IranIran (actualité)Ahmadinejad à Ryad pour tenter de régler les crises...

Ahmadinejad à Ryad pour tenter de régler les crises régionales

-

AFP, Ryad, 3 mars – Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a été reçu samedi par le roi Abdallah d’Arabie Saoudite après son arrivée à Ryad pour des entretiens devant être axés sur les violences confessionnelles en Irak, la crise politique au Liban et le programme nucléaire iranien.

Le président iranien a été l’hôte d’un dîner offert en son honneur par le roi d’Arabie Saoudite qui lui avait réservé un accueil officiel à son arrivée peu auparavant sur une base aérienne de Ryad.

Les entretiens devaient commencer après le dîner. M. Ahmadinejad avait rencontré le roi Abdallah en marge d’un sommet islamique à La Mecque en décembre 2005, et sa visite actuelle en Arabie Saoudite devait durer quelques heures.

Avant de quitter Téhéran, le président iranien a affirmé qu’il discuterait avec le roi saoudien « du travail (à mener) en commun dans le monde islamique et la région ».

Malgré un dialogue continu, les relations entre les deux puissances régionales restent tendues, le royaume saoudien, berceau du rite sunnite, s’inquiétant de l’influence grandissante de l’Iran chiite au Proche-Orient, notamment en Irak et au Liban.

Evoquant la crise libanaise, M. Ahmadinejad a déclaré que si « le Liban demande son aide à l’Iran pour l’unité nationale et l’indépendance, nous sommes prêts à l’aider ».

Ryad et Téhéran souhaitent coordonner leurs positions avant la tenue le 10 mars de la conférence internationale de Bagdad convoquée par le gouvernement irakien pour tenter de ramener la paix dans le pays, selon Anwar Eshki, directeur d’un centre de recherches privé basé à Djeddah en Arabie saoudite.

L’Iran a accru son influence en Irak, désormais dirigé par des chiites, et au Liban avec le Hezbollah qui mène l’opposition et un mouvement de protestation contre le gouvernement qui a paralysé le pays. L’Arabie Saoudite est l’un des principaux bailleurs de fonds du Liban et a des liens étroits avec le gouvernement de Fouad Siniora.

Le chef de la majorité parlementaire libanaise, Saad Hariri, est pour sa part arrivé à Ryad samedi. Selon une source proche de M. Hariri, il devait avoir des entretiens avec des responsables saoudiens sur la situation au Liban et dans la région.

Au sujet de l’Irak, le président iranien a estimé avant son départ de Téhéran que « les Irakiens devraient être autorisés à mettre en oeuvre leurs décisions et leur sécurité eux-mêmes ».

L’Iran estime que le régime irakien subit des ingérences des Etats-Unis et que la principale condition à la réduction des violences est un départ des forces d’occupation.

Selon les commentateurs saoudiens, Ryad et Téhéran cherchent à apaiser la région alors que l’Iran est sous forte pression occidentale au sujet de ses ambitions nucléaires et que l’Arabie saoudite est soucieuse d’éviter toute confrontation militaire entre les Etats-Unis et l’Iran.

La rencontre pourrait « déboucher sur une initiative commune » pour débloquer la situation au Liban et sur « une entente mutuelle devant apaiser le conflit en Irak », selon l’analyste saoudien Anwar Eshki.

Selon le quotidien saoudien Al-Riyadh, un « demi-succès » du sommet saoudo-iranien « serait meilleur que la poursuite des crises. Le roi Abdallah et le président iranien ont toutes les chances de réussir s’ils y mettent toute leur volonté ».

Son confrère Okaz appelle l’Iran « à devenir un facteur de stabilité et de paix (…) », alors que le journal Saudi Gazette écrit que la visite de M. Ahmadinejad « en cette période sombre pour notre région donne de l’espoir ».

Pour M. Eshki, Ryad, un allié clé de Washington au Proche-Orient, n’a pas de solution toute faite pour résoudre la crise nucléaire iranienne, mais il peut aider à prévenir l’escalade en encourageant le dialogue entre l’Iran et les Etats-Unis.

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous