IranIran (actualité)Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

-

L’Iran est secoué par une vague de manifestations à l’échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les manifestants avec une sévérité croissante. Le commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk, parle de plus de 300 morts et de 14 000 arrestations.

Et la semaine dernière, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a approuvé une mission d’enquête pour le régime. Cet acte en plus de la résistance populaire comme facteur principal, qui se poursuit depuis plus de deux mois, a terrifié le régime jusqu’à l’os.

L’un après l’autre, les chefs tentent de rassurer les rangs inférieurs de l’instance dirigeante que la situation est entre leurs mains et que rien d’important ne changera. Ils tentent de régénérer le prestige perdu du régime, en particulier de son chef suprême Ali Khamenei, qui est devenu la cible principale du peuple en plus des gardiens de la révolution et de la tristement célèbre force paramilitaire Bassidj.

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranienIl n’y a pas un jour où le peuple n’attaque les bases du régime et ne brûle ses symboles dans tout le pays. Cela arrive même qu’aux régions les plus périphériques, ce qui montre que le régime a perdu sa légitimité. Par conséquent, Khamenei a été contraint d’envoyer le chef du CGRI du régime, Hossein Salami, dans la province du Sistan et du Baloutchistan.

Sans tenir compte de la rhétorique creuse habituelle du régime sur les ennemis étrangers, les théories du complot, le bien et le mal, il a été forcé de dire qu’ils sont prêts à se sacrifier pour les habitants de cette région qui ont été privés de toutes les valeurs fondamentales des droits de l’homme depuis le début de l’ère des mollahs.

Il a dit : « Je suis venu ici pour annoncer que nous sommes prêts à nous sacrifier pour le peuple de cette terre. » Ensuite, il a mentionné les forces paramilitaires Bassidj dans cette région, affirmant que « aujourd’hui, le pays fait face à une énorme guerre mondiale », et qu’ils ne devraient pas avoir peur de la situation actuelle dans le pays :

« Nous sommes conscients de ce fait et savons que tant que l’ennemi ne sortira pas de son nid et tant que nous ne quitterons pas la maison et tant que les épées ne se rencontreront pas, l’ennemi ne sera pas vaincu, c’est aujourd’hui le moment. ” Et qu’ils doivent « prendre leur décision et ne peuvent pas être neutres« .

Les cris de peur peuvent être entendus de toutes les parties du régime. Le député du régime Mohamadreza Mobaleghi et membre de la faction parlementaire Promotion de la vertu et prévention du vice, dans une interview accordée au quotidien officiel Didban le 28 novembre, a admis la colère du peuple contre les mollahs et a déclaré :

« Si j’ai fait une erreur, je devrais être puni et critiquer un tout actuellement est mal. Pendant ces deux mois, nous assistons à des événements dans le pays, les vues sont devenues plus sceptiques à l’égard des (mollahs) à cause de la propagande croissante. Certains ecclésiastiques et érudits quittent leurs maisons dans la peur sans turbans ni capes.

Lors d’une réunion avec les forces spéciales de Téhéran, le président du régime Ebrahim Raisi a admis sa crainte de l’effondrement des forces et a déclaré : « Les efforts pour maintenir la sécurité du système ont de nombreux avantages. Le but de l’ennemi est d’arrêter le mouvement des systèmes et l’expansion de l’esprit Bassidj dans toutes les différentes nations.

Le commandant en second du CGRI, Ali Fadavi, a déclaré : « Depuis 70 jours, à l’intérieur comme à l’extérieur, ils recherchent une nouvelle forme d’inimitié. Ils ont commencé leur inimitié et nous devons défendre le système. Aujourd’hui est le jour où nous nous sacrifions pour le système.

Et le chef de la prière du vendredi de la province de Markazi, Ghorbanali Dorri-Najafabadi, a d’abord supplié les gens et a dit : « Chers ouvriers, commerçants et commerçants, ne vous y trompez pas, n’ayez pas peur et ne coopérez pas avec les traîtres. Vous ne devriez pas permettre aux ennemis du pays de lui faire du mal.

Et pour empêcher de nouvelles attaques contre les Bassidj , il a ajouté : « Nous sommes tous des Bassidj is. Nous ne devons pas penser que nous sommes de la contra. Nous devons les soutenir pour qu’ils ne se sentent pas seuls.

Mais plus évident a été le discours de Khamenei avec certains membres du Bassidj le 27 novembre. Tout en soulignant le devoir principal du Bassidj qui est la répression du peuple, il a essayé de les encourager. Nous pouvons voir la désintégration des forces de Khamenei, en particulier le Bassidj, sur son site Web.

Dans l’image ci-dessous, le régime a tenté de présenter quatre des Iraniens épris de liberté et des héros en tant que Bassidj is pour les encourager. Sheikh Mohamad Khiabani, Colonel Mohamad Taghi Khan Pesyan, Mirza Kuchik Khan et Rais-Ali Delvari. Cela montre qu’en plus d’essayer de rattraper son désespoir, il essaie de s’acheter une certaine crédibilité.

7,062FansLike
1,179FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le monde doit reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodéfense

Victor Hugo a dit un jour : "Quand la dictature est un fait, la révolution devient un droit." Tout...

Iran : 60 % de la population est pauvre

Les paniers de subsistance du peuple iranien se réduisent considérablement. Ceci, à son tour, a introduit de nouvelles préoccupations...

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Le régime iranien cache les violations des droits humains dans ses prisons

Après plus de quatre mois de soulèvements nationaux en Iran, la brutalité de l'appareil sécuritaire et judiciaire du régime...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous