IranDroits de l'hommeLe régime en Iran exécute un autre athlète

Le régime en Iran exécute un autre athlète

-

Le gouvernement iranien a exécuté le lutteur Mehdi Ali Hosseini ce lundi, malgré les condamnations de la communauté internationale, montrant le mépris des ayatollahs pour les droits de l’homme.

Cela rappelle le cas du champion de lutte Navid Afkari qui a été exécuté en septembre, malgré une campagne internationale pour sauver sa vie. Afkari a été arrêté lors de manifestations en août 2018, aux côtés de ses frères. Récemment, des individus liés au gouvernement ont détruit sa pierre tombale et arrêté son entraîneur.

Peu de temps avant son exécution, 48 athlètes iraniens célèbres, dont le lutteur musulman Eskandar Filabi, ont écrit au Comité international olympique pour souligner l’usage de la violence par l’Iran contre les athlètes.

«L’exécution d’athlètes, de champions olympique en Iran par le régime au pouvoir n’est pas nouvelle. De nombreux athlètes ont été exécutés à ce jour uniquement parce qu’ils avaient répondu à leur conscience et à leurs devoirs sportifs en ce qui concerne l’oppression du peuple par le régime. Le régime iranien ne peut tolérer les personnalités populaires en Iran », lit-on dans la lettre.

Comme l’explique la lettre, la République islamique a exécuté des dizaines d’athlètes au cours des 41 dernières années en raison de leurs convictions politiques.

Athlètes iraniens exécutés pour avoir soutenu l’OMPI / OMPI dans les années 1980 – de gauche à droite: Houshang Montazer ol-Zohour – Habib Khabiri – Foruzan Abdi – Mahshid Razzaghi

En 1981, le gouvernement a exécuté le lutteur national des poids lourds Houshang Montazer-ol Zohour et le capitaine de l’équipe de football iranienne, Habib Khabiri, pour leur soutien au groupe d’opposition des Moudjahidine du peuple (OMPI).

Beaucoup d’autres ont été tués lors du massacre de 1988, notamment un membre de l’équipe nationale féminine de volleyball, Forouzan Abdi, et un membre de l’équipe nationale iranienne de football, Mahshid Razzaghi. C’est ce massacre que les experts des droits de l’homme de l’ONU ont récemment qualifié de «crimes contre l’humanité».

Il n’est pas surprenant que les exécutions en Iran se multiplient, surtout si l’on considère que deux des principaux auteurs sont l’actuel ministre de la Justice et le chef du pouvoir judiciaire et que l’Iran n’a subi aucune conséquence pour ses actes.

«Le régime fait face à une société agitée, qui a montré sa volonté de changement de régime lors des récents soulèvements. Ainsi, les ayatollahs continueront leurs violations des droits humains et exécuteront des personnalités nationales pour intimider le public », a écrit la Résistance iranienne.

Les dissidents iraniens ont appelé la communauté internationale à prendre des mesures pour demander des comptes au gouvernement, ce qui, selon eux, est le seul moyen pour les ayatollahs d’arrêter les exécutions et le massacre de manifestants, soit 1500 tués par les Forces de sécurité de l’État (SSF) et les Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) lors des manifestations de 2019.

Ils ont indiqué que le nouveau régime de sanctions mondiales de l’UE pour punir les auteurs de violations des droits de l’homme devrait être utilisé contre les ayatollahs en imposant des sanctions aux dirigeants de Téhéran et en subordonnant les relations avec l’Iran à la fin des violations des droits de l’homme. Ensuite, l’UE pourrait mener une enquête internationale sur le massacre de 1988.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous