IranDroits de l'hommeLe drame de 1988 en Iran : témoignage de...

Le drame de 1988 en Iran : témoignage de Mahmoud Royaï au procès d’Hamid Noury ​​en Albanie

-

Les cinq dernières sessions du procès d’Hamid Noury ​​se sont tenues en Albanie. Le lieu du procès a été transféré de Suède en Albanie à la demande des procureurs, où se trouvent des milliers de Moudjahidine du peuple (OMPI). Les résistants iraniens ont été la principale cible du massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988 en Iran.

Lors de l’audience de mardi au tribunal de district de Durres, Mahmoud Royaï, un ancien prisonnier politique et membre de l’OMPI, a témoigné. Ce dernier a passé dix ans en prison et il est l’un des survivants du massacre de 1988.

« En mars 1986, j’ai été transféré de Ghezelhesar à la prison de Gohardasht. En mars 1988, un groupe de prisonniers a été amené de Kermanshah à Gohardacht.

Nous ne savions pas pourquoi les autorités avaient fait cela, mais nous avons découvert plus tard que cela faisait partie du plan de classification des prisonniers, un plan qui a été exécuté par Davoud Lashgari, Nasserian [Mohammad Moghiseh] et Hamid Abbasi [Noury ] en février 1988 », a-t-il déclaré, soulignant que le régime prévoyait l’exécution depuis des mois.

« J’ai entendu une conversation alors que j’étais dans ma cellule. Davoud Lashgari, un tortionnaire bien connu a déclaré : Nous les classons. À ce moment-là, je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire. Mais quand ils ont séparé les prisonniers marxistes du reste d’entre nous et transféré plusieurs autres dans la salle 1, j’ai compris ce qu’ils préparaient », a déclaré Royaï.

Royaï a également témoigné que Massoud Moghbeli avait envoyé un message depuis sa cellule en avril relattany ce que son interrogateur lui avait dit : « Nous finaliserions bientôt votre situation, et il y aura une purge. » Moghbeli a été exécuté lors du massacre de 1988.

« Vers 22 ou 23 heures le 28 juillet 1988, les autorités pénitentiaires ont appelé les noms de plusieurs prisonniers dans le quartier 3 de Gohardasht, où je me trouvais », a déclaré Royaï.

« Ils leur ont demandé quelle était leur accusation. Dès qu’ils ont dit qu’ils étaient des partisans de l’OMPI, les gardes les ont sévèrement battus. Une ou deux heures plus tard, ils ont été ramenés, meurtris et ensanglantés. Les gardes ont dit, nous reviendrons pour vous samedi », a-t-il ajouté.

Vidéo : Le massacre de 1988 de prisonniers politiques en Iran – Les Commissions de la mort – 5 août 2021

« Le 30 juillet, vers midi, je parlais à l’un des détenus lorsque nous avons appris la nouvelle qu’il y avait eu des mouvements suspects autour de l’un des entrepôts », a déclaré Royaï.

Comme d’autres témoins au procès d’Hamid Noury, Royaï a également vu des gardes emmener des cordes de pendaison à l’entrepôt dans des brouettes. Cet entrepôt devint plus tard connu sous le nom de « Salle de la mort », où les prisonniers étaient exécutés.

Le drame de 88 en Iran : témoignage de Mahmoud Royaï au procès d'Hamid Noury ​​en Albanie

« Cette série d’événements nous a rappelé les sombres souvenirs de 1981. Chaque nuit, des centaines de prisonniers étaient exécutés tandis que les autorités criaient ‘Mort au Monafeghine’ [le terme que le régime utilise pour désigner l’OMPI », a déclaré Royaï. « Personnellement, je pensais qu’ils ne pouvaient pas exécuter tout le monde, et cela leur coûterait très cher. Je pensais qu’ils n’exécutaient que le groupe de prisonniers qui avait été transféré de Machhad à Gohardasht.

« Vers 20 heures, l’un des gardes est venu dans notre section et a demandé : « Quel est le nom du père de Massoud Ghahremani ?

« Le 31 juillet, je parlais avec Mohammad Reza Hejazi. Il avait été transféré à Gohardasht depuis la prison de Karaj et sa peine était terminée depuis un an », a déclaré Royaï, « j’ai dit à Mohammad Reza que ta peine était terminée. Le procureur de Karaj a déclaré que tu seras libéré la semaine prochaine. Il m’a répondu : ‘Tu n’as pas vu les cordes ? Khomeini ne nous laissera pas vivants. »

Selon Royaï, un garde a emmené Hejazi et plusieurs autres prisonniers peu de temps après. Ces prisonniers venaient de la prison de Karaj. «  Il est devenu clair pour nous que les premières exécutions concernaient les prisonniers de Karaj parce que [Ebrahim] Raïssi était le procureur de Karaj et les connaissait personnellement », a déclaré Royaï, faisant référence au rôle clé joué par l’actuel président du régime, Ebrahim Raïssi dans le massacre de 1988.

Raïssi était membre de la tristement célèbre « Commission de la mort », qui a identifié les fidèles à l’OMPI et les a condamnés à mort lors de procès éclaires. Ces commissions mettaient en œuvre une fatwa du Guide suprême du régime de l’époque, Rouhollah Khomeini, ordonnant l’exécution de tous les membres de l’OMPI.

« Le 1er août, Lashgari est venu dans le quartier et a dit à tous les prisonniers qui avaient été condamnés à dix ans ou plus de prison de sortir », a déclaré Royaï. « Je pense que nous étions 70 prisonniers qui avaient plus de dix ars. Nous avons été sortis des cellules et emmenés dans une autre section. Il a demandé nos noms et nos accusations. Quiconque a dit qu’il soutenait l’OMPI était séparé des autres.

« Trente-cinq d’entre nous ont été emmenés dans l’une des sections du premier étage. Les autres ont été envoyés à l’isolement », a déclaré Royaï.

Plus tard, Royaï a été emmené dans un couloir connu sous le nom de « Corridor de la mort ». « J’ai vu des prisonniers assis des deux côtés [du couloir], et on m’a dit de m’asseoir », a déclaré Royaï.

« De nombreux prisonniers étaient assis. J’ai regardé sous mon bandeau. Je n’en connaissais pas beaucoup. Au bout d’une demi-heure environ, j’ai reconnu la voix d’Hamid Abbasi [Noury] qui criait des injures. J’ai remonté un peu mon bandeau et j’ai vu Hamid Abbasi se tenir au milieu du couloir et lire des noms », a déclaré Royaï.

En voyant ses amis et d’autres prisonniers se faire exécuter, Royaï attendit son tour.

« Vers 17 ou 18 heures, Nasserian est venu et a dit: » Lève-toi « . Il m’a emmené à la Commission de la mort », a déclaré Royaï. « Quand je suis entré dans la pièce, il y avait une chaise. Je me suis assis et ils m’a dit d’enlever mon bandeau. Il y avait une longue table, et derrière elle étaient assis deux clercs et deux individus en civil. Assis en face de moi, il y avait [Hossein Ali] Nayyeri. Je n’ai pas reconnu les autres, mais parmi les membres de la Commission de la mort il y avait [Mostafa] Pourmohammadi, le représentant du ministère du renseignement, que je ne connaissais pas ; [Morteza] Eshraghi, qui portait des vêtements civils et je le connaissais ; et il y avait Raïssi que je pensais être un gardien de prison parce que quand je l’ai vu, il marchait et tenait un chapelet », se souvient Royaï.

Vidéo : Iran : une fatwa qui a coûté la vie à 30 000 prisonniers politiques lors du massacre de 1988

« Nayyeri a demandé, quelle est ton accusation ? J’ai dit  » supporter « . Il a dit  » supporter de qui ?  » J’ai dit « de l’OMPI « , a témoigné Mahmoud Royaï. « Il y avait une autre personne là-bas – je ne me souviens pas qui il était – il a demandé ce que je pensais de l’OMPI ? J’ai dit que je n’avais pas d’opinion. Il a dit : ‘Comment peux-tu ne pas avoir d’opinion ? Est-il possible de ne pas avoir d’opinion ?’ J’ai dit que je suis en prison depuis sept ans et que je n’ai pas de nouvelles et donc pas d’opinion. »

« Pourmohammadi ou [Esmail] Shoushtari a dit : ‘Nous sommes la commission des grâces. Nous voulons libérer certains des prisonniers. Nous voulons savoir si vous êtes prêt à faire une interview et à écrire une lettre de regret », a déclaré Royaï.

Il leur dit que s’ils le libèrent, il s’engagera à n’avoir aucune relation avec qui que ce soit. «Raïssi m’a dit de sortir de la pièce. Pourmohammadi m’a aussi dit de sortir. Quand je suis sorti de la pièce, Eshraghi est venu vers moi et m’a dit : « Ecris-le ».

« J’ai été conduit dans la chambre de l’assistant de justice. Il m’a donné un papier. J’ai enlevé mon bandeau et j’ai écrit que si je suis libéré, je n’aurai rien à voir avec personne. Quand ce fut fini, un garde est venu et je lui ai remis le papier », a déclaré Royaï.

« J’ai essayé d’aller à l’endroit où de nombreux prisonniers étaient assis. L’un des gardes qui était là m’a dit de rentrer et que mon nom n’était pas là. Je suis allé aux toilettes et j’ai entendu Nasserian m’appeler. Je l’ai ignoré. Quelques minutes plus tard, je suis retourné dans le couloir », a déclaré Royaï.

Là, il voit Hamid Noury, également connu sous le nom d’Abbasi. « J’étais assis à moins d’un mètre de Hamid Abbasi. Je n’ai pas eu besoin de voir son visage pour le reconnaître. Je pouvais voir à quelques mètres sous le bandeau. Je savais exactement à qui appartenait chaque paire de pantalons et de chaussures », a déclaré Royaï. « Tous les gardes portaient des vêtements militaires. Mais Nasserian et Hamid Abbasi portaient des vêtements civils.

Peu de temps après, Nasserian ramène Roayei à la Commission de la mort.

« Ils ont commencé à m’insulter et à insulter ce que j’avais écrit sur ce papier. Ils ont dit : « Es-tu analphabète ? Comment se fait-il que tu n’aies pas écrit ton nom et signé le papier. Tu n’as pas écrit ton opinion sur l’OMPI. Tu viens d’écrire que tu ne dérangeras personne si tu es libéré », a déclaré Royaï. « Pourmohammadi m’a donné un papier et m’a dit d’écrire comme ça. »

« Je n’ai pas lu tout le texte. C’était une page entière. Quand j’ai vu la demande de grâce, j’ai rendu le papier et j’ai dit : « Je n’ai rien à voir avec ça. J’étais en prison quand le bureau du Premier ministre a explosé. Je ne demande pas pardon. ‘Pourmohammadi m’a dit de sortir », a déclaré Royaï.

Lorsque Royaï sort de la pièce, Eshragi lui donne son papier et lui dit d’écrire ses lettres de créance et son opinion sur l’OMPI. « J’ai ajouté quatre ou cinq lignes, j’ai dit que je n’avais aucune opinion sur l’OMPI et quue si je suis libéré, je ne travaillerai avec aucun parti ou groupe politque », a déclaré Royaï

« Je pense que c’est vers 22 heures qu’il a lu la dernière liste. Certains étaient assis de ce côté du couloir et d’autres de l’autre… J’ai réalisé plus tard que ceux qui étaient de l’autre côté du couloir devaient être exécutés et savaient qu’ils seraient exécutés.

« Le 3 août, lorsqu’ils m’ont appelé à deux reprises devant la Commission de la mort, je n’ai jamais cru qu’il s’agissait d’une ‘Commission de libération conditionnelle’. Je n’avais pas non plus réalisé le grand nombre d’exécutions », a déclaré Royaï. « Les membres de la Commission de la mort que j’ai vus m’ont confirmé que c’étaient des personnalités de haut rang parce que je savais que Nayyeri l’était. »

Mardi, parallèlement au procès d’Hamid Noury, les familles des victimes et les membres de l’OMPI se sont rassemblés devant le tribunal de district de Durres. Ils ont partagé leurs histoires avec la presse et ont également fait la lumière sur les quatre décennies de violations des droits humains par le régime intégriste. En outre, les membres de l’OMPI à Achraf 3 ont organisé une cérémonie pour rendre hommage aux héros tombés au combat dans la lutte pour la liberté au cours des quarante dernières années. Des partisans de l’OMPI et des membres de familles de victimes ont également manifesté mardi en Suède.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous