IranDroits de l'hommeIran: deux journalistes réformateurs détenus

Iran: deux journalistes réformateurs détenus

-

AFP, Téhéran, 15 août – Deux journalistes iraniens réformateurs, Soheil Assefi et Farshad Ghorbanpour ont été arrêtés et sont détenus pour avoir propagé « des mensonges contre le régime », a indiqué mercredi le pouvoir judiciaire.

Ce dernier a affirmé par ailleurs que deux journalistes kurdes condamnés à mort, Abdolvahed Botimar et Adnan Hassanpour, avaient encore la possibilité de faire appel de leur verdict.

« Soheil Assefi est détenu et fait l’objet d’une enquête », a dit sans autres précisions Alireza Jamshidi porte-parole du pouvoir judiciaire, dans un point de presse.

Il a fait état par ailleurs de la détention de Farshad Ghorbanpour, qui est assortie d’une autorisation de sortie sous caution de 1,5 milliard de rials (environ 120.000 euros).

M. Jamshidi a expliqué que ses services « travaillent afin de voir s’il peut être libéré pour une somme moindre ».

La date d’interpellation des deux journalistes n’a pas été précisée.

Selon M. Jamshidi, ils sont accusés d’avoir « répandu des mensonges et des informations contre le régime, et d’avoir fourni des informations à des sites internet étrangers ».

D’après l’organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières, M. Ghorbanpour collaborait au site internet en persan et anglais Rouz, situé à l’étranger et interdit d’accès aux internautes iraniens par les autorités.

Pour les journalistes kurdes, M. Jamshidi a expliqué qu’ils « ont été condamnés à la pendaison mais ont vingt jours pour faire appel du verdict, qui n’est donc pas final ».

Abdolvahed Botimar et Adnan Hassanpour ont été condamnés le 16 juillet comme « mohareb », « ennemis de Dieu », mais M. Jamshidi a expliqué que le délai de 20 jours courait à partir de la date, non précisée, où leur sentence leur a été notifiée.

Le pouvoir judiciaire n’avait pas précisé la nature des charges exactes retenues contre eux, mais M. Jamshidi a affirmé qu’elles n’avaient « aucun rapport avec le journalisme, car la principale accusation est celle de lutte contre le régime ».

Selon lui, « lors d’une fouille à un de leur domicile il a été trouvé 57 munitions pour lance-roquette et d’autres munitions ».

Un de leurs avocats, Saleh Nikbakht, avait affirmé après leur condamnation qu’ils étaient « tous les deux accusés de collaboration avec les groupes armés hostiles au régime » islamique.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous