IranNucléaireL'AIEA met l'Iran en accusation à l'ONU

L’AIEA met l’Iran en accusation à l’ONU

-

Le Figaro, 28 avril – Par Maurin Picard – Un rapport sévère que doit remettre Mohammed ElBaradei ce soir au Conseil de sécurité de l’ONU va permettre d’ouvrir des discussions sur des sanctions.

La visite éclair et improductive d’une délégation iranienne avant-hier au siège de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à Vienne n’y aura rien changé. Le directeur général de l’agence, Mohammed ElBaradei, va remettre ce soir un sévère rapport sur le programme nucléaire iranien au Conseil de sécurité des Nations unies. Téhéran se verra reprocher d’avoir inauguré la production d’uranium enrichi le 9 avril, malgré les avertissements solennels de la communauté internationale, et refusé dans le même temps de reprendre une «coopération pleine et entière» avec les inspecteurs de l’AIEA. En février, protestant contre la saisine du Conseil de sécurité par le conseil des gouverneurs de l’AIEA, l’Iran avait dénoncé les inspections «renforcées et inopinées» menées par les limiers de l’agence, au titre du protocole additionnel du Traité de non-prolifération (TNP).

Pour autant, ce document très attendu, le dernier d’une longue série de rapports délivrés par l’AIEA sur l’Iran, ne devrait rien révéler de nouveau sur les véritables intentions de Téhéran en matière nucléaire. Depuis le mois de juin 2003, neuf rapports ont déjà jalonné le travail de l’agence sur le programme nucléaire iranien.

Faisceau de présomptions

Tous, peu ou prou, affichent le même leitmotiv : en près de trois ans d’investigations, aucune preuve formelle n’a pu être décelée quant à l’existence d’un volet militaire à ce programme, dédié officiellement à la production civile d’énergie électrique. Des soupçons existent en revanche, qui se sont renforcés au gré des inspections de l’AIEA. Ce faisceau de présomptions, s’il ne permet pas à l’ONU pour le moment de justifier des sanctions à l’encontre de Téhéran, a cependant contribué à accentuer la perte de confiance de la communauté internationale envers la République islamique.

Les inspections de l’AIEA débutent le 25 février 2003, après de fortes pressions internationales. Sur le site de Natanz, consacré à l’enrichissement d’uranium, les experts découvrent 164 centrifugeuses en état de fonctionnement. En outre, deux sites en banlieue de Téhéran, Kalaye General Electric et Lavizan-Shian, restent de longues semaines inaccessibles aux limiers de l’ONU. Lorsque ceux-ci peuvent finalement y accéder, les bâtiments ont été vidés et repeints dans un premier cas, entièrement rasés dans le second.

Les premiers rapports de Mohammed ElBaradei en 2003 reprochent à l’Iran sa politique de «dissimulation», une «coopération limitée et réactive, des informations lentes à venir, changeantes et contradictoires». Ils notent cependant qu’«actuellement, il n’y a pas de preuve que l’Iran met au point l’arme nucléaire». Une occasion de saisir le Conseil de sécurité s’est envolée. Alors que toutes les conditions paraissaient alors réunies pour une telle démarche, l’AIEA préfère privilégier la voie de l’apaisement avec Téhéran, tandis que débute un fragile processus de négociations avec l’Union européenne.

7,062FansLike
1,173FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Le régime iranien cache les violations des droits humains dans ses prisons

Après plus de quatre mois de soulèvements nationaux en Iran, la brutalité de l'appareil sécuritaire et judiciaire du régime...

Les démissions et les renvois signalent le désespoir de Téhéran face aux manifestations

Mercredi 22 décembre, le ministre de l'Intérieur du régime iranien, Ahmad Vahidi, a annoncé que Mohammad-Tayyeb Sahraei avait été...

Les disparitions forcées, outil du régime iranien pour répandre la terreur

L'Iran est un pays gouverné par le régime autoritaire des mollahs. Il souffre de décennies de violations des droits...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous