IranIran (actualité)Le leader du Hezbollah demande à Bush de «...

Le leader du Hezbollah demande à Bush de « se taire »

-

Associated Press, Beyrouth, 9 février – De Sam F. Ghattas – Le leader du Hezbollah, qui était jeudi à la tête d’une manifestation qui a rassemblé des centaines de milliers de Musulmans chiites, a déclaré que le président Bush et sa secrétaire d’État devaient « se taire » après avoir accusé la Syrie et l’Iran d’alimenter les troubles causés par les dessins du prophète Mahomet.

Pendant ce temps, le Danemark a annoncé avoir temporairement fermé sa mission diplomatique à Beyrouth, qui a été incendiée dimanche par des manifestants, et que tout le personnel avait quitté le Liban.

Les Danois craignent que les processions jeudi dans les pays musulmans à l’occasion de la fête chiite d’Ashoura ne tournent à la violence contre ses diplomates et ses soldats après des jours de manifestations en raison des caricatures qui ont été publiées pour la première fois dans un journal danois en septembre.

Environ 2000 Musulmans radicaux se sont rassemblés et ont mis le feu au drapeau danois jeudi dans la capitale du Bangladesh, à Dhaka.

A Beyrouth, le chef du Hezbollah, le cheik Hassan Nasrallah, a demandé aux Musulmans du monde entier de continuer à manifester jusqu’à ce que des excuses soient faites pour les dessins et jusqu’à ce que l’Europe adopte des lois interdisant d’insulter le prophète.

Le chef du groupe de guérilla, qui bénéficie du soutien de l’Iran et de la Syrie, a pris la parole devant une foule rassemblée pour la procession de l’Ashoura. Pour stimuler la foule en ce jour solennel pour les Chiites du monde entier, Nasrallah a déclaré :

« La défense du prophète doit continuer dans le monde entier. Que Condoleezza Rice, Bush et tous les tyrans se taisent. Nous sommes une nation islamique qui ne peut tolérer, rester silencieuse ou immobile lorsqu’ils insultent notre prophète et nos symboles sacrés. »

« Nous soutenons le messager de Dieu non seulement pas nos voix mais aussi par notre sang », a-t-il dit à la foule, estimée à 700000 personnes par les organisateurs. La police ne disposait pas de chiffres définitifs mais affirme que les manifestants étaient probablement plus nombreux.

Prenant la parole pour la première fois mercredi au sujet de la controverse, Bush a condamné les troubles quotidiens provoqués par les dessins et recommandé aux chefs d’État étrangers de faire cesser la progression de la violence. Rice a déclaré que l’Iran et la Syrie « avaient entrepris d’attiser les sentiments et de les utiliser à leurs propres avantages. Et le monde doit call them on it ».

L’Iran a nié les accusations des États-Unis. La Syrie n’a fait aucun commentaire public.

En signe de protestation dans le monde musulman, les manifestants qui considèrent ces dessins comme étant profondément insultants pour l’Islam ont attaqué les ambassades en Syrie, au Liban, en Iran et ont fait une émeute en Afghanistan. L’interprétation de l’Islam interdit toutes représentations du prophète.

Jyllands-Posten, le journal danois qui a été le premier à publier les dessins, s’est excusé la semaine dernière d’avoir offensé les Musulmans mais reste sur sa décision d’imprimer les caricatures, invoquant la liberté d’expression.

Par solidarité, d’autres journaux européens ont récemment publié à nouveau les dessins, qui incluent une image de Mahomet portant un turban en forme de bombe dont la mèche est allumée.

Le gouvernement danois a dit qu’il ne pouvait présenter des excuses pour le contenu d’un journal.

A Bruxelles, en Belgique, Mohamed Ahmed Sherif, président du World Islamic Call Society basée au Liban, a déclaré que les Musulmans considéraient ces dessins comme une attaque directe contre leurs valeurs et a qualifié la décision de les publier dans des journaux européens de « campagne de dénigrement ».

Sherif, qui s’est exprimé lors d’une visite à Bruxelles où il a rencontré des hauts responsables de l’Union Européenne, a affirmé que les caricatures ne servaient qu’à alimenter l’extrémisme.

« Personne ne doit blâmer les Musulmans s’ils sont en colère à propos de ces images du prophète Mahomet », a affirmé Sherif. « Il est interdit de créer une campagne de dénigrement montrant que le prophète est un terroriste alors qu’il ne l’est pas. Ne nous demandez pas d’essayer de faire comprendre aux gens qu’il ne s’agit pas d’une campagne de dénigrement. »

Nasrallah, religieux portant un turban noir et une barbe, a exigé des excuses pour les dessins et des lois pour empêcher que cela se reproduise.

« Le problème ne sera pas résolu tant qu’il n’y aura pas d’excuses et tant qu’il n’y aura pas de lois adoptées par le Parlement Européen et les parlements des pays européens », a-t-il dit.

Les nations islamiques doivent exiger « une loi pour la presse et les médias en Occident leur interdisant d’insulter notre prophète. S’ils ne peuvent pas accomplir cela, cela signifie qu’ils (l’Occident) tiennent à ce que cela continue », a-t-il ajouté.

Au Danemark, la Danish Broadcasting Corp., ou DR, a annoncé avoir conseillé à ses journalistes à Beyrouth de rester à l’écart des cérémonies chiites de l’Ashoura. « Il est devenu plus difficile d’être un reporter danois au Moyen Orient », a déclaré Lisbet Knudsen, chef du bureau des informations de DR.

Au Bangladesh, les manifestants (la plupart étant membres du groupe radical Islamic Constitution Movement) ont défilé dans la rue devant la principale mosquée du pays dans le centre-ville de Dhaka criant « Mort aux ennemis de l’Islam ! », selon la police.

« Nous ne pouvons tolérer un tel manque de respect à l’égard de notre prophète. C’est un acte honteux. Nous le condamnons », a déclaré A.T.M. Hemayetuddin, un leader du mouvement.

Dans la capitale du Cachemire sous contrôle de l’Inde, environ 200 personnes ont participé à une procession islamique en signe de protestation contre les dessins du prophète, scandant « Mort au Danemark ! » et « Mort à Israël ! ». Le superintendant en chef de la police Muneer Khan a déclaré que 25 personnes avaient été arrêtées alors que la police tentait de repousser des manifestants en colère.

Jeudi, le gouvernement de la Malaisie a fait fermer pour une durée indéterminée un journal local qui a publié une des caricatures.

Les reporters d’Associated Press Julhas Alamm à Dhaka, Bangladesh ; Jan M. Olsen à Copenhague, Danemark ; Mujtaba Ali Ahmad à Srinigar, Inde et Eileen Ng à Kuala Lumpur, Malaisie ont contribué à ce reportage.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous