IranIran (actualité)En Iran, l’étau se resserre autour des chrétiens

En Iran, l’étau se resserre autour des chrétiens

-

ZENIT.org:  L’expert des questions iraniennes, Wahied Wahdat-Hagh, met en garde contre les dangers que courent les milliers de chrétiens dans ce pays à cause de la loi imminente sur l’apostasie.

L’analyste d’origine iranienne, explique dans un entretien à ZENIT, que ceux qui appartiennent à des minorités religieuses sont vus comme des citoyens de série B et considérés parfois comme des hors-la loi. Il affirme par ailleurs que le khomeynisme empêche l’Iran de développer une coopération fructueuse avec le reste du monde.

Wahied Wahdat-Hagh, expert en sciences politiques, est senior fellow à l’European Foundation for Democracy de Bruxelles.

Depuis 2005, la fondation étudie l’islamisme au niveau mondial et reçoit, entre autres, des subventions de l’Union européenne et de gouvernements nationaux.

Wahied Wahdat-Hagh a écrit un essai : « L’Iran, par exemple: la persécution des chrétiens en République islamique » qui est inséré dans le volume « Feindbild Christentum in islam » (« Le christianisme ennemi en islam »), publié en 2009 par Ursula Spuler-Stegemann (Herder).

ZENIT – le Pape Benoît XVI, a demandé au nouvel ambassadeur de la République islamique d’Iran près le Saint-Siège, Ali Akbar Naseri, lors de la présentation de ses Lettres de Créance, de veiller à ce que l’Iran observe le droit des chrétiens à la liberté religieuse. Quel est le statut juridique des chrétiens en Iran?

Wahdat-Hagh – Tout d’abord il faut faire la distinction, en Iran, entre les chrétiens de communautés traditionnelles et les nouveaux mouvements chrétiens. Les Eglises arménienne et assyrienne se sont plus ou moins adaptées, même si ceux qui en font partie ne peuvent vivre comme ils le voudraient. Par exemple, leurs fidèles sont discriminés d’office et les femmes doivent se plier à la loi du voile obligatoire. Les chrétiens et les membres de religions reconnues, comme les juifs et les adeptes du zoroastrisme sont considérés des « dhimmi » (terme arabe appliqué aux populations non islamiques). Les « dhimmi » sont en effet considérés comme des personnes de série B, puisqu’ils n’ont pas les mêmes droits que les chiites. D’ailleurs les chrétiens sont eux aussi considérés comme des mécréants. Seuls, ceux qui reconnaissent le Coran comme étant la dernière révélation de Dieu sont considérés comme des croyants. Ont dit aussi de ces « mécréants » qu’ils sont de « sales » mécréants (kafir).

ZENIT – Qu’arrive-t-il aux minorités qui n’ont même pas ce statut de « dhimmi »?

Wahdat-Hagh – En font partie les « baha’i » qui sont considérés comme des hors-la-loi. La vie d’un chrétien, dans le système juridique iranien, vaut moins qu’un musulman, par exemple dans le cas de dédommagements après un accident de la route. La vie d’un « baha’i » n’a en ce sens aucune valeur. La raison en est leur foi en Dieu qui s’est révélé après Mahomet. En plus les « baha’i » croient à la parité des droits entre les sexes et au précepte selon lequel il faut œuvrer pour la paix mondiale. En plus de cela ils renoncent à la violence politique. Toutes ces questions, comme le montre la doctrine de l’Etat en Iran, sont pour l’islam fondamentaliste-totalitaire, des questions taboues.

ZENIT – Le pape a par ailleurs rappelé la longue tradition de l’Eglise catholique en Iran. Les Eglises chrétiennes sont-elles aussi durement touchées par les limitations à la liberté religieuse?

Wahdat-Hagh – Les iraniens qui, ces dernières années, sont passés au christianisme et ont rejoint le Mouvement Hauskirche (Eglise domestique) qui est en croissance, se trouvent en grand danger. Selon certaines sources, en Iran l’Hauskirche est devenue entre temps plus forte que l’Eglise catholique. Les convertis sont considérés comme des apostats et risquent la peine de mort. 

Dans l’islam, un musulman ne peut changer de religion. Cela  est considéré comme une faute et il encourt la peine de mort. Une nouvelle loi sur l’apostasie, qui fera de la peine de mort une loi d’Etat, devrait être approuvée dans le courant de l’année. Des centaines de milliers de personnes seront alors en danger.

ZENIT – Le pape a défini la liberté religieuse et la liberté de conscience source de toute autre liberté. Qu’est- ce que cela signifie concrètement en prenant comme exemple l’Iran?

Wahdat-Hagh – Le pape a fait une affirmation très juste. Ce point est encore dans l’islam un grave problème. Les musulmans libéraux soutiennent toutefois que dans l’islam il n’y a pas de contrainte. Or, selon la loi, aucun musulman ne peut quitter l’islam, puisque le Coran est la dernière parole de Dieu. Pour l’Iran cela signifie qu’il n’y a ni liberté religieuse ni liberté de conscience, donc qu’il n’existe pas d’autres libertés. En République islamique d’Iran, les droits de la femme n’existent pas, tout comme la liberté de la presse, ceci se répercutant sur la liberté de réunion et d’association. Et cela touche précisément le droit à la vie des apostats. La liberté religieuse et de conscience est interdite par la Constitution, du moment qu’en Iran tout est soumis à la loi islamique.

ZENIT – Beaucoup d’observateurs font état d’attaques massives contre les droits de l’homme venant du régime du président Mahmoud Ahmadinejad. Comment d’autres personnalités, comme Mir-Hossein Mussavi, réagissent-ils par rapport à la liberté religieuse?

Wahdat-Hagh – Quand, dans les années 80, Mussavi était premier ministre, toute l’opposition laïque a été annihilée. A l’époque, il avait mis en garde le pays contre une coopération avec les Etats-Unis et l’Europe. Dans le conflit islamique interne pour le pouvoir, le mouvement social libéral que Mussavi considère comme un bouclier de protection, s’est radicalisé. Mussavi se réclame encore aujourd’hui de l’idéologie totalitaire et du chef révolutionnaire, l’Ayatollah Khomeiny. Toutefois certains disent qu’il a changé. L’avenir nous dira s’il abandonnera ou pas la dictature totalitaire de la République islamique.

Michaela Koller
3 décembre 2009

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous