions d’Irakiens ont bravé les attentats ayant fait 38 morts et infligé un camouflet à Al-Qaïda qui avait menacé de mort quiconque participerait au scrutin.

La coalition chiite recule

Le grand perdant du scrutin est la coalition chiite avec laquelle Maliki a rompu pour faire cavalier seul, qui n’obtient qu’une modeste troisième place.

L’Alliance nationale irakienne (ANI), regroupant le Conseil supérieur islamique d’Irak (CSII d’Ammar al-Hakim) et les partisans du chef radical Moqtada Sadr, dominait le «pays chiite» et le Parlement sortant.

Dans la province multiethnique de Kirkouk (12 sièges), la liste Kurdistania, constituée des deux partis traditionnels kurdes, bat les listes arabes au moment où les Kurdes réclament le rattachement de ce gouvernorat riche en pétrole à leur région autonome.

Kurdistania arrive également en tête dans les trois provinces kurdes (41 sièges), suivie des contestataires du Goran (Changement), où la participation a atteint 80% à Dohouk.

Les sunnites ont voté en masse

«Nouri al-Maliki aura du mal à être le prochain Premier ministre car il lui manque une majorité suffisante et la plupart des autres partis n’en veulent pas, estime Hamid Fadel, professeur de sciences politiques à l’Université de Bagdad. Ses relations avec les Kurdes ne sont pas bonnes, l’ANI l’accuse d’exercer un pouvoir personnel et les sunnites d’avoir relancé la politique de débaassification qui les visent.» Pour Hamid Fadel, le nouveau chef du gouvernement sera un autre membre de l’AED ou Iyad Allawi.

Ce sentiment est partagé par Aziz Jabbar, de l’université de Moustansariya de Bagdad. «Je ne crois pas que Nouri al-Maliki sera le nouveau Premier ministre car il n’est pas accepté par les groupes politiques importants. Il lui aurait fallu avoir une avance beaucoup plus grande.»

De plus, les sunnites, qui avaient boycotté le scrutin en 2005, ont voté en masse. La participation oscille entre 61 et 73% dans les régions sunnites, alors qu’elle est entre 57 et 63% dans les provinces chiites. Bagdad a peu voté, avec 53% de participation.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous