IranDroits de l'hommeUn sympathisant de l’OMPI martyrisé à mort dans la...

Un sympathisant de l’OMPI martyrisé à mort dans la prison de Gohardacht

-

Iran Focus : Le prisonnier politique Mansour Radpour, 44 ans, père de deux enfants, est décédé lundi dernier à la prison de Gohardacht, suite à cinq années de torture et des problèmes de santé sans que des soins lui soit prodigué.
Ce sympathisant du mouvement d’opposition des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI),  a été arrêté le 17 mai 2007  alors qu’il filmait une manifestation des ouvriers en grève sur la route Tchalouss-Karadj. Transféré dans une « résidence secrète » du Ministère des renseignements (VEVAK), il a été soumis des tortures sauvages. Le tribunal des mollahs l’a condamné à trois ans de prison pour propagande contre le régime et pour sa sympathie envers l’OMPI. Le VEVAK a subséquemment manipulé son dossier pour augmenter sa peine à huit ans de prison.

Au cours des cinq dernières années, Mansour Radpour a été soumis aux conditions insupportables des prisons iraniennes pour les prisonniers politiques, notamment dans les « résidences secrètes » du VEVAK, la section des Renseignements des Pasdaran à Gohardacht, une section de Gohardacht surnommée « la prison des ceux qui son en phase terminale », les cellules de confinement solitaire de cette section appelée « nid de chien » , et enfin la salle 12 de la section 4 de Gohardacht qui est connue pour être « l’abattoir  des prisonnier politique » dans lequel les prisonniers sont soumis à une mort graduelle.

 Au cours de ces années d’emprisonnement, il a subi à maintes reprises l’invasion des agents du régime dans la section des prisonniers résistants, agressé et humilié, il a été privé de ses besoins les plus élémentaires. En première ligne pour prendre la défense des autres prisonniers, Mansour Radpour a entrepris plusieurs grèves de la faim pour protester contre les conditions intolérables de la prison. Pétri d’animosité à son égard, les bourreaux l’ont soumit à de violentes tortures afin de briser sa résistance et  le contraindre à des confessions. Jamais n’a-t-il cédé face à ses tortionnaires.

En raison des tortures et des conditions difficiles de la prison, Mansour Radpour souffrait de divers problèmes de santé, notamment des problèmes rénaux, pulmonaires, l’ulcère et des fractures au niveau de ses côtes et de son épaule. Loin de lui dispenser des soins médicaux, les responsables carcérales quand elles émanent de ce pas écrit on ne ont fait savoir à Mansour Radpour et les autres prisonniers que « nous vous avons amenés ici pour vous abattre graduellement ».

Au cours des dernières semaines, son état de santé s’était gravement détérioré, confronté à des nausées et des douleurs aiguës. Les tortionnaires ont non seulement refusé de le transférer à l’hôpital, mais ont également refusé de l’hospitaliser à la clinique de la prison. Alors que tout son corps s’était noirci, Mansour Radpour a décédé le lundi 21 mai.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous