IranIran (actualité)Iran-élection : La bataille interne va s'accentuer, mais le...

Iran-élection : La bataille interne va s’accentuer, mais le changement viendra de l’extérieur du système (interview)

-

Interview avec Afchine Alavi membre de la Commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne avec France info

Cette interview a été diffusée le 26 février sur France info.

 

Question : Afchine Alavi Membre de la commission (des affaires étrangères) du conseil national de la résistance iranienne, l’opposition en exil. L’enjeu du scrutin est double, d’une part la succession éventuelle du vieux guide suprême Ali Khamenei et puis l’ouverture de l’Iran au monde.

Réponse : D’abord je dois préciser que ce n’est pas une élection, c’est une parodie électorale et l’Iran des mollahs n’est pas une démocratie c’est une théocratie absolue qu’on peut qualifier d’une dictature religieuse la preuve est que le conseil des gardiens nommés par le guide suprême a pu supprimer l’accès à la candidature des indésirables; sur 12068 candidatures il ne reste plus que 4844 pour les 290 sièges de l’Assemblée consultative islamique et sur 801 candidats pour l’Assemblée des experts il ne reste que 150 pour 88 sièges.

Q : Ce sont les réformateurs qu’on a écarté.

R : La plupart sont des personnes qui étaient dans l’autre clan, c’est à dire celui des proches d’Hassan Rohani qui se présente comme un réformateur, mais là, il y’a tout un débat. Mais chaque candidat devrait montrer patte blanche et donc prêter allégeance au Guide suprême; comme le disait un jeune iranien récemment c’est comme si on mettait dans une boite une multitude de scorpions et on dit au peuple iranien vous pouvez mettre la main dedans et vous être libres de choisir en toute tranquillité.

Q : Est-ce que le président Rohani a besoin d’une large majorité à ces élections pour développer son programme de réformes? Il lui reste quelques mois, à peine un an et demi avant la fin de son mandat.

R : Il a déjà eu deux ans et demi de pouvoir et durant ces deux ans et demi de pouvoir à son actif : il n’a que l’accord sur le nucléaire. Devant cette situation et l’élimination de plusieurs candidats nous avons vu que le clan Rafsandjani-Rohani s’est contenté de choisir le moindre mal. En regardant justement la configuration des listes des candidats des soi-disant modérés on se rend compte qu’il y’a beaucoup de points communs, par exemple pour la liste des experts, avec le conservateurs on y trouve par exemple un certain nombre d’anciens ministres de renseignements ou le juge brutal Ali Larijani qui sont tous impliqués dans la terreur et les exécutions massives des opposants. À vrai dire comme vient de le souligner Mme Radjavi la présidente élue de la résistance iranienne, aux yeux du peuple iranien ce spectacle n’a pas de légitimité en fait.

Q: On a bien compris Afchine Alavi que vous dénoncez une parodie d’élection, est ce que les attentes du peuple iranien sont fortes ou est-ce que le peuple iranien est résigné?

R : Dans cette situation nous avons assisté à une campagne extrêmement morose parce que la population iranienne ne se reconnaît pas dans ces candidats, c’est évident. Donc c’est sur fond de mécontentement qu’elle s’est faite. Il n’y a aucune promesse tenue depuis l’accord, nous sommes dans une situation économique avec un chômage à 50% certains disent 30% et une croissance à zéro. On prétend que cette élection est un engagement pour l’ouverture, mais cela est une farce car dans les meilleurs des cas les courtisans de Rohani espèrent avoir, par exemple un Ali Larijani conservateur, à la tête du Majlis (parlement). Mais c’est malheureusement, la même situation que nous avons vécu pendant ces deux ans et demi. L’enjeu majeur comme vous l’avez dit tout au début c’est essentiellement celle de l’Assemblée des experts et la succession du Guide après sa mort.

Q : La révolution iranienne, la révolution islamique n’a plus de révolution que le nom, est ce qu’une révolution du peuple iranien pourrait venir à la faveur de cette ouverture au monde de l’Iran?

R : Je pense que la révolution du peuple iranien pour se débarrasser des mollahs arrivera. Aujourd’hui, certains autour de cette farce électorale cherchent en quelque sorte à donner une direction collégiale des mollahs comme successeur à Khamenei, d’autres veulent un seul successeur. Tous les experts savent que le régime ne peut pas survivre après la mort de Khamenei, c’est la fin et l’enterrement de ce système qui commence. Mais la bataille interne qui va s’accentuer, est une bataille entre factions internes du régime. Ce n’est pas ça qui va déterminer le lendemain de ce régime, la réponse et le changement viendra de l’extérieur (du système). Le peuple iranien veut être libre, avoir des élections libres, avoir la séparation de la religion et de l’État, avoir l’égalité entre les hommes et les femmes et avoir la fin des exécutions et ceci tout le monde sait que ça viendra avec le renversement du régime.

SourceFrance Info

7,062FansJ'aime
1,184SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Terrorisme iranien : le chantage permanent aux otages (NDH)

Après la libération du diplomate du régime iranien Assadollah Assadi, condamné à 20 an de réclusion pour son projet...

La visite du dictateur Ali Khameneï à l’exposition du livre de Téhéran

Le mois dernier Ali Khameneï le guide suprême du régime des mollahs iraniens s’est rendu à l’exposition de livre...

Libération du chef du réseau du terrorisme iranien en Europe, la Résistance iranienne condamne la honteuse rançon au terrorisme d’Etat

Le 25mai, le diplomate-terroriste iranien incarcéré en Belgique, Assadollah Assadi, condamné à 20 ans par la justice belge pour...

Iran : l’illusion d’un retour à la monarchie

Reza Pahlavi et ses partisans croient-il vraiment que son statut de fils d’un dictateur déchu lui confère une légitimité...

Iran – Appel d’une centaine d’anciens leaders du monde pour inscrire les Gardiens de la révolution sur la liste des terroristes

Une centaine d'anciens présidents et Premier ministres d'Europe, des USA, Royaume-Uni, Canada appellent à considérer les Gardiens de la...

Iran : une exécution toutes les six heures

Le 19 mai, trois manifestants ont été exécutés à Ispahan par la justice du régime iranien, sur ordre du...

Doit lire

La visite du dictateur Ali Khameneï à l’exposition du livre de Téhéran

Le mois dernier Ali Khameneï le guide suprême du...

Le régime iranien prévoit de vendre les îles de Kish et Qeshm pour « assurer les pensions des retraités

Sajjad Paddam, directeur général de l'assurance sociale au ministère...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous