IranIran (actualité)Les militants iraniens au pouvoir suscitent la peur

Les militants iraniens au pouvoir suscitent la peur

-

Le Washington Times, 14 octobre – Par Bill Gertz – L’ascension de militants à des postes de pouvoir en Iran soulève de nouvelles inquiétudes au sujet des forces militaires iraniennes en cas de déploiement de nouvelles armes qui menaceraient les ressources pétrolières ou de tirs de futurs missiles chimiques ou nucléaires de longue portée.

Des experts militaires disent que le régime islamique de Téhéran n’a pas lourdement investi cette dernière décennie dans de nouveaux chars, des véhicules blindés ou des avions de guerre, mais au contraire a concentré ses dépenses en matière de défense sur le développement de capacités de guerre dites « asymétriques ».

Cela comprend le programme nucléaire caché de l’Iran, le nouveau Chahab-3 et des missiles Scud plus anciens capables de tirer des armes nucléaires, chimiques et biologiques sur des centaines de miles.

Le pouvoir militaire iranien est désormais sous surveillance après que la décision récente du nouveau président iranien Mahmoud Ahmadinejad de placer le programme d’armement nucléaire du pays sous le contrôle du corps des gardiens de la révolution islamique, qui sont chargés de protéger le régime.

Les forces iraniennes ont aussi acquis et bâti d’importantes des forces navales côtières équipées de missiles anti-navires ultrarapides, qui pourraient être utilisés pour interrompre l’approvisionnement pétrolier à travers le Golfe persique.

« Leur puissance provient non pas de forces conventionnelles importantes mais des capacités asymétriques qui sont très robustes et habituées à s’engager dans des causes subversives et de terrorisme, » assure Michael Eisenstadt, directeur des études sécuritaires à l’institut de Washington sur la politique du Proche-Orient.

Un officier des renseignements militaires dit que l’armée iranienne comporte deux parties. D’un côté on a les forces armées conventionnelles et de l’autre les troupes islamiques de choc, plus précisément le corps des Gardiens de la Révolution islamiques.

« L’armée iranienne est assez importante pour pouvoir protéger ses frontières dans le cadre d’une guerre conventionnelle avec des Etats de la région du Golfe, mais l’Iran aurait beaucoup de mal à lutter contre une force occidentale largement supérieure ou à mener des opérations loin de ses frontières » affirme cet officier.

« L’Iran a cherché des moyens d’améliorer et de moderniser ses forces armées pour combattre des forces conventionnelles supérieures » ajoute cet officier, remarquant par ailleurs que l’Iran a développé ses forces militaires navales.

Pour ce responsable, l’Iran ressent la pression exercée par la présence des forces militaires américaines en Irak et en Afghanistan, « mais évitera un conflit direct avec les USA, même s’ils continuent d’exercer leur influence sur d’autres Etats arabes du Golfe. »

Anthony Cordesman, un expert militaire du centre d’études stratégiques internationales, a dit que des forces conventionnelles modernes sont coûteuses et difficiles à manoeuvrer pour des Etats comme l’Iran.

L’Iran a préféré se tourner vers des armes plus spécialisées.

« L’Iran effectue une restructuration très nette des gardiens de la révolution, quelques éléments de ses forces conventionnelles et une partie de sa flotte dans l’éventualité d’une guerre asymétriques », a t-il dit lors d’une audience récente de la commission des forces armées.

« Cela signifie d’être capable du moins temporairement de menacer les installations pétrolières dans le Golfe et dans les pays voisins de l’Iran. »

M. Eisenstadt a dit que l’Iran s’est révélé être une puissance régionale clé sans pour autant disposer les forces qui caractérisaient une telle puissance autrefois.

Hormis quelques exceptions, les Iraniens n’ont pas développé de grandes forces terrestres avec des chars et véhicules blindés.

La seule exception ce sont les missiles de longue portée non guidés, fabriqués localement. Certains de ces missiles peuvent frapper à plus de 300 kilomètres.

Daniel Byman, directeur du centre d’études pour la paix et la sécurité, a dit lors de l’audition au parlement que le développement de l’arme nucléaire par l’Iran devrait s’achever dans les dix prochaines années.

Bien que l’Iran ne devrait pas utiliser ses armes nucléaires, «le danger c’est que l’Iran peut devenir plus agressif en Irak, en Afghanistan, dans les Etats du Golfe persique, plus agressif dans son soutien terroriste contre Israël, assuré par le fait que l’arme nucléaire le protégerait de représailles américaines », a-t-il dit.

A partir des années 1990, l’Iran a commencé à se doter de navires d’attaque rapides, certains équipés de missiles de croisière anti-navire fabriqué en Chine, le C-802.

La Corée du Nord a également vendu à l’Iran un grand nombre de patrouilleurs et de navires semi-submersibles, que l’Iran peut utiliser dans le cadre d’actions militaires secrètes.

L’Iran dispose aussi de trois sous-marins Kilo-class fabriqués en Russie pouvant être utilisés pour couler de grands navires passant le détroit d’Hormuz, par où passe la plupart du pétrole du Golfe persique.

Des quantités importantes de mines ont également été développées qui pourraient être utilisées contre les navires d’approvisionnement à travers le Golfe.

L’Iran utilise aussi son soutien clandestin au terrorisme international, en armant des groupes comme le Hezbollah, qui constitue une extension de son pouvoir et un élément de dissuasion, selon M. Eisentadt.

« Il n’en faut pas beaucoup pour faire de l’effet dans cette région. »

Edward Walker Jr., président de l’Institut du Moyen-Orient, a déclaré que l’Iran posait le plus grand défi aux USA dans la région.

« Mais l’Iran n’ira pas nous défier, à moins que nous nous engagions une opération en Iran, » a dit M. Walker à l’audition au parlement. « A ce moment là, tout est possible. »

Les troupes terrestres de l’Iran se composent de 35.000 troupes régulières, jusqu’à 1600 chars, 1400 autres véhicules blindés et 3000 pièces d’artillerie, notamment de multiples lance-roquettes.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous