IranIran (actualité)Echaudé par son rôle en Irak, Washington montre à...

Echaudé par son rôle en Irak, Washington montre à nouveau les dents à l’Iran

-

Cette offensive rhétorique intervient sur fond d'affrontements sanglants en Irak opposant des troupes régulières irakiennes et des unités américaines à des miliciens chiites, soutenus par l'Iran selon Washington.

Le nombre de morts américains en Irak a atteint un pic en avril, à 49, soit le bilan le plus meurtrier depuis septembre 2007.

Mardi, le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a affirmé que le déploiement d'un second porte-avions américain dans le Golfe devait être vu comme un "rappel" de la puissance militaire américaine dans la région, tandis que son chef d'état-major interarmées, l'amiral Michael Mullen, s'est dit de "plus en plus inquiet" de l'attitude de l'Iran en Irak.

L'Iran reste le "principal" Etat terroriste du monde, selon le rapport annuel du département d'Etat sur le terrorisme, publié mercredi, qui, outre le cas irakien, évoque le soutien iranien au Hezbollah libanais.

Quant au président George W. Bush, il a expliqué que les révélations américaines sur une présumée coopération nucléaire entre la Corée du Nord et la Syrie représentaient un avertissement pour Pyongang mais aussi pour Téhéran, accusé de vouloir se procurer l'arme atomique.

"La température est en train de monter à Washington concernant l'Iran", confirme Suzanne Maloney, analyste à la Brookings Institution.

"L'impression grandit que nous sommes de plus en plus soumis aux attaques de l'Iran en Irak" et "l'objectif est d'envoyer le signal à l'Iran que nous avons la capacité de réagir", souligne-t-elle.

Le Pentagone a toutefois rejeté des informations de presse selon lesquelles l'état-major américain serait en train d'élaborer de nouveaux plans pour attaquer l'Iran.

"Je ne suis pas au courant d'une escalade ou d'une révision des plans de guerre", a déclaré mercredi son porte-parole, Geoff Morrell.

Pour Anthony Cordesman, expert au Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS), "les manoeuvres américaines, les "fuites" et l'envoi de signaux mitigés sont une méthode classique pour mettre la pression sur un ennemi, l'intimidation se substitue au recours à la force pour chercher à faire accepter les options diplomatiques".

Les rumeurs de plans de contingence militaire "deviennent une arme politique", souligne-t-il dans une note.

Reste à savoir si la méthode est efficace.

"Il est difficile de savoir si la rhétorique ou le déploiement d'un autre porte-avions va influencer le comportement iranien. Par le passé, cela a seulement renforcé la ligne dure des dirigeants à Téhéran", estime Mme Maloney.

Une analyse partagée par Karim Sadjadpour, expert au Carnegie Endowment for International Peace.

"Au cours des sept dernières années, je ne me souviens pas d'un seul exemple montrant une amélioration de la conduite iranienne en réaction aux menaces verbales ou militaires américaines", affirme-t-il.

"L'administration Bush pense qu'invoquer les options militaires fait peur aux Iraniens. Mais je pense que le président (iranien) Ahmadinejad en tire profit. Le bombardement de l'Iran permettrait peut-être même d'améliorer l'économie iranienne en entraînant une nouvelle hausse des prix du pétrole", principale source de revenus de Téhéran, souligne-t-il.

Enfin, note l'expert, "Français et Britanniques sont ennuyés par le fait que les Etats-Unis semblent perdre de vue le problème nucléaire iranien et mettent l'Irak au premier plan".

 
 

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous