IranDroits de l'hommeLe régime annonce la mort du capitaine Alborz Ghassemi...

Le régime annonce la mort du capitaine Alborz Ghassemi avec sept mois de retard

-

Iran Focus : Le régime iranien a fait état de la mort en prison du capitaine Alborz Ghassemi, un prisonnier politique sympathisant du mouvement d’opposition des Moudjahidine du Peuple (Ompi), sept mois après son décès en prison par refus de soins médicaux.

 L’agence de presse Irna  citant « une source informée » a indiqué qu’ « Alborz Ghassemi, arrêté en lien avec les monafeghine (terme péjoratif pour désigner l’OMPI), est décédé en février dernier à l’hôpital suite à un cancer. »

« La source a souligné mardi qu’Alborz Ghassemi et son frère Hamid avaient été arrêtés par l’Organisation de la sécurité et du renseignement de l’armée, accusés de collaboration avec les monafeghine. Cette source ajoute que dans un premier jugement, le tribunal avait condamné Alborz Ghassemi à la peine capitale, cependant une réduction de peine l’avait commuée à la perpétuité », ajoute l’agence officielle.

Le capitaine de vaisseau Alborz Ghassemi, 51 ans, est décédé le 19 janvier 2010, après 20 mois passé dans les prisons du régime sous la torture. Il souffrait de douleurs chroniques dues à un cancer de l’estomac et il est mort à la funeste prison d’Evine de Téhéran. Il avait été privé d’hospitalisation et de traitement médical approprié. Ghassemi était un ancien commandant du Centre spécialisé d’instruction navale de la ville de Racht et instructeur dans une des Ecoles de la marine.

Ghassemi avait été arrêté le 12 mai 2008 et accusé de transférer des renseignements à l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI). Son frère, Hamid Ghassemi, résidant au Canada, a également été arrêté à son retour en Iran. Les deux prisonniers politiques ont été condamnés à mort après des audiences préliminaires pour moharebeh (guerre contre Dieu). Une cour d’appel a ensuite ramené leur peine à la prison à vie.

Les bourreaux ont refusé des soins minimum à Ghassemi, malgré ses douleurs insupportables dues à un cancer de l’estomac, les effets de la torture et les circonstances atroces de l’isolement cellulaire.

Hamid Ghassemi, son frère, emprisonné lui depuis 27 mois, est aussi sous la torture et en isolement. Il est actuellement dans la section 350 d’Evine dans des conditions pénibles.

Actuellement, un grand nombre de prisonniers politiques en Iran souffrent de maladies chroniques, mais se voient refuser des soins médicaux appropriés. Le régime va jusqu’à leur dire : Nous ne vous avons pas amené ici pour vous sauver ; nous vous avons amenés ici pour une mort douloureuse.

Dans un communiqué publié en février, le Conseil National de la Résistance iranienne (CNRI) avait établi une liste de certains prisonniers politiques malades et de leur état de santé comme suit:

1. Ali Saremi, qui a des antécédents d’infarctus, risque à présent un autre infarctus à cause de sa pression artérielle ;
2. Le Dr Mohammad Maleki, ancien président de l’Université de Téhéran, souffre d’un cancer, de diabète et d’hypertension artérielle ;
3. Ali Moezi souffre d’hydronephrose, et se trouve dans un état critique ;
4. Hamed Rouhinejad souffre de sclérose en plaques et perd la vue. Il garde difficilement son équilibre ;
5. Mansour Ossanlou, souffre d’une multitude de maladies, notamment aux yeux et des disques intervertébraux qui font qu’il ne sent plus ses jambes.
6. Mansour Radpour a des complications rénales sévères ;
7. Misaq Yazdan-Nezhad souffre de graves problèmes nerveux ;
8. Mme Houri (Fatemeh) Zia’i souffre de sclérose en plaques ;
9. Behrouz Javid Tehrani a de graves problème de vue suite à la torture et des coups violents sur la tête par des objets lourds, comme des extincteurs et des chaises ;
10. Alireza Karami Kheirabadi souffre d’une hépatite aiguë ;
11. Hamid Ha’eri souffre de complications cardiaques chroniques.
12. Hadi (Homayoun) Abed Bakhoda, par maque de soins, à la prison de Racht est au seuil de la mort. Ancien prisonnier politique des années 1980, lors de son arrestation, les pasdarans avaient tiré sur lui, le touchant la moelle épinière. Sous la pression des ONG, le régime a été contraint de le transférer hors de la prison pour qu’il reçoive des soins.
13. Abbas Khorsandi , qui a déjà subi une opération du cœur, se trouve dans un état critique.
14. Farhad Vakili, a déjà fait une attaque cardiaque et risque d’en faire une autre.
15. Mohammad Hassan Fallahi-Zadeh, souffre d’hépatite.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous