IranIran (actualité)Le raffinage, le talon d’Achille de l’Iran

Le raffinage, le talon d’Achille de l’Iran

-

RFI, 6 juin – De Dominique Baillard – Dès les premières heures d’ouverture des marchés, les cours du pétrole ont bondi hier à Londres puis à New York en réaction aux menaces proférées dimanche par le guide suprême iranien.

Toujours dans le cadre du différend nucléaire qui oppose Téhéran à l’Occident l’ayatollah Ali Khameini a averti que toute erreur mettrait en danger l’approvisionnement en pétrole à partir du Golfe. En cas de sanctions contre la République Islamique, le marché redoute la suspension des exportations du brut iranien ou le blocage du détroit d’Ormuz, par où transite les trois quarts de la production de la région. Si les marchés sont très sensibles à la moindre déclaration, les analystes sont plus circonspects. Beaucoup pensent comme la secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice que l’Iran a trop besoin des revenus tirés de l’exportation de l’or noir pour y renoncer.

Chaque jour l’Iran met sur le marché 2,7 millions de barils de pétrole. Ce que l’on sait moins, fait remarquer Régis Collieux de BNP Paribas, c’est que l’Iran est aussi un importateur de pétrole, de produits raffinés plus exactement.. La moitié de ses besoins en carburant sont couverts par des importations en provenance du Golfe ou du Venezuela. Le manque de capacités pour raffiner son propre pétrole est le talon d’Achille de ce pays producteur. Le programme de réhabilitation de cinq raffineries existantes ainsi que la construction de trois autres unités n’avance pas aussi vite que prévu. Du coup, la hausse du brut qui offre au pays de substantiels revenus alourdit d’autant la facture en carburant, à tel point que la question est devenue un sujet de préoccupation pour la classe politique.

Dans un pays qui dépend largement du transport routier pour acheminer les marchandises et qui par ailleurs voit le nombre de véhicules particulier sans cesse augmenter, ce poste de dépense devient de plus en plus sensible. La balance commerciale s’en ressent mais aussi le budget de l’Etat puisque l’essence est subventionnée. Pour maintenir les prix à leur niveau actuel, un litre coûte 9 cents à la pompe, soit environ 7 centimes d’euros, il faudra dès cette année puiser dans le fond de stabilisation des revenus du pétrole a prévenu la semaine dernière un parlementaire iranien qui préside la commission énergie de l’assemblée. A moins qu’on rationne la distribution de carburant, ou qu’on en augmente le prix, une alternative dont ne veulent pas entendre parler les dirigeants, qui redoutent d’alimenter l’inflation mais aussi, le mécontentement populaire.

La situation intérieure rend les menaces iraniennes beaucoup moins crédibles. Car après tout, l’arme pétrolière est aussi aux mains du Conseil de sécurité qui pourrait décider de la suspension les livraisons de carburant à l’Iran.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous