IranDroits de l'hommeUn militant des droits de l'homme emprisonné en Iran,...

Un militant des droits de l’homme emprisonné en Iran, transféré à l’hôpital

-

The New York Times, Téhéran, le 27 décembre – Par Nazila Fathi – Un militant des droits de l’homme en vue emprisonné depuis octobre a été transféré dans un hôpital mercredi, selon sa femme et l’agence de presse ISNA.

L’homme, Emadedin Baghi, un journaliste réformiste en prison pour la deuxième fois, a été transféré de la prison d’Evine vers un hôpital de Téhéran. Sa femme, Fatimeh Kamali, a dit dans un interview téléphonique mercredi que son mari l’avait appelée le matin depuis la prison et avait semblé à peine conscient.

Elle a dit qu’il pouvait à peine parler et qu’il ne cessait de se répéter, mais elle a pu comprendre qu’il a dit qu’il serait mort si un responsable de la prison ne l’avait trouvé. Il a aussi demandé son avocat.

ISNA a cité le directeur général des prisons de la province de Téhéran, Sohrab Soleimani, disant que M. Baghi avait été emmené dans un hôpital, mais devait retourner en prison mercredi soir. Il n’a pas donné d’autres informations.

L’avocat de M. Baghi, Saleh Nikbakht, s’était rendu en prison pour le voir dans la matinée avant l’appel téléphonique, mais a été renvoyé par les fonctionnaires de la prison disant que M. Baghi était interrogé, a dit Mme Kamali.

Après l’appel téléphonique, Mme Kamali a dit qu’elle et M. Nikbakht s’étaient rendus précipitamment à la prison, où ils ont vu arriver une ambulance qui est repartie rapidement.

Bien qu’elle et M. Nikbakht aient passé le reste de la journée à essayer d’obtenir la permission des responsables judiciaire pour voir M. Baghi, ils n’ont pas obtenu d’accord, a dit Mme Kamali.

M. Baghi a été emprisonné en octobre, convoqué au tribunal pour répondre des accusations sur une organisation non-gouvernementale qu’i il a fondée pour se battre en faveur des droits des prisonnier, dit son site Web.

Avant la date du procès en octobre, il avait reçu une peine d’un an de prison pour un discours en 2004 et une condamnation de trois ans avec sursis pour des accusations d’actes contre la sécurité nationale.

M. Baghi a été en prison de 2000 à 2003 pour avoir des allégations sur le rôle de responsables gouvernementaux dans l’assassinat d’intellectuels à la fin des années 1990.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous