IranDroits de l'hommeIran: Rohani est de la même étoffe que les...

Iran: Rohani est de la même étoffe que les autres mollahs, important dissident

-

Iran: Rohani est de la même étoffe que les autres mollahs, important dissident

Un dissident iranien a souligné que le président du régime iranien Hassan Rohani n’est pas différent des autres mollahs fondamentalistes en ce qui concerne les atteintes aux droits de l’homme des citoyens iraniens.

Behzad Naziri, membre de la commission de la commission des Affaires Etrangères du Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI), était journaliste pour la principale agence française de presse, AFP, lors de son arrestation en raison de son soutien au principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidin du Peuple d’Iran (OMPI, ou Moudjahidine-e Khalq, MEK) en 1982.

« Je fut arrêté et emprisonné peu de temps après l’exécution de ma sœur. Voici une photo de ma sœur Guiti et moi « , dit-il dans une interview.

En montrant une photo de Guiti et lui enfants, M. Naziri déclare: « Guiti était journaliste pour la télévision nationale de l’Iran et elle était cadreuse et photographe professionnelle. C’était une artiste: peintre, musicienne, et une excellente guitariste. Elle fut exécutée à 24 ans car elle était militante des droits de la femme et partisane du mouvement de la Résistance, l’Organisation des Moudjahidin du Peuple d’Iran. »

« Après l’exécution de Guiti, les Gardiens de la Révolution – les forces répressives du régime – se sont lancés à ma recherche et je fut arrêté et condamné à huit ans d’emprisonnement car j’étais journaliste de l’AFP. »

« Je fut torturé dès le premier jour. Rien que le fait d’être dans les prisons de Khomeiny était une forme de torture, car la torture est non seulement une façon de soutirer des informations aux prisonniers, mais également un outil pour détruire le détenu et lui faire oublier ses motivations. »

« La détermination des membres et sympathisants de l’OMPI dans les prisons de Khomeiny m’a beaucoup touché. »

« Après trois ans d’emprisonnement, j’eu l’opportunité exceptionnelle de sortir de prison pour une opération chirurgicale et j’en profitai pour m’échapper. Mon père fut arrêté à ma place et subit les cinq dernières années de ma peine de prison à ma place. »

« Ce livre des martyrs contient une photo de ma sœur présente en tant que journaliste de télévision sur la ligne de front de la guerre Iran-Irak. »

En feuilletant le livre « Fallen for Freedom » qui contient une liste partielle de 120.000 victimes d’exécutions politiques en Iran sous le régime des mollahs, M. Naziri déclare: « Comme vous pouvez le constater, de nombreuses exécutions eurent lieu à cette époque, car le régime voulait éliminer une génération déterminée qui protestait contre la dictature religieuse « .

« Ils provenaient de différentes classes de la société: travailleurs, employés, étudiants en lycée et université, médecins, athlètes, commerçants et beaucoup d’autres. Beaucoup d’entre eux furent mes compagnons de cellule et je ressens encore leur existence au plus profond de moi-même « , ajoute-t-il avec une souffrance manifeste.

« Le pic de ces exécutions fut en Août 1988 et les mois qui suivirent la date d’échéance d’une fatwa émise par Khomeiny: environ 30.000 personnes furent exécutées en prison uniquement en raison de leur sympathie avec l’OMPI. Certains d’entre eux étaient à mi-chemin de leur peine; d’autres l’avaient terminée. Khomeiny créa une commission de trois hommes qui décidèrent du sort de chaque personne sur la base d’une seule question: Etes-vous toujours partisan de l’OMPI, oui ou non? »

Au fil des ans, M. Naziri a activement défendu les droits de l’homme dans diverses instances et organismes internationaux. Ses écrits sur son calvaire en prison ont été publiés dans les grands quotidiens internationaux à l’instar du New York Times et de l’International Herald Tribune: http://www.nytimes.com/2004/08/13/opinion/13iht-ednaziri_ed3_.html

« Mais comme vous le savez, en Iran, les exécutions ne sont pas seulement une forme de représailles; elles servent plutôt d’instrument pour effrayer la population. Ceci explique la répression brutale et les exécutions des partisans de l’OMPI tels que Jafar Kazemi et Mohammad Ali Haj Aghai à la suite des révoltes de 2009 et de 2010 en Iran. Par exemple, le régime exécuta Gholamreza Khosravi l’année dernière uniquement comme contribution financière à la chaîne de télévision par satellite de la Résistance. »

« Il y a toujours eu des exécutions publiques en Iran, y compris les membres de l’OMPI qui furent pendus sous les ponts et d’autres prisonniers qui, ces derniers jours, sont pendus sur des grues de chantier au beau milieu de places publiques bondées. Tous ces actes visent à surmonter l’extrême nervosité d’une société iranienne sous haute tension, en particulier les jeunes qui en ont marre de ce régime. »

Lorsqu’on l’interroge sur ce qu’il pense de Rohani et de certaines revendications affirmant qu’il pourrait être un “réformateur”, M. Naziri déclare: « Rohani, qui a été un agent de sécurité clé du régime au cours de ces 30 dernières années, est directement responsable de ces meurtres; surtout quand on sait que son Ministre de la Justice Mostafa Pour-Mohammadi fut l’un des trois membres du ‘comité de la mort’ lors du massacre de 1988 qualifié de crime contre l’humanité par Amnesty International. »

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous