IranIran (actualité)Iran : Rafsandjani rejette la réforme de l’industrie pétrolière

Iran : Rafsandjani rejette la réforme de l’industrie pétrolière

-

Financial Times, 9 juin – Par Gareth Smyth à Téhéran et Kevin Morrison à Londres – L’Iran ne réformera pas sa politique d’investissements étrangers dans le secteur pétrolier si Akbar Hachemi Rafsandjani est élu président la semaine prochaine.

Mohammad Bagher Nobakht, un porte-parole de M. Rafsandjani, président de 1989 à 1997 et en tête de la course présidentielle, a déclaré au FT qu’il n’y avait pas de « problème spécifique » avec le système du « buy back ».

Sous ce système, l’Iran donne un payement en nature aux compagnies pétrolières qui développent ses champs pétroliers. Cela avait été introduit pour attirer le capital étranger afin de relancer la production pétrolière. Mais avec les compagnies pétrolières étrangères qui se plaignent des maigres revenus, le système a été critiqué pour n’avoir pas séduit suffisamment d’investissements. Le gouvernement du président Mohammad Khatami a reconnu qu’on pouvait l’améliorer.

Cependant, M. Nobakht, qui dirige la commission économique du Conseil suprême de sécurité national iranien, a déclaré que le système faisait disparaître « le souci de donner de l’argent ».

Mehdi Varzi, un consultant pétrolier indépendant et ancien chef de la recherche énergétique de Dresdner Kleinwort Wasserstein, pense que le maintien du système buy-back dans sa structure actuelle fera du tort à l’industrie pétrolière iranienne.

« Ce n’est pas un bon jour pour le secteur pétrolier iranien », a estimé M. Varzi, ancien diplomate. « Les compagnies étrangères amènent non seulement le capital, mais aussi l’expertise. L’Iran continuera à se battre pour augmenter sa production. » Il a précisé qu’il n’y avait que six compagnies qui restaient en buy-back en Iran, après que plusieurs y compris la Royal Dutch /Shell, se soient retirées à cause de changements dans les termes des contrats.

M. Varzi a dit que la nouvelle production issue de ces schémas avait donné environ 500.000 barils par jour– soit un huitième de la production totale, mais à peine plus que le taux annuel de l’Iran qui se situe entre 300.000 et 500.000 b/j.

M. Nobakht a dit qu’il n’y avait pas de contradiction entre la poursuite du « buy-back » et les promesses de M. Rafsandjani de réformes de marchés dans d’autres secteurs de l’économie iranienne.

Il a dit que M. Rafsandjani avait l’intention d’éliminer progressivement en deux ans toutes les subventions – qu’il estime à 8 ou 9 milliards de dollars par an – tout en introduisant un système de payement de sécurité sociale pour les 30% plus pauvres de la population.

L’Iran subventionnent actuellement le pétrole, le pain, l’électricité et de nombreux autres produits.

M. Nobakht a déclaré que le « Buy Back » ne créera pas de problème pour les efforts de l’Iran pour rejoindre l’Organisation mondiale du travail, qui selon lui pourrait se faire en cinq ans. L’OMT a récemment accepté la demande d’adhésion de Téhéran pour entamer des pourparlers après que les Etats-Unis aient retiré leur opposition afin d’encourager l’Iran à parvenir à un accord avec l’Union européenne sur son programme nucléaire.

L’adhésion à l’OMT ne donnera pas d’autre choix à l’Iran, a dit M. Nobakht, que de retirer ses vastes barrières qui comprennent des interdits sur de nombreuses importations. « Si nous voulons rejoindre l’économie mondiale, nous devons en respecter les règles », a-t-il dit.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous