IranNucléaireLes conservateurs s'insurgent contre l'accord Iran/UE sur le nucléaire

Les conservateurs s’insurgent contre l’accord Iran/UE sur le nucléaire

-

AFP : 16 novembre – Députés et journaux conservateurs iraniens ont dénoncé mardi dans des termes violents l’accord conclu entre l’Iran et les trois grands pays européens (France, Grande-Bretagne, Allemagne), bien qu’il écarte la menace du Conseil de sécurité contre la République islamique.
« C’est comme si nous avions acheté une sucette à prix d’or », a résumé Ali Laridjani, un très proche du Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, et l’un des candidats potentiels des conservateurs à la présidentielle de 2005.
Ahmad Tavakoli, député de Téhéran et chef de file des ultra-conservateurs au parlement, n’a pas hésité à comparer la déclaration irano-européenne à « l’accord d’Oslo » entre Palestiniens et Israéliens en 1993, considéré en Iran comme une « trahison ».
« Nous avons pris treize engagements précis et les Européens quatre engagements vagues », a-t-il dit.
« Nous avons accepté la suspension de l’enrichissement, de la production et de l’assemblage de centrifugeuses (…) comme si l’Iran avait voulu fabriquer la bombe atomique », a-t-il ajouté.
En contrepartie, « les Européens se sont engagés à soutenir notre candidature à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) alors que ce sont les Etats-Unis qui s’y opposent et qui ont la décision ».
L’Iran, menacé d’être traîné devant le Conseil de sécurité, a accepté de suspendre toutes ses activités d’enrichissement d’uranium, contre la promesse européenne d’un accord de coopération nucléaire, technologique et commerciale.
« Cet accord est contraire à nos intérêts nationaux », a abondé Rafaat Bayat, parlementaire conservatrice radicale.
Les députés ont rappelé qu’ils avaient leur mot à dire sur le nucléaire, puisque c’est à eux qu’il appartient de ratifier le protocole additionnel, donc de faire entrer dans la loi ce texte par lequel l’Iran accepte de soumettre ses activités à un régime renforcé de contrôle international.
« L’accord dit que le parlement doit adopter le protocole additionnel. Les Européens n’ont pas d’ordres à nous donner. Nous devons dire que cette déclaration n’est pas adoptée définitivement et n’a pas de garantie d’application », a proclamé Rafaat Bayat à la tribune du parlement.
Des modérés se sont joints à la charge.
« Quand j’ai vu ces scènes indécentes (la rencontre des officiels iraniens avec les ambassadeurs européens dimanche), cela m’a rappelé le temps d’avant la Révolution où un ambassadeur étranger venait (…) dicter ses ordres » au Chah, a déclaré le député Ghodratollah Alikhani.
Le président du parlement, Gholam-Ali Hadad Adel, a tenté de calmer les esprits en disant que Hassan Rohani, négociateur en chef, devait venir s’expliquer ce mardi devant le parlement à huis clos.
« Rien n’était définitif tant que le parlement n’a pas approuvé le protocole additionnel », a-t-il souligné.
Plusieurs journaux conservateurs ont également fustigé l’accord. « Ce que l’Iran a accepté, c’est l’arrêt de l’enrichissement (…). parler de suspension et dire qu’elle est volontaire, c’est un jeu infantile », écrivait le radical Jomhouri Eslami dans son éditorial.
« La poursuite des inspections (internationales) est illégaleAméricains et Européens veulent espionner pour disposer d’informations sur nos installations », affirme le journal, selon lequel l’Iran « ne doit pas craindre que son dossier soit envoyé au Conseil de sécurité ».
Prévoyant ces réactions, Hassan Rohani avait dénoncé lundi « ceux qui, dans la République islamique, prônent la confrontation avec le monde ».
« Peut-être certains ont-ils intérêt à ce que nous soyons toujours en conflit avec la communauté internationale. Je suis de ceux qui estiment qu’il faut tout faire pour s’entendre avec elle », avait-il ajouté.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous