IranNucléaireJCPOA du régime iranien : reddition ou remords

JCPOA du régime iranien : reddition ou remords

-

Depuis le début du nouveau cycle de négociations sur le nucléaire, le régime iranien a désespérément tenté de promouvoir l’idée qu’il avait le dessus dans les négociations et qu’en insistant sur ses lignes rouges, il a réussi à mettre le gouvernement américain à genoux et à obtenir des concessions significatives. Il est allé encore plus loin en faisant la prétention absurde de réussir à créer un schisme entre les puissances mondiales.

Les mollahs sont complètement pris dans leur illusion autodidacte, parlant de mériter une compensation à cause des sanctions contre eux, tout en exigeant en même temps que ces sanctions soient levées. Ils créent une atmosphère brumeuse, vantant les affirmations selon lesquelles les deux parties à l’accord sont parvenues à un accord à 95% et, par conséquent, ils ont rejeté tout désaccord comme insignifiant ou marginal.

JCPOA du régime iranien : reddition ou remords

Cependant, les inquiétudes exprimées par les médias et les experts du régime mettent en lumière la réalité de la situation. Dans un article intitulé « Retarder la relance du JCPOA est dangereux », écrit le quotidien officiel Etemad : « Les décideurs doivent procéder à de nouvelles évaluations et de nouveaux calculs des nouvelles dispositions et orientations régionales. L’évaluation en dehors des considérations encombrantes dans les cercles officiels iraniens montre cependant que le retard et l’hésitation dans la signature rapide du JCPOA est une perte d’une opportunité historique, et la perte de cette opportunité conduira sans aucun doute à des regrets historiques.

Dans un article intitulé « L’opportunité de Vienne est en train d’être perdue », le quotidien officiel Mardom Salari a cité l’ancien responsable du régime, Kourosh Ahmadi, qui a averti le régime qu’il ne devrait pas compter sur l’aide de la Chine pour contourner les sanctions visant à vendre du pétrole, soulignant que, « La relance du JCPOA pourrait également mettre fin à certaines des tensions politiques entre le gouvernement et le monde extérieur. »

Une déclaration adressée au président du régime iranien, Ebrahim Raisi, par 250 membres du parlement du régime a montré un nouvel aspect du différend et des déceptions du régime quant à son avenir. L’analyse de cette déclaration montre les obstacles auxquels les responsables sont confrontés pour parvenir à l’accord souhaité.

Le premier paragraphe de la déclaration stipule: «Dans les nouvelles négociations, les États-Unis doivent garantir une loi qu’ils ne retireront pas du JCPOA, et la question sera adoptée de manière tout à fait légale dans ses organes décisionnels tels que le Congrès. .”

On peut voir que le gouvernement américain actuel n’a pas garanti qu’il, ou tout futur gouvernement, ne quittera pas le JCPOA, et un tel accord ne sera pas approuvé par le Congrès.

À ce sujet, Fowad Izadi, de la faction principiste du régime, a fait une remarque remarquable en disant : « Une majorité à la Chambre des représentants s’oppose à ce que fait M. Robert Malley à Vienne ; occasionnellement, ils font une déclaration ou écrivent une lettre. La majorité Républicains et Démocrates, et au Sénat américain, par exemple, il y a maintenant 49 à 50 votes républicains (contre les négociations). »

Il a ajouté : « Quatre à cinq sénateurs démocrates ont officiellement déclaré qu’ils n’étaient pas d’accord avec le processus de Vienne, et si cinq ou six personnes rejoignent le groupe, alors le Sénat américain aura la possibilité de rompre tout accord que vous aurez conclu à Vienne. Cela signifie qu’il répétera ce qui s’est passé la dernière fois.

Le deuxième paragraphe de la déclaration disait : « L’une des principales conditions des négociations est l’absence de menaces après l’accord. Mais l’existence d’un mécanisme de déclenchement signifie en réalité le maintien de la menace et l’échec des négociations. Il faut donc obtenir les garanties nécessaires pour que si les États-Unis entrent dans le JCPOA, le mécanisme de déclenchement ne soit pas appliqué sous divers prétextes.

De ce paragraphe, on peut comprendre que l’application du mécanisme de déclenchement en cas d’accord éventuel est l’une des plus grandes préoccupations du régime. Si l’administration Biden décide de revenir au JCPOA 2015, cela leur permettra d’utiliser le mécanisme de déclenchement.

Le troisième paragraphe exprime sa préoccupation face à l’imposition de nouvelles sanctions américaines pendant les négociations, déclarant : « Malheureusement, pendant les négociations, les États-Unis imposent de nouvelles sanctions aux individus, institutions et agences du gouvernement, ce qui indique une intention destructrice dans les négociations. Il est donc nécessaire d’interdire spécifiquement la promulgation et l’imposition de nouvelles sanctions et de déclarer que les sanctions levées ne seront pas réimposées.

Cette clause montre que même si les sanctions nucléaires sont levées, d’autres seront mises en œuvre pour résoudre le problème du programme de missiles, du terrorisme et des droits de l’homme. Cela signifierait qu’en pratique, leur suspension temporaire ne profitera pas au régime.

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous