IranDroits de l'hommeL'Occident doit tenir Hassan Rohani pour responsable des crimes...

L’Occident doit tenir Hassan Rohani pour responsable des crimes commis par le régime en Iran, par le Général Shelton

-

L'Occident doit tenir Hassan Rohani pour responsable des crimes commis par le régime en Iran, par le Général Shelton

L’article démontre dans quelle mesure le président iranien Hassan Rohani a échoué et n’est pas à la hauteur de son statut auto-proclamé de « modéré ». Il a, en effet, infligé un nombre croissant de violations des droits de l’Homme au peuple iranien. Selon Shelton, « les Etats-Unis ont fait preuve de clémence face à la belligérance et a mis en oeuvre des demi-mesures, pour faire face à des adversaires qui définissent l’extrémisme en paroles et en actes ».

Rohani est arrivé au pouvoir en 2013, sur la base d’une « rhétorique qui sonnait positive » qui a épousé une forme plus modérée de l’Islam et des relations plus étroites entre l’Iran et la communauté internationale, pour lutter contre la menace terroriste dans le Moyen-Orient, après des années de froid. Cependant, « deux ans et demi plus tard, chacune de ces promesses se sont avérées fausses ou inaccessibles ». Comme l’a déclaré le Général, « ces types de remarques jouent dans la notion selon laquelle M. Rohani est une influence modératrice au sein de son gouvernement théocratique. Mais cette fin ne pourra être véritablement accomplie que si nous ignorons délibérément le comportement de M. Rohani ».

Shelton note que l’échec des Etats-Unis et d’autres gouvernements occidentaux de faire face à l’écart entre les paroles et les actions du gouvernement iranien a « habilité son mauvais comportement ». En évoquant le bilan catastrophique de l’Iran sur la peine de mort, Shelton déclare que « M. Rohani est à l’origine du taux d’exécutions le plus élevé en 25 ans – un record étonnant pour un pays qui a été constamment reconnu comme le pays qui abuse le plus de la peine de mort au monde ».

Selon les estimations, il y aurait eu 2000 pendaisons sous Rohani. Sous son mandat, le pays a également connu une augmentation perceptible dans « l’application de la charia, la criminalisation des tendances sociales progressistes, et la persécution et l’arrestation des ressortissants et des journalistes occidentaux ». Comme le demande Shelton, « est -ce là l’œuvre d’un leader « modéré » ? »

L’échec de l’Occident de tenir Rohani pour responsable et de rendre compte des actions de son régime, est aggravé par le fait « qu’il n’y a pas pénurie d’autres individus et de groupes musulmans, dont beaucoup d’iraniens, qui incarnent fermement le genre progressiste de l’Islam, qui ne souhaite que coexister avec la diversité et le monde moderne ».

« Ceux-ci comprennent la leader de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, qui a longtemps promu un plan en 10 points pour l’avenir du pays, et notamment des principes tels que des élections libres et équitables, l’égalité des sexes, et la séparation de la religion et de l’Etat ».

Shelton s’interroge sur la raison de l’absence d’engagement de la communauté internationale avec ces forces progressistes, au point de rester assis, pendant que le régime de Rohani attaque des expatriés iraniens en Irak. « Les agents du régime fondamentaliste iranien ont continué à l’assassinat de ces braves gens, qui prônent la démocratie et la tolérance par les paroles, mais aussi par les actes ».

Il est clair pour Shelton que la clémence de l’Occident envers Rohani découle de la volonté de faire respecter le récent accord sur le nucléaire. Cependant, en dépit de quelques voix dissidentes au sein du Congrès américain et du Parlement européen, qui demandent à la communauté internationale d’être plus forte dans la protection des innocents en Irak, l’Iran a toujours été autorisée à agir en toute impunité. Cela a été démontré par le lancement récent de deux missiles balistiques par l’armée iranienne, en violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Shelton est sans équivoque dans son avis sur la façon dont l’Occident devrait se comporter avec l’Iran à l’avenir. Il croit que la communauté internationale devrait voir « Rohani comme il est réellement, et formuler une politique fondée sur des faits et non pas sur des espoirs. Les contradictions de la politique américaine doit faire place à une analyse et un art de gouverner sobres et cohérents, si nous voulons reprendre le dessus et promouvoir la stabilité régionale et la sécurité que nous recherchons tous ».

 

 

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous