IranIran (actualité)Iran: le petit-fils de Khomeiny repêché pour les législatives

Iran: le petit-fils de Khomeiny repêché pour les législatives

-

AFP, Téhéran, 13 février – Le petit fils du fondateur de la République islamique d’Iran l’ayatollah Rouhollah Khomeiny a été finalement autorisé à participer aux élections législatives du 14 mars prochain, avec un certain nombre de politiciens réformateurs, a rapporté mercredi le quotidien Etemad.

Ali Eshraghi faisait partie des plus de 2.000 postulants pour l’élection, dont bon nombre de réformateurs, qui ont été disqualifiés par les instances de contrôle des élections dépendant du ministère de l’Intérieur et dominées par les conservateurs.

Le Conseil des gardiens de la Constitution, l’autorité suprême en la matière, a annoncé mardi le repêchage de 280 postulants disqualifiés, sans préciser leur identité.

M. Eshraghi avait expliqué avoir été disqualifié après que ses voisins eurent été soumis à des interrogatoires poussés sur sa vie privée.

Selon l’agence officielle Irna, outre le petit-fils de Khomeiny, cinq députés réformateurs de l’actuel Parlement ont aussi été repêchés: Reza Norouzzadeh, Soheila Jolodarzadeh, Mehrangiz Morouvati, Gholamhossein Mozaffari et Ghodratollah Alikhani.

Selon l’agence Mehr, deux politiciens réformateurs importants et proches de l’ancien président Mohammad Khatami ont aussi bénéficié d’un repêchage: Abdollah Nasseri et Morteza Hadji.

Des politiciens réformateurs, mais aussi conservateurs, ont protesté contre la disqualification de près d’un tiers des candidats aux législatives.

L’ancien président Khatami l’a qualifiée de « catastrophe », et Ahmad Tavakoli, un dirigeant important du courant conservateur au Parlement a assuré qu’elle provoquait « l’inquiétude des amis de la révolution islamique ».

L’ex-responsable du dossier nucléaire iranien, le conservateur Ali Larijani, qui est aussi un rival du président Mahmoud Ahmadinejad, s’est félicité de la décision du Conseil des gardiens: « la correction de certaines erreurs est bénéfique pour l’atmosphère des élections », a t-il dit selon l’agence Isna.

Un autre rival du président au sein du courant conservateur, le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf, a été plus critique envers le processus de filtrage des candidatures.

Il a jugé « comme citoyen et politicien que ces disqualifications ne sont pas défendables », dans des propos cités par le quotidien Kargozaran.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous