IranIran (actualité)L'Iran cherche à rallier les "non-alignés" à son programme...

L’Iran cherche à rallier les « non-alignés » à son programme nucléaire

-

Le Monde, 29 aout – Qui sera à Téhéran, qui sera à New York ? Deux réunions internationales semblent en concurrence pour le jeudi 30 août, date à la fois d’un débat sur la Syrie au Conseil de sécurité de l’ONU, voulu par la France qui préside ce mois-ci cette instance, et d’un sommet en Iran du Mouvement des non-alignés.

La République islamique cherche à faire de ce regroupement souple de 118 pays, lancé dans les années 1950 avec comme cris de ralliement l’anticolonialisme et le refus des deux blocs de la guerre froide, une plateforme pour tenter de sortir de son isolement.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l’édition abonnés

Téhéran veut rallier des soutiens à propos de son programme nucléaire, source de multiples tensions au Moyen-Orient, dans un contexte où les Etats-Unis accroîssent à nouveau leur présence militaire dans la région du Golfe, et où ceux qui prennent le pouls des responsables israéliens concernant un scénario de frappes militaires sur les sites iraniens jugent que rien ne peut être exclu, y compris avant l’élection présidentielle américaine.

TÊTES D’AFFICHE

Les dirigeants iraniens ont préparé un très long texte (200 pages) de projet de déclaration des non-alignés appelant en particulier à la fin des sanctions internationales qui s’exercent sur eux, celle-ci étant sévères depuis l’entrée en vigueur en juillet d’un embargo pétrolier décidé hors du cadre de l’ONU.

Mais la déclaration sera-t-elle validée formellement par les participants ? Le dossier syrien n’a pas amélioré l’image de la diplomatie iranienne qui s’est, à la mi-août, retrouvée singulièrement isolée au sein de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) lorsque celle-ci a décidé de suspendre l’appartenance de la Syrie de Bachar Al-Assad.

La plus « spectaculaire » des présences à Téhéran est celle du secrétaire-général des Nations unies, Ban Ki-Moon, arrivé mercredi soir. Un déplacement qui est loin de faire plaisir aux Occidentaux, même si ceux-ci se sont abstenus d’en faire un sujet de contentieux ouvert. Impossible d’interdire à Ban Ki-Moon d’y aller, puisque d’autres chefs de l’ONU avaient déjà assisté à des sommets de non-alignés par le passé (ceux-ci se tiennent tous les trois ans).

Le message envoyé par les Occidentaux à l’intéressé a plutôt été qu’il devrait rappeler instamment aux Iraniens de se conformer à leurs obligations internationales. Ban Ki-moon a diffusé à l’approche de la réunion de Téhéran un communiqué indiquant qu’il exprimerait bel et bien les « claires préoccupations et attentes de la communauté internationale », que ce soit sur le nucléaire, la Syrie ou les droits de l’homme.

L’autre « tête d’affiche » du sommet des non-alignés sera le président de l’Egypte Mohamed Morsi, de retour d’une visite en Chine et semble-t-il très décidé à relancer la relance de la politique extérieure de son pays. Ce passage sera, semble-t-il, éclair (quelques heures) mais les propos du dirigeant egyptien ne manqueront pas d’être scrutés à la loupe.

LE « SUD » MONTRE SON POIDS FACE AU « NORD »

L’Egypte a entrepris de s’activer sur le dossier syrien et considère que l’Iran doit être intégré dans les concertations internationales alors que les Occidentaux l’avaient barré d’un précédent « groupe d’action » voulu par l’ancien émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan.

La venue à Téhéran du premier ministre indien Manmohan Singh accompagné de son ministre des affaires étrangères (qui ne pourra, en conséquence, participer à la réunion du Conseil de sécurité, où l’Inde siège cette année), relève sans doute bien plus d’une volonté d’entretenir la flamme des non-alignés, mouvement où New-Delhi a historiquement un rôle de premier plan, que d’une décision d’apporter un quelconque quitus au régime iranien.

Mais ce dernier ne s’abstiendra pas de chercher à instrumentaliser un évenement reunissant quelque 35 chefs d’Etat et de gouverment. Les « non-alignés » ont régulièrement érigé le thème du désarmement nucléaire comme un angle d’attaque contre les grandes puissances, accusées de donner des leçons au reste du monde tandis qu’elles ne feraient rien pour se départir de leurs arsenaux.

Le mouvement, devenu hétéroclite et quelque peu désuet, semble entretenu comme un forum où le « Sud » veut montrer son poids face au « Nord ».

L’Iran y va pour sa part de ses priorités, ayant campé le décor en dressant, sur les lieux de la réunion, des photographies de ses scientifiques assassinés ces dernières années, dans des attentats que Téhéran attribue à Israël.

http://www.lemonde.fr/international/article/2012/08/29/l-iran-cherche-a-rallier-les-non-alignes-a-son-programme-nucleaire_1752708_3210.html

 

 

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous