IranIran (actualité)Iran-Autriche : Des firmes autrichiennes s’opposent à une enquête...

Iran-Autriche : Des firmes autrichiennes s’opposent à une enquête sur le rôle du président iranien d

-

Iran Focus, Londres, 5 juillet – Des entreprises autrichiennes ont appelé leur gouvernement à ne pas poursuivre le cas contre le nouveau président iranien Mahmoud Ahmadinejad, à la suite de révélations sur sa participation dans un assassinat d’opposants kurdes, avançant que cela porterait tort à leurs contrats de millions de dollars avec la théocratie, selon un site en iranien officiel.

Les géants du commerce autrichien auraient contacté le ministère des affaires étrangères et appelé les autorités « à ne pas créer de frictions entre les deux pays », écrit le site Baztab, géré par l’ancien commandant en chef des gardiens de la révolution, le général Mohsen Rezaï.

Rezaï est actuellement secrétaire général du Conseil de discernement des intérêts de l’Etat et très courtisé pour recevoir un maroquin important dans le gouvernement d’Ahmadinejad.

Baztab écrit que la démarche des principales firmes autrichiennes intervient après que plusieurs autorités autrichiennes aient accusé Ahmadinejad d’avoir été impliqué dans l’assassinat de 1989 d’un dirigeant kurde iranien, Abdol-Rahman Ghassemlou à Vienne.

Le rapport fait allusion au chef du parti vert autrichien Peter Pilz, disant qu’il veut lancer un mandat d’arrêt contre Ahmadinejad.

Pilz a dit qu’il avait reçu des informations montrant qu’Ahmadinejad s’était rendu dans la capitale autrichienne quelques jours avant l’assassinat pour livrer les armes du crime aux commandos qui ont exécuté l’opération, selon Associated Press.

Baztab cite le directeur d’une compagnie autrichienne « qui exporte 35 millions de dollars d’équipements et de machines en Iran par an », disant qu’après sa démarche auprès du ministère des affaires étrangères, on lui avait répondu qu’aucun responsable gouvernemental n’avait encore établi une position officielle sur cette affaire.

« Le gouvernement autrichien cherche à renforcer ses liens avec l’Iran. Il y a deux ans, son chancelier s’était rendu en Iran et avait rencontré les plus hautes autorités iraniennes dans un climat très amical », a-t-on dit au directeur de la compagnie.

Des informations obtenues par Iran Focus auprès de sources en Iran et dans la diaspora montrent que Ahmadinejad a joué un rôle direct dans cet assassinat.

En 1989, le gouvernement iranien a attiré Ghassemlou dans un piège mortel en lui offrant de négocier un accord sur l’autonomie du Kurdistan d’Iran. Ghassemlou, alors âgé de 59 ans, avait immédiatement accepté l’offre et était arrivé à Vienne le 11 juillet 1989 pour rencontrer de hauts émissaires du gouvernement iranien qui étaient en fait des commandants des gardiens de la révolution.

Le jour suivant, la police viennoise découvrait les corps criblés de balles de Ghassemlou et de ses deux associés dans un appartement. En quelques heures, la police avait retrouvé l’arme du crime, arrêté deux suspects et en avait identifié un troisième.

Les deux détenus étaient Mohammad Jaafar Sahraroudi, un général des gardiens de la révolution et commandant de la garnison Ramadan dans l’ouest de l’Iran. Le second suspect était Amir Mansour Bozorgian, un officier des services secrets iraniens, le Vevak.

C’est le général Sahraroudi qui a recruté Mahmoud Ahmadinejad pour en faire un chef de commando de la mort dans cette opération. Pendant que Sahraroudi commandait l’équipe sur le terrain qui a commis les assassinats dans l’appartement à Vienne, Ahmadinejad dirigeait l’équipe de la logistique et du parcours pour fuir. Il avait reçu de l’ambassade d’Iran à Vienne des armes et des munitions pour cette opération qui avaient été convoyées jusqu’à Vienne par la valise diplomatique.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous