IranDroits de l'hommeIran: communications coupées avec le fils et l'avocat de...

Iran: communications coupées avec le fils et l’avocat de Sakineh (soutien français)

-

AFP: Le philosophe français Bernard-Henri Lévy a affirmé lundi être sans nouvelles depuis dimanche du fils et de l’avocat de Sakineh Mohammadi Ashtiani, Iranienne condamnée à la lapidation, ainsi que de deux journalistes allemands qui les avaient rencontrés.

Bernard-Henri Lévy, qui s’est fortement engagé en faveur de Sakineh Mohammadi Ashtiani, craint que les quatre hommes n’aient été arrêtés, une « information qui demande encore à être confirmée ».

Selon un communiqué publié lundi sur le site internet de la revue du philosophe, La règle du jeu, une conversation téléphonique entre Mina Ahadi, porte-parole du Comité international contre la lapidation, et l’un des deux journalistes qui se trouvaient dans le bureau de l’avocat en compagnie du fils de Sakineh, a été brutalement interrompue dimanche.

« Sajjad (ndlr, Ghaderzadeh, le fils de Sakineh) avait accepté de donner cette interview à condition qu’elle se tienne dans le bureau de l’avocat Houtan Kian. Je m’occupais de traduire l’interview quand sur les coups de 17 heures, un incident s’est produit. Le journaliste allemand a alors demandé ce qui se passait et a été forcé de raccrocher. Depuis, les téléphones portables de Sajjad, Houtan Kian, et des deux journalistes sont tous les quatre éteints », a expliqué Mina Ahadi, depuis Francfort (Allemagne).

La revue n’a pas souhaité communiquer l’identité du journaliste et du photographe.

Toujours selon la revue, la famille de Sajjad Ghaderzadeh a « confirmé » que le fils de Sakineh n’était pas rentré chez lui, et le bureau de l’avocat Houtan Kian a été fermé par les autorités iraniennes. En outre, d’après Mina Ahadi, « le journaliste et le photographe allemands qui menaient l’interview ne sont pas non plus rentrés à leur hôtel ».

« Le gouvernement allemand lui-même est en train, de son côté, d’essayer de tirer au clair les circonstances de cette étrange et hallucinante péripétie », a écrit Bernard-Henri Lévy.

Sakineh Mohammadi-Ashtiani, 43 ans, a été condamnée à mort par lapidation en 2006 pour adultère et complicité dans le meurtre de son mari. Cette condamnation a déclenché une vaste campagne internationale pour éviter ce châtiment.

 

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous