IranIran (actualité)Malédictions libanaises

Malédictions libanaises

-

De l’état de crise politique, on est passé ces derniers jours à l’état de guerre civile. Pourquoi ? Parce que le gouvernement a voulu imposer son autorité au Hezbollah sur deux points : l’empêcher de développer son propre réseau de télécommunications (contrat confié à une société iranienne) et lui interdire de tenir l’aéroport sous sa surveillance. Le "parti de Dieu" n’a pas apprécié. Il a voulu montrer que le gouvernement légal ne lui interdirait pas d’être ce qu’il est de fait: un Etat dans l’Etat. Il a manifesté sa force en lançant ses milices dans Beyrouth, en faisant fermer les médias qui lui déplaisent et boucler une partie de la capitale.

Le Hezbollah a sa base : la majorité des musulmans libanais sont chiites. Mais ce parti ne serait pas la puissance qu’il est sans la Syrie ni sans l’Iran. La première occupait le Liban depuis le milieu des années 1980. Sous la pression internationale, elle a dû le quitter en 2005. Elle ne l’a jamais accepté. Par Hezbollah et autres agents interposés, la Syrie fait tout ce qu’elle peut pour déstabiliser le gouvernement et la majorité parlementaire à Beyrouth. Objectif : prouver que le Liban n’est pas viable sans la Syrie. L’Iran, lui, veut compter au Proche-Orient, être l’une des puissances de la région. La République islamique a créé le Hezbollah, elle l’inspire, le parraine, le finance et, surtout, l’arme, y compris en fusées capables de frapper Israël. A cette double malédiction, la manipulation par Damas et Téhéran, s’en ajoute une troisième : l’irresponsabilité historique d’une classe politique libanaise, tous partis confondus, qui cultive les divisions communautaires du pays. Au bout de cet enchaînement, il y a la perspective d’une nouvelle guerre civile.

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous