IranIran (actualité)Iran-GB : Les députés britanniques demandent une politique plus...

Iran-GB : Les députés britanniques demandent une politique plus corsée sur l’Iran

-

Focus, Londres, 15 octobre- Des membres de la Chambre des Communes britannique issus des trois principaux partis politiques se sont relégués pour fustiger le président ultra Mahmoud Ahmadinejad et son gouvernement lors d’un débat parlementaire animé le 12 octobre, à en croire le site du parlement du Royaume Uni.

Le député conservateur David Amess, qui a ouvert les débats, a qualifié Ahmadinejad de « preneur d’otages, criminel et terroriste » et son gouvernement de « groupe en vogue du terrorisme »

« Ahmadinejad était le chef de la bande qui a assiégé l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran juste après la révolution de 1979. Il est accusé d’avoir élaboré des plans pour assassiner Salman Rushdie, d’avoir interrogé, torturé et executé des opposants iraniens quand il était à la sécurité interne des gardiens de la révolution et d’assassinats terroristes à travers le monde quand il était une homme clé de l’instauration de la force Qods (Jérusalem) des gardiens de la révolution islamique », a déclaré Amess.

Chris Bryant, du parti travailliste au pouvoir de Tony Blair, a mis l’accent sur les abus des droits de l’homme en Iran. « Trente délinquants mineurs sont en ce moment dans le couloir de la mort en Iran », a précisé Bryant, ajoutant que l’Iran continue à exécuter des enfants de moins de 18 ans bien qu’il ait ratifié des conventions internationales contre cette pratique.

Parlant pour les libéraux démocrates, Nick Clegg a dit à ses collègues députés que l’Iran constituait un défi majeur pour les responsables de la politque occidentale, au moment où les abus des droits de l’homme continuent d’être incontrolés, où l’influence iranienne en Irak semble grandir de jour en jour, tout comme que la menace de la prolifération nucléaire en Iran et par conséquent dans la région en géneral.

Le deputé conservateur Bob Spink, qui revient d’une visite en Irak, a estimé que « les hauts responsables politiques là-bas sont profondemment préoccupés par la volonté de l’Iran d’entraver le développement de la démocratie et de la stabilité en Irak et en particulier au Kurdistan, ou d’excellents progrès ont été faits depuis la guerre. Des hauts résponsables politiques irakiens m’ont dit qu’ils pensaient sincérement que le programme nucléaire iranien continuait à avancer et avait sans doute une finalité militaire. »

Le député Julian Lewis a mis en garde contre le danger que l’Iran pourrait développer des armes nucléaires et les fournir à des entités non-étatiques qui n’hésiteront pas à les utiliser à des fins terroristes.

Le député travailliste Andrew Mackinlay, membre de la commission des affaires étrangères, a demandé au ministre si le gouvernement britanique pouvait donner des garanties sur la sécurite de plusieur milliers de opposants iraniens dans la base Achraf en Irak. Kim Howells chargé du Moyen-Orient au Foreign Office a affirmé que leur sécurité était assurée.

Le député conservateur Brian Binley a fait remarquer que le régime iranien avait un impact direct sur le Royaume Uni. «Rien que la semaine dernière le Foreign Office a officiellement déclaré que les gardiens de la revolution iranienne étaient derrière les attaques meurtrières qui ont récemment tué huit soldats britaniques. La semaine dernière également un membre du service diplomatique britaninque avait dit que les Iraniens étaient de connivence avec des groupes d’insurgés musulmans sunnites dans sud de l’Irak, et les fournissaient en technologie terroriste perfectionnée par la milice du Hezbollah du sud Liban soutenue par l’Iran. Ceci a un impact sur nous ».

David Amess, remercié par ses collègues pour avoir lancé le débat, a exhorté le gouvernement britanique à prendre des mesures immédiates pour gérer la situation de l’opposition des Mojahedin-e Khalq (MeK) et lever toutes les restrictions sur leurs activités. « En agissant ansi, hormis le fait de soutenir le peuple iranien dans sa quête de liberté et de démocratie, notre gouvernement servirait ses propres intérêts en combattant le fléau de l’intégrisme islamique et le terrorisme qui en émane. »

Il a invité le gouvernement à « abandonner sa politique de complaisance avec le régime iranien pour au contraire adopter une politique ferme vis-à-vis des mollahs, en commençant par un engagement actif dans le processus de renvoi du nucléaire du régime iranien au conseil de sécurité des Nations Unies sans délai. En faisant ainsi, ils peuvent montrer qu’ils sont du coté du peuple iranien dans leur combat pour la liberté et la démocratie, et non pas du coté des mollahs qui les opressent. »

Kim Howells, du Foreign Office, a dit que l’Iran représentait « le grand paradoxe », ajoutant que « bien des choses terribles » ont lieu là-bas et qu’il y existe « de grands dangers pour le monde ».

« Il est d’autant plus pénible, dans un sens, que l’Iran choisisse de snober notre approche quand nous avons prévenu le pays, au moins ces deux dernières années, qu’il risquait un renvoi immédiat au conseil de sécurité des Nations Unies », a dit Howell, faisant trait à la politique de l’UE d’ « engagement constructif. »
« C’est insensé de la part de l’Iran d’agir de la sorte ».

Sur le coté nucléaire, le ministre a réitére que, « il n’y a absolument aucune autre explication au programme iranien de conversion et d’enrichissement nucléaire, que celle qu’ils sont en passe de construire une bombe atomique ».

Au sujet de l’Irak, Howells a dit qu’il n’y avait « aucun doute sur l’implication des gardiens de la révolution ».

« Si l’Iran pense qu’il peut de quelque façon que ce soit contrecarrer les efforts du peuple irakien à instaurer la démocratie, il devrait se raviser. Le monde regarde et veut que l’Iran joue un role constructif, pas destructeur ».

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous