IranDroits de l'hommeQui est responsable de la débâcle économique en Iran

Qui est responsable de la débâcle économique en Iran

-

Il y a quelques jours à peine, le président du régime iranien Ebrahim Raïssi a fait une déclaration ridicule selon laquelle la pauvreté absolue qui engloutit le pays serait éradiquée d’ici deux semaines. Avec une remarque aussi absurde, il n’est pas étonnant que les responsables du régime et les médias d’État iraniens aient répondu par des réactions sarcastiques et cyniques.

Le 8 mars, Ali Ghanbari, professeur à l’université Tarbiat Modares, écrivait dans le quotidien officiel Etemad : « L’opinion publique et les professeurs d’université sont encore sidérés par une telle remarque. Le président exprime-t-il ces discours en plaisantant ?! »

La question de Ghanbari met en évidence une réalité que le régime redoute le plus en plus de la résistance croissante du peuple iranien, en particulier des jeunes : la révolte d’une nation affamée et affamée. C’est d’autant plus probable que le nombre de pauvres vivant sous le seuil de pauvreté a dépassé les 70 %, exterminant complètement la classe moyenne du pays.

Qui est responsable de la débâcle économique en Iran

Le journal Arman a fait écho aux propos de Mostafa Eghlima, un travailleur social expert du régime, qui a mis en garde le régime contre la possibilité d’une révolte des personnes affamées. Il a écrit : « Ces derniers mois, chaque jour, une partie de la communauté proteste contre leurs conditions de vie. Des enseignants et des retraités faisaient partie des groupes qui protestaient contre leurs conditions de vie. Il en est de même pour les autres groupes professionnels. Les gens sont incapables de tolérer cette situation, et si cette situation perdure, il faudra attendre l’explosion des affamés. Ne doutez pas que si cette situation perdure, si l’explosion des affamés ne se produit pas cette année, elle se produira l’année prochaine.

Raisi n’est pas le seul à avoir exprimé sa peur du nombre croissant de personnes affamées et de son danger pour le régime. L’un des mollahs les plus infâmes, cruels et corrompus, le président du Conseil des gardiens, Ahmad Janati, a parlé du « miracle de satisfaire les affamés », dans son récent discours devant l’Assemblée des experts du régime. Il a poursuivi en ajoutant que son État souverain ne peut pas satisfaire le peuple affamé après 40 ans.

Les propos de Raisi ont également fait l’objet de nombreuses critiques de la part des médias du régime, qui l’ont attaqué comme l’un des principaux responsables de cette situation, lui rappelant sa conduite problématique au cours des 40 dernières années.

Le 9 mars, le quotidien d’État Hamdeli a écrit : « Bien que les récentes remarques de Janati puissent être simplement ignorées, on devrait néanmoins se demander quel rôle joue-t-il là-dedans ? Quel élément du système est à blâmer pour cette situation ? Sauf qu’un groupe d’officiels avec n’importe quel nom et titre doit être responsable de cette situation.

Dans un autre article intitulé « Qui est responsable des affamés ? », le même quotidien écrit : « Jannati, en tant que religieux influent au sein du gouvernement et parmi le clergé iranien, a eu pendant quarante ans un pouvoir et une influence sans précédent pour approuver les qualifications de ces présent aux plus hauts niveaux de l’élaboration des lois et élargissant le discours culturel et politique de la République islamique.

« Quel rôle s’attribue-t-il ? Et quelle part de responsabilité est-il prêt à accepter ? Le troisième point est qu’en fin de compte, où et quelle institution du gouvernement a eu des défauts fondamentaux qui font que ce pays est aussi riche, nous ne pouvons pas nourrir les affamés ? »

Le même jour, le quotidien d’État Jahan-e Sanat, affilié à la soi-disant faction réformiste du régime, écrivait : « Ces messieurs ont été élus et ont pris leurs fonctions avec la promesse de résoudre les problèmes économiques et de moyens de subsistance, et finalement rien n’est changer la situation misérable du peuple.

« Enfin, les problèmes sont devenus si aigus que ce ne serait pas une mauvaise chose si la préoccupation des responsables était de nourrir le peuple. D’un autre côté, dire que la résolution de cette question nécessite un miracle mérite d’être médité étant donné que chaque jour les médias de la faction principiste écrivent sur une situation qui s’améliore, facilite la vente de pétrole, gagne des revenus, et en un mot, ne pas avoir besoin du JCPOA et de la suppression des sanctions.

Le journal cite Abbas Abdi, qui faisait partie des occupants de l’ambassade des États-Unis à Téhéran en 1979, qui a déclaré sarcastiquement : « Le plus grand miracle a été d’affamer le peuple, et c’est ce qui s’est produit ».

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous