IranNucléaireLa position du régime iranien dans les pourparlers nucléaires...

La position du régime iranien dans les pourparlers nucléaires au Qatar

-

Dans la soirée du vendredi 24 juin, le haut représentant de l’Union européenne Josep Borrell s’est rendu en Iran pour demander aux dirigeants du régime iranien de signer un projet d’accord pour relancer le JCPOA. À son retour en Europe, Borrell a annoncé que les pourparlers sur le nucléaire reprendraient bientôt.

Cette nouvelle a été confirmée par le ministère des Affaires étrangères du régime, dont le porte-parole Saeed Khatibzadeh a annoncé le 27 juin que les pourparlers sur le nucléaire auraient lieu cette semaine, ajoutant que les États-Unis avaient promis de garantir les avantages économiques de l’Iran grâce au JCPOA.

Khatibzadeh a déclaré : « Lors de la visite de M. Borrell à Téhéran, des pourparlers détaillés ont eu lieu. M. Borrell a déclaré au nom des États-Unis que les Américains s’étaient engagés à agir dans le cadre de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies, à respecter leurs engagements à cet égard, à assurer le cycle de reprise économique de l’Iran après la relance du JCPOA et à résoudre le litiges restants.

Suite à ces remarques, de nombreux médias du régime et certains de ses responsables extrémistes ont qualifié cela de honte.

Le 28 juin, tout en citant le journal russe Nezavisimaya Gazeta selon lequel des négociations auront lieu au Qatar, le quotidien officiel Kayhan a écrit : « L’Iran est prêt à renoncer à l’une de ses principales revendications dans les pourparlers sur le nucléaire.

L’Iran ne s’oppose pas au maintien des Gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes mais s’attend à ce que les sanctions contre les structures internes du CGRI soient affaiblies, mais les observateurs doutent que le gouvernement Biden puisse même accepter cette option.

La position du régime iranien dans les pourparlers nucléaires au QatarHossein Shariatmadari, le rédacteur en chef de Kayhan, a mis en garde le gouvernement de Raïssi. « La négociation au Qatar est un piège. Vous ne devriez pas récompenser les États-Unis. Les Occidentaux s’attendent à ce que le système accueille favorablement la poursuite des négociations (c’est-à-dire la retraite) face au piège américano-européen », a-t-il écrit.

Kayhan a ajouté : « Le début de pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis au Qatar envoie le mauvais message à l’autre partie. Les décisions récentes au niveau macro nuisent à cette politique de principe.

Frustré, Kayhan a interrogé Raisi, demandant : « Le 13e gouvernement n’a-t-il pas dit que nous ne lierions pas nos moyens de subsistance au JCPOA ? Alors pourquoi Raïssi veut-il négocier avec l’Amérique ?! »

Malgré la situation critique de l’Iran et les luttes de son peuple, les activités de la Résistance iranienne ont contraint le chef suprême du régime, Ali Khamenei, à envoyer un négociateur dans ce « piège ». C’est une réalité qui se profile, quelle que soit l’issue des pourparlers.

Kayhan a compté certains des coups que le régime a reçus ces dernières semaines :
Les récentes sanctions contre l’Iran dans le domaine de la pétrochimie.
Le vol de la cargaison d’un pétrolier iranien dans les eaux grecques.
Annonce d’un prix pour l’information sur le CGRI.
Craignant une implosion, Khatibzadeh a tenté de justifier la décision du régime en disant : « Les pourparlers ne portent pas sur la ‘dimension nucléaire’ et ne porteront que sur ‘les quelques questions restantes dans la levée des sanctions’ et ‘rien ne sera ajouté ou réduite aux accords de Vienne ».

Plongé dans le bourbier des impasses internes et mondiales, Khamenei a une fois de plus accepté une retraite humiliante pour sauver son régime. Cependant, rien ne changera et il est peu probable que les derniers pourparlers sur le nucléaire apportent un résultat positif au régime.

Le 29 juin, le régime a rapporté que les pourparlers indirects avec le gouvernement américain se sont terminés sans aucun résultat. Ce n’était pas une surprise pour le manque de capacité du régime à prendre du recul. Toute retraite entraînera l’effondrement du régime, comme Khamenei l’a dit à plusieurs reprises. C’est précisément ce que Shariatmadari mettait en garde contre

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous