IranIran (actualité)Ahmadinejad à Bahreïn: une nouvelle guerre pas à l'ordre...

Ahmadinejad à Bahreïn: une nouvelle guerre pas à l’ordre du jour

-

AFP, Manama, 17 novembre – Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a estimé qu’une autre guerre dans la région n’était pas à l’ordre du jour, samedi à Bahreïn, pays du Golfe à majorité chiite et allié régional de Washington, avec qui Téhéran se livre à un bras de fer sur son programme nucléaire.

« Nous ne nous attendons pas à une nouvelle guerre dans la région (…) et nous ne souhaitons pas qu’une guerre éclate », a déclaré le président iranien lors d’une brève visite à Bahrein, avant de se rendre au sommet de l’Opep à Ryad.

« Mais nous avons effectué tous les préparatifs nécessaires pour faire face à cette éventualité », a-t-il dit après une rencontre avec le roi Hamad Ben Issa Al-Khalifa.

Le ministre des Affaires étrangères bahreïni cheikh Khaled Ben Ahmad Al-Khalifa a également insisté sur le fait que « personne ne parlait de frappes militaires. Nous discutons pour empêcher le déclenchement d’une guerre dans la région », a-t-il dit, précisant que la question du nucléaire iranien était « importante et sensible ».

M. Ahmadinejad a mis en cause les Etats-Unis, accusé « d’inventer de toutes pièces les crises » régionales, ajoutant que Washington « était mécontente des progrès réalisés dans le dossier nucléaire iranien ».

Il a également déclaré ne pas être au courant d’une récente déclaration d’un général des Gardiens de la Révolution iraniens qui a affirmé que ses forces étaient prêtes « si nécessaire » à planifier des opérations suicides dans le Golfe en cas d’attaque américaine contre Téhéran.

« Je n’ai personnellement pas entendu cette déclaration », a déclaré le président iranien, dont les propos en farsi étaient traduits en arabe.

Sa visite à Manama a donné lieu à la signature d’un protocole d’accord sur le pétrole et le gaz, prévoyant notamment la livraison quotidienne de 28 millions de m3 de gaz naturel iranien à Bahreïn, selon le ministre du Pétrole et du gaz Abdel Hussein Mirza, cité par l’agence BNA.

Il s’agit de la deuxième visite officielle d’un chef d’Etat iranien dans l’archipel depuis l’avènement de la République islamique en 1979.

Bahreïn, à majorité chiite mais qui est dirigé par une dynastie sunnite, entretient des relations compliquées avec l’Iran, où s’expriment des revendications territoriales sur ce petit pays arabe.

En juillet, le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, avait dû démentir toute visée territoriale sur Bahreïn après une polémique provoquée par le journal iranien Kayhan, qui affirmait que « le peuple à Bahreïn revendique la réunification de cette province avec la mère patrie, l’Iran islamique ».

Plus récemment, le prince héritier de Bahreïn, cheikh Salmane ben Hamad Al-Khalifa, a, dans une interview aux quotidiens britanniques The Times et The Daily Telegraph, accusé l’Iran de chercher à acquérir l’arme atomique.

C’était la première fois qu’un haut responsable arabe du Golfe lançait de telles accusations publiques contre Téhéran.

Bahreïn est un allié « hors-Otan majeur » des Etats-Unis, siège de la Ve flotte américaine. Quelque 5.000 Américains, en majorité des militaires, y vivent.

Iran et Etats-Unis sont en plein bras de fer sur le programme nucléaire iranien. Vendredi, un rapport de l’Agence internationale de l’energie atomique (AIEA) a reconnu que Téhéran avait fait des « progrès substantiels » mais « insuffisants » sur la nature et l’étendue de ce programme.

Les Occidentaux soupçonnent l’Iran de vouloir utiliser cette technologie à des fins militaires, et le président américain George W. Bush a brandi la menace de nouvelles sanctions internationales si Téhéran ne suspend pas son programme d’enrichissement d’uranium, ce que ce dernier refuse.

Les Etats-Unis, même s’ils affirment privilégier le dialogue, disent qu’ils n’écartent aucune option.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous