IranNucléaireSanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

-

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir été interpellée par la police des mœurs du régime. La colère suscitée par sa mort a poussé des milliers de personnes dans la rue. Et depuis, les protestations n’ont pas cessé.

Il ne s’agit plus seulement du code vestimentaire. Le régime iranien est confronté à des troubles pour la troisième fois en quinze ans. Mais cette protestation est différente. Pour la première fois, le régime des mollahs à Téhéran semble incapable de maîtriser les manifestations.

La brutalité et l’inhumanité du régime ont forcé le monde à approuver une mission d’enquête lors d’une réunion spéciale du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur la situation en Iran, ce qui a ajouté à l’isolement international du régime.

Par conséquent, le controversé Plan d’action global conjoint (JCPOA), communément appelé l’accord sur le nucléaire iranien, fait maintenant face à de nombreuses autres critiques, et les puissances mondiales l’ont rayé de leurs listes de priorités.

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l'homme par l'Iran et aux violations du JCPOAIl était évident que lorsque Biden a pris ses fonctions à la Maison Blanche, les chefs du régime étaient indescriptiblement excités, pensant que l’affaire JCPOA serait bientôt résolue, et qu’ils pourraient profiter de ses concessions exceptionnelles. Mais pour le malheur du régime, cela ne s’est pas produit.

Depuis le 2 avril 2021, date à laquelle le premier cycle de négociations nucléaires s’est tenu virtuellement, le régime a tenté d’en profiter et de les retarder autant que possible, pour atteindre une position irréversible pour produire sa première bombe nucléaire.

Cette situation fragile s’est poursuivie pendant environ 17 mois jusqu’à ce que les protestations populaires fassent éclater les rêves du régime et changent toutes les équations contre lui dans les négociations du JCPOA.

Alors que la page se tournait contre lui, de hauts responsables américains ont clairement déclaré dans les derniers jours du premier mois du soulèvement national qu’ils avaient changé leur politique, passant de la focalisation sur le JCPOA aux manifestations.

S’ils continuaient à faire pression pour un accord visant à limiter le programme nucléaire iranien, les critiques diraient que le gouvernement américain laisse tomber les manifestants et libère théoriquement des milliards de dollars en allègement des sanctions pour le régime qui réprime le peuple.

Avec le gouvernement américain, la troïka européenne a décidé de suivre la même voie. Et en raison de l’hostilité et de l’entêtement du régime, concernant ses exigences dans le cadre du JCPOA, les violations des droits de l’homme par le régime et son soutien à l’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine, la troïka européenne a montré qu’elle était disposée à se ranger du côté des États-Unis plutôt que du régime. Pratiquement, les négociations du JCPOA sont terminées.

Entre-temps, le régime vaincu a tenté de profiter de la guerre d’Ukraine et de faire chanter l’UE à propos d’« un hiver rigoureux » en raison d’une crise énergétique pour les ramener à la table des négociations.

Depuis lors, trois mois se sont écoulés et il est devenu clair que, malgré les attentes du régime, celui qui fera face à un hiver rigoureux n’est pas l’UE mais le régime lui-même.

Contrairement aux illusions de ses responsables, non seulement l’Europe n’a pas souffert de la crise énergétique et gazière, mais le prix mondial du pétrole et du gaz a connu une baisse importante et sans précédent.

Il est maintenant temps que les puissances mondiales, notamment le gouvernement américain, enclenchent la procédure dite de « snapback » au Conseil de sécurité de l’ONU pour réimposer des sanctions au régime. Non seulement à cause des violations par le régime de l’accord JCPOA, mais aussi à cause de ses violations des droits humains.

Selon la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies (RCSNU), le retour en arrière déclencherait la réimposition de toutes les sanctions et restrictions à l’encontre de l’Iran décrites dans les résolutions 1696 (2006), 1737 (2006), 1747 (2007), 1803 (2008), 1835 (2008) et 1929 (2010). Il est évident que les clauses de la résolution 2231 sont également applicables au cas de violations des droits de l’homme par le régime s’il y avait une forte volonté de mettre fin à la politique d’apaisement.

Ceci comprend:

Un embargo illimité sur les transferts d’armes conventionnelles vers et depuis l’Iran
Une interdiction indéfinie du soutien international au programme de missiles iranien
Une interdiction pure et simple de tous les essais et développements de missiles à capacité nucléaire
Une demande d’arrêt de toutes les activités liées à l’enrichissement
Une interdiction indéfinie de voyage et d’avoirs pour les personnes sanctionnées
Il convient de noter que l’une des conséquences du non-respect de la mission d’enquête pourrait être le renvoi de son cas de violation des droits de l’homme au Conseil de sécurité de l’ONU. De quoi accroître l’isolement international du régime.

En conclusion, le soulèvement du peuple iranien en tant que nouveau paramètre des catégories précédentes a changé le courant contre le régime. Les résultats sont un isolement mortel et une impasse pour Ali Khamenei.

7,062FansLike
1,178FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le monde doit reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodéfense

Victor Hugo a dit un jour : "Quand la dictature est un fait, la révolution devient un droit." Tout...

Iran : 60 % de la population est pauvre

Les paniers de subsistance du peuple iranien se réduisent considérablement. Ceci, à son tour, a introduit de nouvelles préoccupations...

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Le régime iranien cache les violations des droits humains dans ses prisons

Après plus de quatre mois de soulèvements nationaux en Iran, la brutalité de l'appareil sécuritaire et judiciaire du régime...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous