IranIran (actualité)La contestation en Iran

La contestation en Iran

-

Les experts et observateurs du régime iranien expriment ouvertement leur crainte face à la montée des protestations populaires. Et bien sûr, les factions du régime s’accusent mutuellement de cette situation désastreuse.

Mais quelle est la source de toutes ces protestations et qu’est-ce qui a provoqué une atmosphère si volatile dans le pays ? Et comment cette situation va-t-elle se terminer, et quelles sont les solutions du régime pour surmonter cette situation ?

Dans un article intitulé « Les promesses creuses sont les causes des manifestations populaires », le quotidien officiel Hamdeli du 28 février 2022 a écrit : « Les manifestations populaires ont établi un nouveau record ces derniers mois. Dans de nombreux cas, les manifestants ont été témoins d’affrontements violents, et les autorités s’abstiennent de répondre. Cela, selon les experts, a non seulement échoué à réduire le feu des protestations, mais les a plutôt alimentées. »

La contestation en Iran

Les médias d’État accusent le gouvernement d’être la cause des protestations croissantes en Iran. Le quotidien d’État Setareh-e Sobh a reconnu cette réalité le 28 février : « Les mafias en Iran ont trompeusement pris le contrôle d’une partie importante du système décisionnel du pays. L’un de ces mensonges est qu’ils disent que 90 pour cent de l’eau douce du pays est utilisée pour l’agriculture, alors que c’est un mensonge de justifier l’utilisation de l’eau pour les industries à forte consommation d’eau dans les zones sèches par des mafias qui sont impliquées dans la construction de barrages et de distribution d’eau. »

Le journal a mis en garde les responsables du régime contre la situation de plus en plus explosive : « Lorsque les responsables se réveillent de leur sommeil, ils voient soudain que la part des personnes marginalisées dans la population urbaine sera de 25 %. Par exemple, les responsables de l’Organisation des prisons disent que 75 % des prisonniers viennent de les banlieues. »

Mais maintenant, les responsables du régime se rendent compte qu’en raison de leur corruption massive, même des personnes proches du gouvernement se joignent aux manifestations. Lors de la réunion d’examen du projet de loi budgétaire du parlement le 28 février, Jabar Koukakinejad, député du régime, a déclaré : « Ces rassemblements devant le parlement sont principalement dus à la non-application de la loi par le gouvernement, c’est pourquoi vous voyez les Isargarans (Basiji et les membres du CGRI qui ont combattu dans la guerre Iran-Irak) et les enseignants sortir pour exiger leur droits. »

Un religieux du régime et député Salman Zaker a exprimé sa crainte face à cette situation alarmante : « Nous ne devons pas être un moyen de nuire aux autres. Nous négligeons maintenant les moyens de subsistance des gens et la viande de poulet pendant les vacances de l’Aïd. Que disez-vous de cela? Chaque fois que nous y allons, nous passons devant le parlement, ils (les gens) crient et disent : « Monsieur, pourquoi ce député s’est-il enfui ? » », a-t-il déclaré le 26 février.

Et certains responsables du régime admettent que le peuple vise désormais le chef du régime. Dans une interview accordée à Ofogh TV du régime le 27 février, Jalal Rashidi Kouchi, député du régime, a déclaré : « Pourquoi devons-nous prendre une série de mesures pour nuire à notre pays et à notre dirigeant ? »

Dans une interview publiée dans le quotidien officiel Shargh le 28 février, Hossein Raghfar, un économiste du régime, a mis en garde contre un changement dans la forme des manifestations et a déclaré: « Ces manifestations peuvent prendre d’autres formes« .

Il a reconnu la poursuite des protestations et leur croissance et a déclaré : « Au moins au cours des 30 dernières années, c’est-à-dire depuis 1994, nous avons connu environ 90 émeutes du pain par les démunis dans le pays dans diverses dimensions. Certains d’entre eux sont des événements dont nous avons été témoins en décembre 2017, novembre 2019 et il y a quelques mois au Khouzistan et à Ispahan. »

Précédemment à propos de cette forme changeante des manifestations, le chef de la police du régime a souligné l’une des principales craintes du régime qui est la découverte croissante d’armes entre les mains du peuple.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous