IranIran (actualité)Le CNRI organise une conférence en France pour répondre...

Le CNRI organise une conférence en France pour répondre à la nécessité de tenir le régime iranien responsable de ses crimes

-

Le 17 janvier, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a organisé une conférence à Auvers-sur-Oise, au nord de Paris, intitulée « Tenir le régime des mollahs responsable de ses crimes contre l’humanité, de son terrorisme et de sa défiance nucléaire. La présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi, et plusieurs anciens hauts fonctionnaires européens sont intervenus à la conférence.

Mme Radjavi a commencé son discours en évoquant les crises auxquelles les citoyens iraniens sont actuellement confrontés, en ce qui concerne leurs moyens de subsistance, leur bien-être, leur santé, leur éducation, leur emploi et leur logement. Elle a expliqué comment le régime iranien refuse d’améliorer les conditions du peuple iranien, attisant davantage le mécontentement au sein de la société, tandis que le guide suprême du régime, Ali Khamenei, se concentre davantage sur le renforcement de ses forces de sécurité pour faire face aux troubles et s’accroche à son pouvoir moribond.

Elle a déclaré : « Il existe une relation ouvertement hostile entre le régime au pouvoir et notre peuple. L’existence d’une résistance organisée et généralisée contre le régime atteste de cette vérité », ajoutant que « les gouvernements occidentaux ont longtemps payé le prix de la complaisance envers le fascisme religieux de la poche du peuple iranien. Mais maintenant, au-delà des intérêts du peuple iranien et du Moyen-Orient, la sécurité et les intérêts vitaux des pays et des sociétés occidentales sont en jeu. »

L’avenir de l’Iran doit en fin de compte être déterminé par le peuple iranien et son réseau d’unités de résistance à travers le pays. Les groupes de résistance mènent des activités quotidiennes contre les forces répressives du régime pour épauler le peuple iranien qui lutte pour ses droits.

« Par conséquent, l’existence d’une alternative revêt une importance cruciale. Mais une telle alternative n’est pas qu’une solution théorique. Au contraire, il doit s’appuyer sur un mouvement qui s’est élevé contre la source du fondamentalisme, a payé le prix de sa lutte et jouit de la capacité d’apporter des changements dans la société », a souligné Mme Radjavi.

Le président élu du CNRI a souligné que la communauté internationale doit rétablir les six résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur les projets nucléaires du régime, car cela mettrait fin au programme d’enrichissement d’uranium du régime et fermerait finalement ses sites nucléaires. Elle a également souligné que la violation brutale des droits de l’homme en Iran devrait être placée en tête de l’ordre du jour du Conseil de sécurité de l’ONU, réitérant que « les dirigeants du régime doivent être traduits en justice pour quatre décennies de crimes contre l’humanité et de génocide, en particulier le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988, et le meurtre d’au moins 1 500 manifestants en 2019. J’exhorte tous les gouvernements et parlements, en particulier en Europe, à reconnaître le massacre de 1988 comme un crime contre l’humanité et un génocide. »

Lors de la conférence de lundi, M. Guy Verhofstadt, député européen et ancien Premier ministre de Belgique, a évoqué l’impunité systématique dans ce régime et a rappelé l’obligation des pays occidentaux de faire face au régime et a déclaré :

« Nous devons discuter de l’impunité systématique pour le régime iranien. Il est de notre devoir commun de dénoncer les violations de la démocratie et des droits de l’homme. Il est de notre devoir de défendre la démocratie et les libertés fondamentales.

« La réponse du régime aux revendications du peuple est de le réprimer au lieu de résoudre ses problèmes. La crise de l’impunité en Iran a atteint son paroxysme en juin lorsque Raïssi a été nommé président du régime. Il est l’un des principaux auteurs du meurtre de masse de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988. Au lieu d’être jugé pour crimes contre l’humanité, il occupe le poste de président. Cela montre que l’impunité est endémique en Iran. »

Le CNRI organise une conférence en France pour répondre à la nécessité de tenir le régime iranien responsable de ses crimes

Quant à l’illégitimité du régime, M. Fredrik Reinfeldt, ancien Premier ministre de Suède, a déclaré : « Il est très courant de nos jours que les dirigeants disent qu’ils ont été élus. La démocratie signifie la liberté d’expression, des médias, le droit de se réunir et de faire campagne, de se présenter comme candidat. Si vous ne respectez pas ces règles, vous n’êtes pas une démocratie. Raïssi réprime le peuple iranien. Il a été choisi pour garder le contrôle sur la population ».

« La situation en Iran est particulièrement préoccupante. Il y a une combinaison très dangereuse. Elle conjugue autoritarisme et dictature religieuse. »

John Bercow, l’ancien président de la Chambre des communes britannique, a évoqué les pourparlers sur le nucléaire iranien actuellement en cours à Vienne et a déclaré :

« On est trop focalisée sur la question nucléaire. Les démocraties doivent reconnaître qu’il existe une différence essentielle entre traiter avec d’autres démocraties et traiter avec d’autres pays dont les régimes ne sont pas des démocraties. Le régime dépense d’énormes sommes d’argent pour des armes de destruction massive dont il n’a pas besoin et qu’il ne devrait pas être autorisé à se procurer.

Et Franco Frattini, l’ancien ministre des Affaires étrangères d’Italie, a souligné l’insistance du régime et de ses lobbies dans les pays occidentaux de lever la sanction sous prétexte que ceux-ci font du mal au peuple.

« Un autre argument est que nous devons lever les sanctions parce que les sanctions affectent des personnes innocentes. Ce n’est absolument pas vrai! En fait, plus ils ont d’argent, plus le régime dépensera d’argent pour son programme nucléaire et non pour améliorer la qualité de vie en Iran. Je soutiens l’idée d’une politique plus stricte envers le régime en matière de sanctions. Aucune complaisance. Nous devons savoir que chaque dollar dépensé pour améliorer et renforcer l’appareil nucléaire et militaire contre le peuple, accroître la capacité nucléaire d’intimider et de dominer non seulement le peuple iranien, mais aussi la région et contribuera grandement à déstabiliser le Moyen-Orient », a-t-il déclaré.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous