IranDroits de l'hommeLes démissions et les renvois signalent le désespoir de...

Les démissions et les renvois signalent le désespoir de Téhéran face aux manifestations

-

Mercredi 22 décembre, le ministre de l’Intérieur du régime iranien, Ahmad Vahidi, a annoncé que Mohammad-Tayyeb Sahraei avait été nommé gouverneur de la province de Kermanshah, dans l’ouest de l’Iran. Depuis 2007, Sahraei a servi le régime en tant que chef des forces de sécurité de l’État FSS dans les provinces de Gilan et Razavi Khorasan et chef adjoint des opérations des FSS, l’identifiant comme un agent de sécurité de premier plan.

Sahraei a ensuite été remplacé par le Brigue du Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC). Le général Bahman Amiri-Moghaddam, dont les députés avaient déjà été démis de leurs fonctions.

Notamment, Vahidi lui-même était auparavant le premier commandant de la Force Qods du CGRI, responsable de l’attentat à la bombe de l’AMIA à Buenos Aires en 1994. Le complot à la bombe a fait 85 morts et plus de 300 civils blessés.

Vahidi a déclaré aux journalistes : « Un nouveau gouverneur a été nommé pour la province de Kermanshah. L’un des deux autres gouverneurs de province peut être remplacé. Les médias d’État ont émis l’hypothèse que les gouverneurs mentionnés sont originaires des provinces du Sistan-Balouchistan et du Khouzistan.

Le 17 novembre, l’administration du président du régime Ebrahim Raïssi a nommé un nouveau gouverneur pour la province du Kurdistan, dans l’ouest du pays.

L’agence de presse semi-officielle ILNA a rapporté : « Au cours de la session du cabinet de mercredi matin dirigée par le président, le gouverneur de la province du Kurdistan a reçu un vote de confiance ».

Les démissions et les renvois signalent le désespoir de Téhéran face aux manifestations Le 14 novembre, le gouvernement britannique a sanctionné le nouveau gouverneur du régime, Zarei Kousha, ainsi que plusieurs responsables de la sécurité et du renseignement comme les ministres de l’intérieur et des TIC, pour leur implication dans la violente répression des manifestations déclenchées par le meurtre odieux du 22- Mahsa Amini, âgée d’un an, alors qu’elle était en garde à vue.

Position des « gouverneurs de province » en Iran
Lors de sa 80e session, le 20 octobre 1998, le Conseil administratif suprême a publié une directive sur les tâches des gouverneurs de province, les procédures de leur nomination et de leur révocation, et leurs relations avec les appareils exécutifs.

L’article 1 de la directive déclare que les gouverneurs de province sont les hauts représentants du gouvernement dans leurs domaines, chargés de mettre en œuvre les politiques publiques du pays dans divers domaines via le budget public. Ils contrôlent les institutions révolutionnaires islamiques, les forces de sécurité, les conseils municipaux islamiques, les municipalités et d’autres organisations publiques.

À cet égard, toutes les forces militaires sont sous le commandement des gouverneurs de province et sont responsables devant le président et le cabinet, principalement le ministre de l’Intérieur.

L’article 2 mentionne également que les gouverneurs de province sont chargés de préserver « l’ordre et la sécurité« . Tous les appareils de sécurité sont chargés de mettre en œuvre les ordonnances de sécurité des gouverneurs provinciaux et de leur signaler les événements politiques liés à la sécurité.

En un mot, le gouverneur de province est le plus haut commandant de la sécurité militaire de sa province, commandant tous les appareils gouvernementaux pour préserver « l’ordre et la sécurité ». Ces personnes sont presque toutes des commandants du CGRI ou des responsables de la sécurité, dont les CV sont encrés d’atrocités contre des citoyens.

Les signes d’agitation
L’Iran s’enfonce dans une tourmente sociopolitique depuis la mi-septembre. Il s’agit du plus long soulèvement que l’Iran ait connu au cours des quatre dernières décennies, de nombreuses personnes décrivant les manifestations actuelles comme une révolution. Dans les rues d’Iran, on peut entendre des manifestants scander : « N’appelez plus cela des manifestations ; c’est devenu une révolution.

La saine sagesse dit qu’aucun pouvoir au pouvoir n’accueille plus de défis lorsqu’il est confronté à la question « être ou ne pas être ». Sous le règne des mollahs, les gouverneurs de province, en particulier IRGC Brig. Les généraux sont le pouvoir régional absolu et mettent en œuvre l’autorité du gouvernement central dans divers domaines.

Outre la destitution ou la démission, de tels changements dans la hiérarchie régionale du gouvernement sont des signes que les manifestations de rue ont semé le chaos parmi les autorités. Les observateurs, bien sûr, pensent que ces changements signalent une défection sans précédent parmi les loyalistes au guide suprême du régime, Ali Khamenei.

Démontrant un lien direct entre leur implication dans l’opération d’oppression et la préservation de leurs positions, le gouverneur de la province de Mazandaran, Mahmoud Hosseinipour, a déclaré lors d’une réunion privée il y a deux mois : « Certains des directeurs d’État ont émis l’hypothèse que le régime était ‘fini’, et ils’ ont emballé leurs affaires.

Dans un discours à la mi-novembre, Raïssi a déclaré: «Certains employés ou directeurs disent:« nous ne pouvons pas; c’est impossible.’ Nous disons ‘mettez ces gars de côté !’ Un réalisateur ne veut pas… sous aucun prétexte, nous disons ‘mettez-le dans une position marginale’ ».

Le gouvernement iranien assiste à une vague croissante d’objections de la part d’anciens responsables, alimentant les rivalités politiques. Le 17 décembre, l’ancien ministre de l’Intérieur Abdollah Nouri a déclaré : « Cet horrible statu quo, ce comportement extrêmement violent et ces insultes sans précédent contre les manifestants » a stupéfié «de nombreuses personnes qui ont joué un rôle crucial » dans la révolution de 1979, la guerre Iran-Irak et d’autres développements, « les amenant à regretter ».

L’ancien chef de la télévision et de la radio d’État, Mohammad Sarafraz, s’est exprimé le 1er novembre en déclarant : « Dans ce statut, les hauts fonctionnaires devraient choisir ; ils devraient soit continuer cette oppression et cette injustice et devenir complices [du régime] dans de telles conditions, soit démissionner et prendre du recul ; c’est le moins qu’ils puissent faire.

Il a ajouté: « J’ai [démissionné] du Conseil suprême du cyberespace après la coupure de WhatsApp et d’Instagram. J’en ai conclu que les inconvénients de mon appartenance à un tel conseil sont plus que ses avantages. »

Les militants ont déclaré que ce n’était que la pointe de l’iceberg, et ils prédisent davantage de défections parmi les responsables iraniens et les commandants de haut rang du CGRI dans les semaines à venir, alors que les activités anti-régime s’intensifient et se radicalisent.

7,062FansLike
1,180FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Pour rester au pouvoir, le régime iranien liquide les biens nationaux

Pendant plusieurs décennies, le chef suprême des mollahs, Ali Khamenei, a dilapidé les ressources et les richesses de l'Iran...

Le monde doit reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodéfense

Victor Hugo a dit un jour : "Quand la dictature est un fait, la révolution devient un droit." Tout...

Iran : 60 % de la population est pauvre

Les paniers de subsistance du peuple iranien se réduisent considérablement. Ceci, à son tour, a introduit de nouvelles préoccupations...

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous