IranDroits de l'hommeL’Iran accuse l’avocat de Zahra Kazemi d’espionnage

L’Iran accuse l’avocat de Zahra Kazemi d’espionnage

-

Iran Focus, Téhéran, 16 août – Le procureur de la révolution de Téhéran, Saïd Mortazavi, a annoncé lundi qu’un avocat représentant la famille de la photojournaliste irano-canadienne assassinée Zahra Kazemi, était un espion et que le tribunal révolutionnaire avait promulgué un décret légalisant son emprisonnement jusqu’à son jugement éventuel.

Des agents du judiciaire et des policiers armés avaient mené un raid sur le domicile de Abdolfattah Soltani. Il avait été arrêté par la suite et incarcéré à la funeste prison d’Evine de la capitale il y a plusieurs semaines sur ordre de ce procureur.

« L’arrestation de Soltani s’est faite avec l’annonce des charges retenues contre lui et un rapport du ministère des renseignements et de la division du contre-espionnage de ce ministère. De bonnes raisons et des documents ont été fournis [pour les accusations »> comme quoi il y a eu des fuites d’informations secrètes nationales vers des personnes non qualifiées et d’autres liées à des ambassades étrangères », a déclaré Mortezavi aux journalistes.

« Hier, j’ai été informé que le tribunal révolutionnaire avait prononcé un verdict, approuvé sa détention provisoire et rejeté la plainte de Soltani », a-t-il dit.

« Soltani, en tant qu’avocat au fait de la loi, n’a pas voulu répondre à 65 des 66 questions du ministère des renseignements sur ses actions et les documents qu’il possède. Toutes ces questions sont restées sans réponse de la part du défendant et ont été transférées au parquet. »

Au début de ce mois, le quotidien officiel Kayhan avait dit que Soltani avait été accusé de livrer des secrets nucléaires. « Les accusations les plus sérieuses portées contre Abdolfattah Soltani, c’est qu’il s’agit d’un espion nucléaire », pouvait-on lire à la une de Kayhan.

Soltani est un des avocats de la famille de Zahra Kazemi, assassinée à la prison d’Evine de Téhéran en juillet 2003. Des rumeurs ont couru comme quoi Mortezavi était le meurtrier de Kazemi et durant une des auditions, Soltani l’avait clairement désigné comme étant l’assassin.

Kayhan a ajouté que Soltani s’était servi de sa position d’avocat pour obtenir des informations de ses clients jugés pour des affaires touchant à la sécurité nationale. Il aurait ensuite livré ces informations top secrètes », ajoute Kayhan qui entretient des liens étroits avec les services de sécurité et de renseignements du pays.

« Soltani a trahi », concluait l’article.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous