IranDroits de l'hommeUn groupe des droits de l’homme dénonce la mort...

Un groupe des droits de l’homme dénonce la mort d’un étudiant en prison en Iran

-

Iran Focus, Londres, 2 août – Une importante organisation de défense des droits de l’homme a appelé l’Iran à mettre fin à la torture et aux mauvais traitements en prison.

Amnesty International a publié mardi un communiqué sur la mort en début de semaine de l’étudiant militant Akbar Mohammadi dans la funeste prison d’Evine de Téhéran.

La mort en prison d’Akbar Mohammadi, un ancien étudiant de 38 ans, dimanche, a jeté un voile sur tout le système judiciaire iranien, dit Amnesty.

“Les autorités iraniennes ont besoin de prendre des mesures urgentes pour s’assurer que les prisonniers politiques bénéficient d’un procès juste et équitable; que la torture et les mauvais traitement en prison prennent fin et que la pratique de retarder ou de refuser des soins médicaux cesse immédiatement”, ajoute le communiqué.

Le groupe se dit inquiet des informations indiquant qu’à la suite d’une inspection des conditions de détention de Mohammadi par de hautes autorités, on lui avait administré une drogue qui pourrait avoir résulté dans sa tranquillisation, mais aussi sans doute, à la suite de complication, à sa mort.

Il appelle à une enquête et une autopsie indépendante pour déterminer la cause de la mort et ses conditions.

Amnesty s’inquiète aussi pour Heshmatollah Tabarzadi, Ahmad Batebi et le frère d’Akbar Mohammadi, Manuchehr, tous prisonniers politiques qui encourent de plus grands dangers après ce décès en prison.

De son côté, l’opposition iranienne, le Conseil national de la résistance (CNRI), a publié un communiqué tenant « les bourreaux des mollahs entièrement responsables » de la mort de Mohammadi. “Dimanche, des gardiens de prison l’avaient attaché et lui avait scotché la bouche pour le torturer », dit le texte.

“Tuer des dissidents et des prisonniers est une pratique courante du régime des mollahs. Ce régime médiéval a exécuté plus de 120.000 prisonniers politiques dans ses terribles salles de torture”, précise le communiqué du CNRI.

Mohammadi avait été arrêté et condamné à 15 ans de prison au cours des protestations étudiante contre le gouvernement en juillet 1999.

Il est mort au neuvième jour de sa grève de la faim. Une semaine après avoir entamé ce mouvement de protestation, il refusait de boire.

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous