IranDroits de l'hommeWashington impose un arsenal de sanctions à Téhéran

Washington impose un arsenal de sanctions à Téhéran

-

Le Figaro, 25 octobre – Les Etats-Unis visent à affaiblir les militaires du régime ainsi que trois banques d’affaires. C’est le plus large éventail de mesures punitives imposées à Téhéran depuis 1979. C’est également la première fois que les Etats-Unis cherchent à sanctionner directement l’armée d’un autre pays.

«Nous prenons des mesures supplémentaires pour défendre nos intérêts et nos citoyens, et aider nos amis à protéger leur pays», a annoncé jeudi Condoleezza Rice. Même s’il s’agit de punir «l’attitude irresponsable de l’Iran», la secrétaire d’Etat a précisé que les Etats-Unis restaient engagés dans une approche diplomatique pour résoudre la crise du nucléaire iranien.

Selon le Washington Post, ces sanctions permettront aux autorités américaines de faire pression aussi sur des centaines de compagnies étrangères ayant des relations d’affaires avec les militaires iraniens.

Première visée : l’unité d’élite du régime iranien al-Qods, accusée de soutenir le terrorisme. Composé de 5.000 à 15.000 hommes, ce groupe secret mène des missions de renseignement et opérations clandestines de l’Iran au Moyen-Orient.

TROIS BANQUES VISEES

Autre corps pris pour cible par Washington : les Gardiens de la révolution ou pasdarans, dont est issu le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad. La Maison-Blanche accuse cette armée idéologique du régime de participer à la prolifération d’armes de destruction massive. Elle contrôle également des compagnies de BTP, des usines pharmaceutiques ainsi que des secteurs de l’industrie pétrolière.

Enfin, Washington a décidé de s’attaquer au monde des affaires. Ainsi «trois banques détenues par l’Etat» iranien sont également visées, en raison de «leur implication dans des activités de prolifération et de financement du terrorisme». Plusieurs autres Iraniens et organisations sont également concernés.

La Grande-Bretagne a indiqué «soutenir» ces nouvelles sanctions. «Comme le premier ministre (Gordon Brown) l’a dit le 24 octobre, nous sommes disposés a poursuivre les efforts en vue d’une troisième résolution (à l’ONU) prévoyant des sanctions, et, parallèlement, soutenir de nouvelles sanctions de l’Union européenne», a ajouté le porte-parole.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous