IranFemmesL'Iran chasse les femmes "insuffisamment voilées"

L’Iran chasse les femmes « insuffisamment voilées »

-

Nouvelobs.com, 24 avril – Quelque 300 femmes ont été interpellées pour un vêtement trop près du corps ou un cheveu dépassant de leur voile. Cette campagne lancée avec l’arrivée des beaux jours fait craindre un retour de code vestimentaire imposé aux femmes lors de la Révolution islamique.

Avec l’arrivée du printemps, la police iranienne a lancé la chasse aux femmes accusées de contrevenir au code vestimentaire islamique en vigueur dans le pays, procédant à l’interpellation de près de 300 femmes, certaines portant un vêtement trop près du corps ou laissant apparaître trop de cheveu dépassant de leur voile, a-t-on appris mardi 24 avril.

Cette campagne lancée depuis lundi dans les rues des grandes villes du pays est l’une des plus dures depuis près de vingt ans, faisant craindre que le président Mahmoud Ahmadinejad ne soit tenté de réimposer le code vestimentaire très strict imposé aux femmes au moment de la Révolution islamique.

Selon la presse iranienne, la police a donné plusieurs milliers d’avertissements en quelques jours à des jeunes filles dont la chevelure apparaissait sous le voile islamique et à des jeunes hommes à cause de leurs vêtements moulants ou de leurs cheveux trop longs.

Quelque 300 contrevenants ont été emmenés dans les commissariats et contraints de signer un engagement à respecter le code vestimentaire islamique avant d’être relâchés.

« DES DEGATS SOCIAUX »

Le chef de la justice iranienne, l’ayatollah Mahmoud Hachémi Chahroudi, a critiqué cette campagne, a rapporté mardi la presse iranienne.

« Emmener des femmes et des jeunes au commissariat n’a pas d’autres résultats que des dégâts sociaux », a déclaré le chef de la justice, lors d’une réunion avec le ministre de l’Intérieur et les gouverneurs de province rapportée par le quotidien Etemad Melli.

« Certes, il faut agir avec fermeté contre les voyous et les bandes mafieuses, mais lorsqu’on peut ne pas emmener une personne au commissariat, il ne faut pas le faire », a-t-il ajouté.
Les conservateurs ont, quant à eux, applaudi le lancement de cette campagne, jugée indispensable pour contrer ce qu’ils considèrent comme un grave relâchement des moeurs.

« La situation actuelle est honteuse pour un gouvernement islamique », a dit Mohammad Taghi Rahbar, un membre de la commission culturelle du parlement, cité par le quotidien Etemad.
« Un homme voyant ces ‘mannequins’ dans les rues ne prêtera plus attention à sa femme à la maison, détruisant ainsi le fondement de la famille », a-t-il ajouté.

« LES FEMMES MANNEQUINS »

Le procureur de Téhéran, Saïd Mortazavi, a prôné, pour sa part, une politique de répression contre ces « femmes mannequins ».

« La plupart des ‘femmes mannequins’ sont liées aux bandes criminelles qui visent la sécurité et la dignité des jeunes », a déclaré Saïd Mortazavi, en faisant allusion aux prostituées qui « trompent les jeunes (…) et commettent des vols en utilisant des somnifères et d’autres produits ».

Il a ajouté que selon la loi, paraître en public avec des habits immodestes est un délit et la personne peut être condamné à « une peine de prison et à une amende » et en cas de récidive être « exilée » en dehors de Téhéran.

Le code vestimentaire islamique iranien exige de ne découvrir que le visage et les mains. Il est observé par un grand nombre de femmes qui portent le tchador, un long voile noir couvrant le corps de la chevelure jusqu’aux pieds.

Les autorités semblent insister plus sur le caractère incitatif que punitif de leur nouvelle campagne, notamment dans la capitale. Ce code vestimentaire allégé est l’une des dernières survivances de la période de libéralisation initiée par le prédécesseur d’Ahmadinejad, le président réformateur Mohammad Khatami, au pouvoir entre 1997 et 2005. (avec AP)

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous