IranDroits de l'hommeIran: le journaliste dissident Akbar Ganji retourne en prison

Iran: le journaliste dissident Akbar Ganji retourne en prison

-

AFP, Téhéran, 11 juin – Le journaliste Akbar Ganji, figure emblématique de la dissidence iranienne, est retourné samedi matin en prison à Téhéran, où il doit recommencer une grève de la faim, a rapporté l’agence estudiantine Isna.
M. Ganji, qui a donc vainement réclamé la prolongation de sa permission de sortie, a été salué par des familles de prisonniers politiques rassemblées devant la prison d’Evine, dans le nord de la capitale.
Celui qui est le journaliste emprisonné depuis le plus longtemps en Iran et dont on était sans nouvelle depuis mardi avait démenti vendredi être en fuite, comme l’affirmait le procureur général de Téhéran. Il avait dit son intention de retourner de lui-même en prison et d’y reprendre une grève de la faim.
M. Ganji a été condamné en janvier 2001 à 10 ans de prison ramenés ensuite à six, pour avoir écrit des articles mettant en cause des responsables iraniens, dont l’ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani, dans le meurtre de plusieurs intellectuels et écrivains.
Il est sorti de prison le 30 mai. Selon le parquet, sa permission était de sept jours. Le parquet a délivré un mandat d’arrêt au terme de ce délai et s’est présenté chez lui le 7 juin au soir pour l’arrêter. Mais le journaliste n’était pas à son domicile. On était depuis lors sans nouvelles de lui.
Avant sa permission, Akbar Ganji avait observé une grève de la faim de douze jours pour dénoncer l’illégalité de sa détention et le traitement discriminatoire qui lui était infligé en prison, et pour obtenir des soins.
Un autre prisonnier politique, l’avocat défenseur des droits de l’homme Nasser Zarafchan, a entamé mercredi une grève de la faim, également pour protester contre ses conditions de détention.
Depuis mercredi, la famille de M. Zarafchan, des avocats membres du collectif d’avocats du prix Nobel de la paix Shirin Ebadi, et des dissidents comme Hachem Aghajari, tiennent un sit-in devant la prison d’Evine, fait rare compte tenu du caractère sensible de l’endroit, pour soutenir M. Zarafchan.
M. Zarafchan, condamné il y a trois ans à cinq années d’emprisonnement pour action contre le régime, détention d’alcool et détention d’armes, devrait bénéficier d’une libération conditionnelle, comme tout autre prisonnier en Iran, parce qu’il a purgé la moitié de sa peine et n’a pas d’antécédent judiciaire, a dit à l’AFP un membre du collectif d’avocats, Mohammad Ali Dadkhakh.
Selon lui, le détenu souffre de troubles rénaux.
M. Zarafchan s’est signalé en défendant les familles des écrivains Mohammad Mokhtari et Mohammad Jafar Pouyandeh, assassinés en même temps que d’autres intellectuels fin 1998. Ces crimes ont été imputés à des agents des Renseignements en rupture de ban.

7,062FansJ'aime
1,178SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Les défis économiques de l’Iran en 2023 : inflation, investissement et relations internationales

Alors que l'Iran entre dans la nouvelle année perse, les experts du régime s'inquiètent de l'état de l'économie du...

Ce que les empoisonnements au gaz en Iran nous disent sur le régime au pouvoir

Depuis des mois, des écoles en Iran sont dans le collimateur d'attaques au gaz contre les enfants du pays....

Le régime iranien se dirige vers l’obtention d’armes nucléaires

Le régime iranien est une fois de plus au centre d'une dangereuse escalade de la prolifération d’armes nucléaires. Un...

Le Congrès américain soutien la quête du peuple iranien pour une République démocratique et laïque

Plusieurs membres bipartites de la Chambre des représentants des États-Unis ont présenté une résolution (H. RES. 100) soutenant le...

Une vague d’attaques par empoisonnement contre des écoles laisse des centaines de personnes malades

L'Iran est secoué depuis trois mois par des empoisonnements en série contre des écoles réservées aux filles, qui ont...

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite l'inquiétude du régime iranien. La veille du dernier mercredi de...

Doit lire

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite...

Les démocrates devraient entendre la voix des Iraniens, pas celle des dictateurs

Le soulèvement national iranien se poursuit malgré ses hauts...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous