IranNucléaireANALYSE : L’Iran, entre défi et détresse

ANALYSE : L’Iran, entre défi et détresse

-

Iran Focus, Londres, 13 mars – De John Hansen – Les hauts responsables iraniens, menés par le guide suprême Ali Khamenei, se sont ralliés pour déclarer leur soutien à la position de défi choisie par l’Iran dans la poursuite de son programme nucléaire à la suite de la décision du conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique de renvoyer l’Iran devant le Conseil de Sécurité.

L’ayatollah Ali Khamenei a déclaré lors d’une réunion de dignitaires religieux jeudi à Téhéran que la théocratie prendrait de l’avance dans son programme nucléaire.

« La population et les dirigeants de la République islamique d’Iran vont lutter avec plus de force que jamais et avec une volonté de fer face aux pression et aux conspirations et (…) vont continuer leur chemin vers l’acquisition de technologies avancées, dont l’énergie nucléaire », a déclaré Khamenei.

Le président radical iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a affirmé lors d’un meeting dans l’ouest de l’Iran : « Certaines puissances croient qu’elles peuvent se réunir, organiser une session [du Conseil de Sécurité »> et forcer la nation iranienne à battre en retraite ». Il a poursuivi en disant : « Le temps des menaces est terminé ».
Mais ce flot de déclarations rigides ne parvient pas à camoufler les signes indubitables de la détresse et de l’anxiété à l’intérieur et à l’extérieur de la théocratie au pouvoir, tandis que l’organisme mondial s’apprête à se réunir à propos de l’Iran la semaine prochaine.

« La plus grande défaite diplomatique »

« C’est la plus grande défaite diplomatique qu’ait jamais connu la République islamique », a déclaré d’un ton découragé Mohsen Aminzadeh, ancien vice-ministre des Affaires étrangères sous Khatami. L’ancien président Mohammad Khatami a lui-même averti que « les relations étrangères de l’Iran sont en proie à une crise » et que la théocratie faisait face à « de grands problèmes pour l’avenir ».
« Nous ne devons pas donner à nos adversaires des excuses pour augmenter la pression internationale sur l’Iran », aurait affirmé Khatami selon le journal Charq.

Kayhan, un quotidien influent, a descendu en flammes « des soi-disant réformateurs, franchement effrayés et intimidés, comme si la politique [de l’Iran »> allait mener à une grande calamité qui retomberait sur le pays ».

Le journal cherchait à rassurer les Iraniens en affirmant que ces risques en valaient la peine parce qu’ « un Iran qui détient la capacité nucléaire serait une puissance régionale sans égale ».

« On ne peut évaluer le prix d’un tel atout », a conclu le quotidien.
Malgré les déclarations inflexibles des dirigeants radicaux iraniens, le ministre du Pétrole iranien a rapidement réagi pour assurer au marché mondial que les exportations de pétrole iranien continueraient, même si le Conseil de Sécurité imposait des sanctions à Téhéran. Ses propos ne cadrent pas avec les menaces proférées par un certain nombre de hauts responsables, dont le président, qui ont fait allusion à l’usage de l’arme du pétrole si des mesures punitives étaient adoptées contre l’Iran.

Un désarroi croissant

Ces signaux contradictoires provenant de Téhéran suggèrent que derrière un vernis de fanfaronnades rebelles, se cache un désarroi croissant au sein du régime théocratique du pays. Les tensions parmi les factions au pouvoir sont exacerbées par un mécontentement public généralisé envers le gouvernement du pays.

« Tout semble indiquer très clairement que la population voit la politique du gouvernement vis-à-vis du nucléaire avec un scepticisme grandissant », a déclaré Morteza Ghorbani, analyste politique basé à Dubaï et qui voyage fréquemment en Iran. « L’idée selon laquelle les dirigeants religieux ont fait une énorme erreur de calcul dans la stratégie qu’ils poursuivent depuis neuf mois se répand à vive allure.

De plus en plus de gens dans les taxis, les queues des bus et dans les bureaux se demandent ce qui va se passer si on les bombarde ou si on leur impose des sanctions. Et c’est aux dirigeants iraniens que revient cette responsabilité à l’heure actuelle. »

Fariba Javadi, architecte née en Iran qui est retournée cette semaine à son domicile à Paris après un bref séjour en Iran, est d’accord avec cette thèse. « Les gens ont peur d’exprimer leur opinion ouvertement, bien entendu, mais les Iraniens ont leur propre façon d’exprimer leur mécontentement envers le gouvernement en blaguant sur ‘Ahmaghi-Nejad’ (Ahmagh voulant dire stupide en persan) et ‘l’enrichissement clérical’, en référence à la corruption endémique parmi les mollahs au pouvoir », a-t-elle affirmé.

L’anxiété croissante des Iraniens ordinaires était évidente lors de cette manifestation spontanée contre le président Ahmadinejad pendant sa visite dans la ville de Khorramabad, à l’ouest du pays, mercredi dernier. Tandis qu’il prononçait un discours enflammé contre l’Occident, en défense de son programme nucléaire, des centaines de jeunes dans la foule ont commencé à scander « mensonges, mensonges, mensonges », selon des témoins.

« Les Iraniens qui suivent les émissions de radio et de télévision en langue persane émises à l’étranger expriment de plus en plus leur désaccord face au programme nucléaire du pays », selon Mohsen Fazaeli, analyste iranien des médias, basé à Berlin. « Une enquête d’opinion publiée récemment par des sites en langue farsi montre que 69% des Iraniens ne considèrent pas le programme nucléaire comme une question patriotique. »

La crainte que la population inquiète dirige sa colère contre le gouvernement a conduit les dirigeants iraniens à tenter de calmer l’opinion publique. Les médias contrôlés par l’État essaient d’assurer aux Iraniens que les menaces de sanctions ou de frappes militaires ne sont que du « bluff » des États-Unis et de ses alliés qui « veulent que nous nous suicidions de peur de la mort ».

Pour le moment, le gouvernement a réussi à contenir fermement la population. Les experts avancent cependant que tandis que la communauté internationale se dirige vers une action plus sévère pour contrecarrer les ambitions nucléaires de l’Iran, la situation internationale pourrait réserver encore plus de surprises.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous