EconomyÉconomieDes responsables iraniens utilisent le marché boursier pour dilapider...

Des responsables iraniens utilisent le marché boursier pour dilapider la population

-

Ces jours-ci, la baisse de l’indice boursier iranien a intensifié la colère de la population face à la mauvaise gestion économique du gouvernement.

Aux premières heures du 20 janvier, la baisse de l’indice boursier a atteint 1 158 345 unités avec une baisse de 28 346 unités. Pendant ce temps, le marché boursier a connu une baisse de plus de 80 000 unités.

Les médias publics ont mis en garde contre l’éruption de colère des actionnaires en raison de cet échec financier. Siasat-e Rouz a réagi quotidiennement à la chute libre de la bourse et l’a décrite comme «brûler l’argent du peuple». Parallèlement à l’information, un grand nombre d’actionnaires ayant perdu leurs actifs se sont réunis devant le bâtiment de la Bourse de Téhéran.
«Vous avez volé notre argent et vous vous en vantez», «Mort au [président Hassan] Rohani» et «Mort au criminel économique», ont scandé les manifestants. Des gens indignés ont également abattu le drapeau de la Bourse de Téhéran et scandé le slogan: «Le casino islamique est ici – contrairement aux allégations des officiels contre les jeux de hasard et les paris.»

En outre, les personnes ruinées ont continué leurs manifestations devant le Parlement (Majlis). Des députés affiliés à la faction du guide suprême Ali Khamenei ont critiqué l’administration Rohani dans ce que les observateurs iraniens ont décrit comme des tentatives pour échapper à leur propre responsabilité. Ceci alors que dans son discours du 18 novembre 2019, Khamenei a personnellement encouragé les citoyens iraniens à s’engager dans des transactions boursières. «Les gens devraient investir dans la Bourse», avait déclaré le guide suprême.

Suite aux protestations des actionnaires, le chef de la Bourse de Téhéran Hassan Ghalibaf a démissionné. Cependant, la démission n’a pas éteint la colère publique ni les rivalités politiques. À cet égard, Ahmad Naderi, député de Téhéran, a déclaré le plan du Majlis pour destituer le ministre des Affaires économiques et financières Farhad Dejpasand. « Le scandale de la Bourse est au sommet des articles de destitution« , a déclaré Naderi.

«À l’aide des chaînes de télévision, l’administration [Rohani] a encouragé la population à investir dans la bourse et a traîné les capitaux des gens vers l’abattoir du casino gouvernemental. Aujourd’hui, le gouvernement doit être tenu responsable », a ajouté le député.

Le président du Majlis, Mohammad Bagher Ghalibaf, a également exprimé son inquiétude face à de nouvelles manifestations et à la perte du «capital social». Récemment, des hauts fonctionnaires ont parlé à maintes reprises de l’érosion du capital social de l’establishment, ce qui est considéré comme une reconnaissance de la situation instable de la société et d’éventuelles manifestations à venir.

«Le projet de loi budgétaire 2021-2022 supprime une partie des revenus, des installations et des ressources du pays du panier alimentaire de la population, en plus d’aggraver le désordre financier dans le pays. La Bourse a connu une chute libre brutale et même le Refinery Fund a imposé un désavantage de 44% à ses clients », a déclaré le président Majlis.

«Nous n’acceptons pas un tel état en Bourse, et l’administration doit sérieusement être tenue responsable dans ce contexte. Il est impossible d’utiliser les tribunes officielles pour inciter le peuple à investir ses capitaux dans la bourse. L’administration nuit à la confiance du public et dévalorise les actifs des gens par sa mauvaise gestion », a ajouté Ghalibaf, affirmant:« Le Majlis ne peut ignorer ces désavantages et inconvénients élargis à la bourse… L’administration doit relancer le «capital social» et la confiance de la population dans le marché boursier dès que possible. »

Dans ses remarques, un autre député de Téhéran Delkhosh Abatari a exprimé son inquiétude face à la colère du public. «Ma première remarque concerne l’état de la bourse. Actuellement, une émeute a eu lieu dans le pays. Les personnes qui avaient fait confiance à l’Organisation de la Bourse sont tombées dans des problèmes et des dilemmes », a déclaré Abatari.

Le vice-président Ali Nikzad a annoncé: «La Commission économique du Majlis a convoqué le ministre de l’Économie et le chef de la Bourse à 12h30. Ils sont censés expliquer les conditions de la bourse. Cependant, notre cher peuple doit savoir que ceux qui ont invité des citoyens à la bourse doivent être tenus responsables. »

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous