IranIran (actualité)Des exilés affirment que l'Iran fait avancer son projet...

Des exilés affirment que l’Iran fait avancer son projet de plutonium

-

Reuters, Berlin, 19 août – par Louis Charbonneau – L’Iran fait avancer un programme de production de plutonium pour des armes nucléaires alors que l’Union européenne concentre toute son énergie sur l’arrêt des activités par Téhéran d’enrichissement d’uranium, a dit une Iranienne en exil vendredi.

Le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), une coalition de groupes d’opposition iraniens en exil, a dit que plusieurs autorités iraniennes avaient exprimé leur plaisir devant les progrès réalisés dans le programme d’eau lourde de l’Iran à Arak, qui pourrait produire du plutonium, lors d’une récente réunion de hautes autorités.

La réunion se voulait être la session finale d’une commission nucléaire spéciale au sein du puissant conseil suprême de sécurité nationale avant que les nouveaux responsables gouvernementaux n’entrent en fonction cette semaine, a affirmé une responsable du CNRI, citant des sources « au sein du régime religieux ».

« Au cours de cette session, le ministre de la Défense d’alors Ali Shamkhani a dit combien il appréciait (l’ancien chef des négociations nucléaires) Hassan Rohani pour avoir trompé l’AIEA pendant les 22 derniers mois, et détourné l’attention des organes internationaux du site d’Arak », a dit à la presse Massoumeh Bolourchi.

« Shamkhani a rappelé qu’en aucune circonstance il ne serait fait obstacle à ce projet. Il a affirmé que les progrès dans la construction du site était un acquis majeur du régime dans le domaine nucléaire », a ajouté la représentante en chef du CNRI en Allemagne.

Le CNRI, qui est sur la liste des organisations terroristes du Département d’Etat, a donné par le passé des informations exactes sur les sites nucléaires cachés en Iran, et a accusé les dirigeants de la république islamique de développer en secret des armes atomiques.

En août 2002, le groupe a révélé l’existence du site d’eau lourde d’Arak et d’un site souterrain massif d’enrichissement d’uranium à Natanz, que Téhéran a déclarés par la suite à l’AIEA, l’agence de contrôle nucléaire de l’ONU.

Bolourchi a affirmé que lors de la réunion de responsables iraniens, le chef de l’organisation iranienne de l’énergie atomique, Gholamreza Aghazadeh, s’est dit satisfait « que contrairement au site de Natanz, où les progrès avait été ralenti, l’AIEA n’est pas intervenue pour stopper l’avancée de ce projet. »

Les responsables de l’AIEA n’étaient pas disponibles dans l’immédiat pour faire une déclaration.

L’agence internationale de l’énergie atomique (l’AIEA) enquête sur les plans atomiques de l’Iran depuis près de trois ans. Bien qu’elle ait découvert de nombreux sites et activités cachés, elle n’a trouvé aucune preuve sérieuse comme quoi l’Iran cherche à faire des armes atomiques.

Soupçons sur les plans de la bombe iranienne

Washington et l’Union européenne suspectent Téhéran de vouloir des armes nucléaires, mais l’Iran insiste sur le fait que ses ambitions atomiques sont limitées à la production pacifique d’électricité.
L’Union européenne a appelé l’Iran à cesser son projet d’eau lourde. Cependant, la cessation du travail à Arak ne faisait pas partie officiellement de la suspension du programme d’enrichissement d’uranium, qui peut produire une bombe à l’uranium, comme convenu à Paris en novembre 2004.

Téhéran s’est retiré d’une partie de l’accord de Paris la semaine dernière lorsqu’il a ôté les scellés de l’ONU et repris sa conversion de l’uranium dans un site près d’Ispahan la semaine dernière.

La France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont menacé d’aider à déférer le dossier de l’Iran au Conseil de Sécurité de l’ONU, qui pourrait imposer des sanctions, s’il ne suspend pas à nouveau ses activités à Ispahan avant que le conseil de gouverneurs ne se réunisse le mois prochain.

En mars, l’Institut des sciences et de la sécurité internationale, un groupe d’experts basé à Washington, a dit que les photos satellites montraient que le site d’Arak pour la production d’eau lourde, qui utilise des réacteurs d’eau lourde, était presque complet.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous