IranIran (actualité)Iran-PE : Les eurodéputés rejettent l’Iran de Rafsandjani comme...

Iran-PE : Les eurodéputés rejettent l’Iran de Rafsandjani comme « un retour à un passé sinistre »

-

Iran Focus, Strasbourg, 10 juin – Un consensus régnait parmi des dizaines d’eurodéputés réunis à Strasbourg mardi 7 juin, au Parlement européen pour dire que l’élection à venir en Iran n’apportait aucun espoir pour sortir le pays de la politique qui a assombri les relations avec l’Occident et a été une source de préoccupation pour les voisins de l’Iran.

Les eurodéputés qui participaient à une réunion organisée par le groupe interparlementaire « Les Amis d’un Iran Libre », ont été particulièrement critiques à l’égard de Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, l’homme fort de l’élection du 17 juin.

Une autre présidence de Rafsandjani serait un retour « aux jours les plus sombres de la république islamique, marqués par une répression brutale des opposants en Iran et l’assassinat de nombreux Iraniens en exil », a déclaré à la réunion l’eurodéputé Paulo Casaca, qui préside la délégation du PE à l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

Rafsandjani a été président de 1989 à 1997.

« Les Amis d’un Iran Libre » comprennent de nombreux membres éminents du Parlement européen, parmi lesquels Alejo Vidal Quadras, premier vice-président du Parlement du parti populaire espagnol de centre droit, et le conservateur écossais Struan Stevenson, vice-président du puissant groupe des chrétiens démocrates-conservateurs et dirigeant des démocrates européens.

Les eurodéputés se sont accordés à dire que l’élection à venir en Iran est illégitime puisqu’il « n’y a pas de candidats indépendants ».

« Les huit candidats approuvés par le Conseil des Gardiens partage la responsabilité de nombreuses atrocités en Iran ces 25 dernières années. Quatre étaient commandants du corps des gardiens de la révolution avec une implication directe dans la répression et l’exécution des opposants politiques », ont-ils dit dans une déclaration commune publiée à la fin de la réunion.

Comme par le passé, tous les candidats à ces élections ont prouvé leur allégeance à la doctrine du Velayat-e-Faghih (suprématie absolue du guide suprême religieux) avant d’être autorisé à participer à l’élection.

S’exprimant devant la presse officielle hier, Rafsandjani a déclaré qu’il n’estimait pas nécessaire de réformer la doctrine actuelle du Velayat-e-Faghih.

« Durant ces huit années de mandat (comme président), des dizaines d’opposants iraniens ont été assassinés en Europe. Un tribunal de Berlin en 1997 l’a impliqué comme étant un des cerveaux d’un attentat terroriste contre quatre opposants iraniens au restaurant du Mykonos. Mostapha Moïne est un autre candidat qui a servi sous Khatami. C’est sous sa supervision que le soulèvement étudiant de 1999 a été écrasé à Téhéran et ailleurs », a ajouté l’eurodéputé.

« Investir dans les factions internes du régime iranien revient à parier sur un cheval mort et ne fera qu’encourager les dirigeants de l’Iran à intensifier la répression domestique et à gagner davantage de temps pour poursuivre leur programme nucléaire. L’Europe devrait s’identifier avec les millions d’Iraniens qui appellent à la liberté et non pas avec leurs oppresseurs. »

M. Mohammad Mohadessine, président de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne, était l’invité d’honneur. « Les élections en Iran ne sont pas un exercice dans un processus démocratique, a-t-il dit. Elles sont un moyen de légitimer une théocratie autrement illégitime. Sur la base d’un sondage à l’échelle nationale réalisé par les Modjahedines du peuple, sur 1730 personnes interrogées sur les élections, 92% n’iront pas voter. »

« Ceci dit, quel que soit le résultat, le régime en sortira bien plus affaibli et la crise ne fera que s’approfondir car celui qui l’emportera, ne pourra pas résoudre les graves problèmes auxquels le régime est confronté », a ajouté Mohadessine.

Un document vidéo sorti il y a peu clandestinement d’Iran sur l’exécution de trois jeunes dans la ville de Khorramabad (ouest de l’Iran) a été diffusé lors de cette réunion. Ce sont les partisans su principal groupe d’opposition, les Moudjahidine du peuple d’Iran qui l’ont fait passé, selon M. Casaca.

Les eurodéputés ont également critiqué le rapport publié à al mi-mai par l’ONG américaine Human Rights Watch qui prétend que le groupe aurait violé les droits de ses membres. Ils ont estimlé que ce rapport était « partial et mû par des motifs politiques. »

« A nos yeux, le rapport de Human Rights Watch s’inscrivait dans la ligne de la politique de complaisance avec le régime de Téhéran. Tout en condamnant ce rapport partial, nous sommes consternés par le refus de HRW de retirer ce rapport dont la procédure est erronée et le contenu est en substance inexact et basé sur des témoignages d’agents du ministère des renseignements iranien », ont-ils affirmé.

Ils ont enfin assuré que le régime iranien « utilisera certainement ce rapport pour justifier ses atrocités, en particulier dans sa répression des opposants. »

7,062FansLike
1,168FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous