IranIran (actualité)La presse en Iran se veut plus forte que...

La presse en Iran se veut plus forte que la censure et la prison

-

AFP, Téhéran, 10 juin – Quel que soit le président élu, la presse iranienne compte repousser encore les « lignes rouges » au-delà desquelles les journalistes sont arrêtés et les journaux fermés et veut continuer à étendre l’espace d’expression sur le papier et sur la toile.

« Quiconque deviendra président, il ne pourra pas revenir en arrière », dit à l’AFP le président de l’Assocation pour la liberté de la presse, Mashallah Chamsolvaezine.

« Revenir en arrière », cela signifie pour lui retourner à l’avant Khatami.
Quand le réformateur Mohammad Khatami a été élu président en 1997, il y avait en Iran cinq quotidiens nationaux, dont un seul, Salam, était favorable aux réformateurs. Le régime contrôlait la presse d’une main de fer.

La situation est encore très loin d’être idéale. L’Iran reste constamment montré du doigt par les défenseurs des droits de la presse. Pour Reporters sans frontières, il demeure « la plus grande prison de journalistes » de la région. Il y a deux ans, une journaliste irano-canadienne est morte des coups reçus en détention.

Mashallah Chamsolvaezine, qui a connu la prison il y a trois ans, ne peut cependant s’empêcher de comparer l’état de la liberté de la presse à ce qu’il était avant: « Pour le développement de la presse, Khatami mérite une bonne note ».

L’Iran compte aujourd’hui plus de soixante quotidiens nationaux, dont quatorze économiques, une dizaine de sportifs et même un quotidien du cinéma. Parmi les quotidiens généralistes, la moitié inclinent vers les réformateurs et les modérés.

Les candidats à la présidentielle proclament tous leur attachement à la presse. Les ultra-conservateurs insistent cependant sur la nécessité d’un « contrôle ».

Le ton actuel des articles surprend ceux qui s’attendent à lire une presse muselée.

Mais cette toute relative liberté est fragile. La justice ultra-conservatrice l’a fait payer cher en 2000 en interdisant une centaine de titres. Malgré l’embellie des années Khatami, des dizaines de journalistes ont été arrêtés, condamnés. Le dissident Akbar Ganji est toujours en prison pour ses écrits.

Le tirage global est repassé au-dessus de 3,5 millions d’exemplaires, titres sportifs et économiques confondus.

« De nouveaux journaux ont remplacé les anciens, interdits, les articles sont plus profonds même si leur ton est un peu plus prudent », dit M. Chamsolvaezine.

Le prix Nobel de la paix, Shirin Ebadi, dit que l’un des principaux maux de la presse iranienne est l’autocensure; les journalistes évoluent dans la zone grise jouxtant les « lignes rouges » à ne pas franchir.
C’est aussi pour tromper la censure que les moyens d’expression se diversifient.

Les sites d’information sur internet se sont multipliés.

« Il faut y ajouter 42.000 weblogs (carnets personnels sur internet), un chiffre qui place l’Iran derrière les Etats-Unis et la Chine », dit M. Chamsolvaezine.

« La pression est si forte que les jeunes s’accrochent à tout pour s’exprimer », dit une jeune Iranienne qui a lancé son weblog il y a trois ans.

Les webloggers et internautes fournissent une nouvelle cible. Une vingtaine de journalistes et techniciens travaillant sur internet ont été arrêtés entre septembre et fin 2004. L’un d’eux, Mojtaba Saminejad, vient d’être condamné à deux ans de prison pour « insulte au Guide suprême ». Il devrait encore répondre « d’insulte aux prophètes », charge pouvant valoir la peine de mort.

Pourtant, pour M. Chamsolvaezine, « les durs au sein de la justice perdent de l’influence, et il sera très difficile de remettre en cause les acquis ».

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Alors que les manifestations se poursuivent, le régime iranien se délite

Le monde a été captivé par la bravoure et la résistance des manifestants iraniens, en particulier les jeunes générations...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous