IranDroits de l'hommeIran: la tuerie des porteurs de carburant baloutche et...

Iran: la tuerie des porteurs de carburant baloutche et manifestations à Saravan

-

Le 22 février, les forces du CGRI ont ouvert le feu sur un groupe de porteurs de carburant à la ville frontalière de Saravan, faisant plusieurs morts et blessés. Les derniers rapports indiquent qu’au moins 40 personnes sont mortes et plus de 100 ont été blessées.

«Au moins 40 manifestants ont été tués lors des attaques brutales d’hier et d’aujourd’hui, et plus de 100 personnes ont été blessées et hospitalisées, certaines dans un état critique. Le CGRI a également incendié des dizaines de véhicules avec lesquels les porteurs avaient transféré leur carburant », a déclaré le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), coalition de l’opposition iranienne.

Selon des témoins oculaires et des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, le CGRI a utilisé des mitrailleuses lourdes pour tirer sur les porteurs et incendier plusieurs de leurs véhicules. Les forces de sécurité ont par la suite ouvert le feu sur un village proche de la zone où l’incident s’est produit, provoquant la fuite de tous les habitants.

L’opposition iranienne OMPI a décrit la situation dans la ville de Saravan comme tendue. «Le CGRI a également dépêché plusieurs escouades de forces armées dans la ville de Saravan pour empêcher d’éventuelles manifestations de la part des familles des victimes et des citoyens en colère. D’autres rapports ont indiqué que le CGRI avait bloqué les routes menant à l’hôpital de Razi et à la morgue de Saravan, où les corps des victimes étaient détenus », a écrit l’OMPI sur son site Web.

En réponse à la répression aveugle du gouvernement contre les Baloutches, les habitants de Saravan ont attaqué et occupé le gouvernorat local, exprimant leur colère face aux mesures d’oppression et aux effusions de sang. Ils ont également renversé des véhicules de police et les ont incendiés en signe de protestation.

Dans de telles circonstances, il est impératif que la communauté internationale interfère pour pousser le gouvernement iranien à arrêter la répression, estiment les dissidents. La question des violation des droits de l’homme par Téhéran doit être soumise au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) et les criminels doivent être traduits en justice, ont-ils ajouté.

Pendant de nombreuses années, la discrimination systématique du gouvernement iranien a conduit les habitants des provinces frontalières comme le Sistan et le Baloutchistan dans le sud-est, le Kurdistan à l’ouest et le Khuzestan dans le sud-ouest à recourir à des emplois difficiles et dangereuses pour nourrir les membres de leur famille.

Le transport de quantités insignifiantes de carburant est un emplois difficiles et risqués dans la province du Baloutchistan. Beaucoup de gens transportent des gallons d’essence en échange d’un peu d’argent. Cependant, le gouvernement, en particulier le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), cible fréquemment ces personnes connues sous le nom de Soukhtbar ou porteur de carburant.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous