IranIran (actualité)Rice critique implicitement la volonté française de négocier avec...

Rice critique implicitement la volonté française de négocier avec l’Iran

-

AFP, Berlin, 18 janvier – La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a implicitement critiqué mercredi à Berlin la volonté de la France d’envoyer un émissaire à Téhéran pour discuter de la situation au Liban.

« En ce qui concerne ce que les autres pays veulent ou pourraient faire, c’est à eux de le décider », a déclaré Mme Rice, interrogée au cours d’une conférence de presse commune avec son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier sur le projet du président français Jacques Chirac de discuter du Liban avec Téhéran.

« Mais je pense que nous devons nous concentrer sur le fait que l’Iran se trouve en situation de violation d’une résolution du Conseil de sécurité, tant qu’il n’a pas suspendu ses activités d’enrichissement et de retraitement » de l’uranium, a-t-elle poursuivi.

« En outre, il ne remplit pas ses obligations envers l’AIEA », l’Agence internationale de l’énergie atomique, a ajouté Mme Rice.

Le directeur de l’AIEA Mohammed ElBaradei « vient régulièrement présenter au conseil des gouverneurs (de l’agence) une liste de sujets d’inquiétude sur l’accès (à certaines installations) qui lui est interdit et les réponses qu’il n’obtient pas de l’Iran », a-t-elle expliqué.

« C’est sur cela que nous devons nous concentrer », a-t-elle conclu.

Le ministère français des Affaires étrangères a indiqué mardi que la France envisageait l’envoi d’un émissaire en Iran pour discuter principalement de « questions régionales », dont la situation au Liban, mais qu' »aucune décision définitive n’a été prise ».

Selon le quotidien Le Monde, un projet d’envoyer en Iran le chef de la diplomatie française Philippe Douste-Blazy a en revanche été gelé en raison notamment de l’opposition des Etats-Unis et de plusieurs Etats du Proche-Orient.

Paris, qui doit accueillir le 25 janvier une conférence internationale sur l’aide économique au Liban, a déployé quelque 1.600 soldats au sein de la Finul (Force intérimaire de l’ONU au Liban) dans le sud de ce pays.

La chef de la diplomatie américaine, qui vient d’achever une tournée au Proche et au Moyen-Orient l’ayant conduite dans six pays, a écarté les appels à ouvrir le dialogue avec la Syrie et l’Iran, accusés par les Etats-Unis de déstabiliser la région.

« A l’heure actuelle (…), je ne pense pas qu’il soit temps de rompre avec la politique américaine de longue date, qui exclut de dialoguer bilatéralement avec l’Iran », a-t-elle déclaré. « Le moment n’est pas venu ».

L’émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah, a déclaré à la secrétaire d’Etat américaine que Washington devrait dialoguer avec la Syrie et l’Iran pour préserver la sécurité du Golfe, lors de ses entretiens mardi soir et mercredi matin dans l’émirat.

L’émir a expliqué à Mme Rice qu' »il ne faudrait pas qu’il y ait une rupture américaine avec ces Etats et qu’il faudrait un dialogue principalement avec la Syrie et avec l’Iran pour préserver la sécurité dans le Golfe », a déclaré à la presse le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Mohammad Sabah al-Salem al-Sabah.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous